Villes et villages

Sainte-Anne-de-la-Rochelle

Sainte-Anne-de-la-Rochelle

Municipalité de Sainte-Anne-de-la-Rochelle

La municipalité de Sainte-Anne-de-la-Rochelle regroupe environ 700 Larochelloises et Larochellois. Elle se déploie sur un territoire de 61 kilomètres carrés dans la région administrative de l’Estrie, faisant partie de la municipalité régionale de comté Le Val-Saint-François.

La municipalité se développe à ses débuts grâce à des familles loyalistes d’origine irlandaise qui fondent, en 1856, la paroisse de Sainte-Anne-de-Stukely.

En 1951, Sainte-Anne-de-Stukely change de nom pour devenir Sainte-Anne-de-la-Rochelle. Le toponyme réfère à une ville du Poitou en France, où on rencontre un énorme rocher. C’est autour d’un rocher semblable que les citoyens de Sainte-Anne-de-la-Rochelle ont érigé une église dédiée à Sainte-Anne, la mère de la Vierge Marie, aujourd’hui célèbre lieu de pèlerinage Sainte-Anne-de-la-Rochelle.

Depuis 1896, en juillet, des pèlerins d’origines diverses viennent se recueillir au sommet de la colline, là où se trouvent une grotte, une église, un sanctuaire et un chemin de croix.

Sainte-Anne-de-la-Rochelle est située à environ 125 kilomètres de Montréal et à 230 kilomètres de Québec.

Coordonnées de Sainte-Anne-de-la-Rochelle :

145, rue de l’Église
Sainte-Anne-de-la-Rochelle
J0E 2B0

Téléphone : 450 539-1654

Site Web de Sainte-Anne-de-la-Rochelle : steannedelarochelle.ca

Canton La Rochelle

Cette division territoriale, comprise dans la Municipalité régionale de comté de Pontiac et proclamé en 1966, se trouve à environ 85 kilomètres au nord-ouest de Maniwaki. Ce territoire inhabité est baigné par une foule de nappes d’eau dont les plus importantes sont les lacs Charlie, dont les plus importantes sont les lacs Charlie, Young, Perley, Doreil et Maniluve. Son nom, accepté en 1955, évoque celui de la préfecture de la Charente-Maritime et la capitale de l’ancienne province de l’Aunis.

La Rochelle, ville portuaire, a acquis dès le XIe siècle, une position stratégique dans les relations entre l’Angleterre et la France. Elle fut successivement française puis anglaise pour redevenir française en 1372. Sa position sur l’Atlantique fit en sorte qu’elle a beaucoup profité de la découverte de l’Amérique et de ses relations avec la Nouvelle-France. C’est ainsi qui, de ce port de mer, un très grand nombre de pionniers sont venus s’établir au Canada. La ville devenue calviniste au début du XVIe siècle fut l’objet d’une attention particulière de l’autorité royale. Le cardinal de Richelieu, ministre, en fit le siège et elle fut entourée de fortifications détruites plus tard. La Rochelle accusa un déclin marqué, aggravé par la révocation de l’édit de Nantes en 1685, la cession du Canada à l’Angleterre (1763) et les guerres napoléoniennes. Elle retrouva une certaine prospérité au XXe siècle avec l’industrie et le tourisme.

Sainte-Anne-de-la-Rochelle

Sainte-Anne-de-la-Rochelle. Photo : Nakor

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *