Villes et villages

Saint-Simon

Saint-Simon

Saint-Simon

La paroisse de Saint-Simon occupe une étendue de 75 kilomètres carrés dans l’extrémité nord-est de la Municipalité régionale de comté Les Basques, dans le Bas-Saint-Laurent, à mi-chemin entre Rivière-du-Loup et Rimouski (au sud-ouest de Rimouski), à une quinzaine de kilomètres de Trois-Pistoles. Saint-Simon compte plus de 450 Simonoises et Simonois.

Historiquement, la seigneurie de Nicolas Rioux (parfois orthographiée Nicolas-Riou) fut concédée en 1751 à Nicolas Rioux, seigneur des Trois-Pistoles. Ce territoire niché dans une vallée bordée de la chaîne des Appalaches, se situait entre la Seigneurie des Trois-Pistoles et les terres du Bic appartenant à Monsieur de la Chenaye. En 1792, un riche marchand nommé Jean Drapeau, achète cette seigneurie et c’est lui qui l’ouvre à la colonisation. En fait, c’est en 1796 que le premier colon, Régis Jean, s’y établit en provenance de Saint-Jean-Port-Joli. Au début du XIXe siècle, des familles de Trois-Pistoles s’installent à cet endroit et vers 1828, il y a 1 125 personnes réparties dans 150 familles sur le territoire qui comprend alors cinq rangs. Par la suite, la paroisse de Saint-Simon-de-la-Baie-Ha! Ha! est fondée en 1823 (elle est érigée canoniquement en 1828).  Le nom de la nouvelle paroisse rappelle Saint Simon, apôtre du 1er siècle.

L’érection canonique de Saint-Simon remonte à 1828. En 1836, une première église est érigée et les paroissiens célèbrent le premier mariage, soit celui de Joseph Thibault, fils de Hilary Thibault et de Marie-Marthe Boulanger, et Angelle Côté, fille de Charles Côté et de Thérèse Martel. La même année, la première sépulture se tient en date du 5 août 1836.

Le bureau de poste y est établi en 1848. Il se voit attribuer le nom de Saint-Simon-de-Rimouski, le dernier constituant évoquant le comté duquel la paroisse faisait partie. La municipalité de Saint-Simon est érigée civilement le 1er juillet 1855, mais en 1858, trois rangs se séparent pour former la paroisse de Saint-Mathieu-de-Rioux. Plus tard, en 1885, une partie du territoire est annexée à Saint-Fabien et en 1920, une autre partie du territoire est annexée à Saint-Mathieu-de-Rioux.

Donnée la situation géographique de Saint-Simon, les chemins de colonisation permettaient de joindre les cantons de l’intérieur à partir de cet endroit, c’est pourquoi, depuis 1870 le chemin de fer passait par le village et une gare y a été construite, ce qui assure le développement de la localité.

On construit de nombreux moulins à  grains et à scie, ainsi que la première école du village en 1882 et la beurrerie en 1883. L’électricité y vient vers 1930, la Caisse populaire est ouverte le 6 décembre 1936, et le Syndicat coopératif est fondé en 1938. En 1966, on ouvre un couvent, et en 1968, le nouveau bureau de poste et de la centrale téléphonique.

Aujourd’hui, au nord du village, caractérisé par son clocher patrimonial et longeant le fleuve, un centre de villégiature compte au-delà de 140 résidences et chalets ainsi que la piste cyclable.  Des forêts et érablières descendent le versant des collines ; au centre s’étendent les terres agricoles. Jadis fondée sur la tourbe et la pêche, l’économie actuelle se fonde sur les exploitations agricoles et les revenus fonciers des propriétés longeant le fleuve.

Centre de villégiature de plus de 140 résidences qui longent le Saint-Laurent, la municipalité permet d’admirer les couchers de soleil au parc municipal. Découvrez les oeuvres des artisans locaux et dégoustez la fine cuisine régionale. Empruntez la Route verte, désignée la meilleure piste cyclable au monde par la Société National Géographic. Faites une pause au bélvédère Beaulieu, juché entre tierre et ciel. Silonnez le fleuve depuis deux sites de la Route bleue du sud de l’estuaire.

L’église de Saint Simon a une valeur historique exceptionnelle car elle est la plus ancienne entre Saint-André de Kamouraska et Gaspé. Construite en 1831, cette église a été conçue par l’un des plus éminents architectes québécois, Thomas Baillargé. Le tableau Saint-Simon, réalisé en 1852 par Antoine Plamondon, est installé au-dessus du Maître Autel. Il est possible de visiter l’église durant la période estivale, de la Fête nationale à la fête du Travail, de 9h à 12h et de 13h à 16h.

Atelier-galerie d’art Clodin Roy: Atelier d’art animalier au sein de l’ancienne école du village. L’artiste Claudin Roy présente une interprétation de la nature par la production de toiles animalières dans lesquelles se conjuguent création artistique et rigueur scientifique. De plus, enseignement de la peinture à l’huile et à l’acrylique à des groupes privés, avec possibilité d’hébergement, et ce, tout au long de l’année. Vous y trouverez une boutique de souvenirs et d’artisanat qui vous offre des pièces uniques et originales.

Saint-Simon bagel : Fabrique artisanale de bagels de type Montréal. Aucun produit laitier, ni oeuf ou agent de conservation. Bagels au sésame, au pavot, nature, cannelle et raisins, multigrains, chocolat, tomates, fines herbes, pesto, olives noires, bleuets en saison.

Le village est traversé d’est en ouest par la Route 132.

Il est possible de trouver un gîte et de l’hébergement à Saint-Simon durant la saison estivale, parmi ceux-ci, citons l’Auberge St-Simon, situé au 324, Route 132 ; Chalets de la Falaise, sur le Chemin Privé ; le gîte du passant Chez Choinière, au 127, Route 132.

Coordonnées de Saint-Simon :

Adresse physique :

30, rue de l’Église
Saint-Simon

Adresse postale :
C. P. 40
Saint-Simon
G0L 4C0

Téléphone : 418 738-2896

Site Web de Saint-Simon : st-simon.qc.ca

st simon

Patrimoine de Saint-Simon. Photo par D. Falardeau, source de la photo : st.simon.qc.ca

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>