Villes et villages

Saint-Léon-de-Standon

Saint-Léon-de-Standon

Municipalité de paroisse de Saint-Léon-de-Standon

Constituée civilement le 1er janvier 1874, la municipalité de paroisse de Saint-Léon-de-Standon s’étend sur une superficie d’environ 138 kilomètres carrés et regroupe une population de plus de 1100 Standonniennes et Standoniens.

Cette municipalité, distante de Québec de 80 kilomètres et de Sainte-Germaine-du-lac-Etchemin d’une quinzaine de kilomètres, occupe l’extrémité sud de la Municipalité régionale de comté de Bellechasse, au sud de Saint-Nazaire-de-Dorchester, et qui fait partied de la région administrative de Chaudière-Appalaches, Le peuplement standonnien s’étire sur la rive est de la rivière Etchemin qui serpente dans la localité surnommée la Petite Suisse en raison de la beauté du paysage. Le mont Orignal, avec ses 625 mètres, forme l’arrière-plan du secteur sud-est de cette municipalité. Dès le début du XIXe siècle, Gilbert (1786-1876) et William Henderson (1783-?) s’installent dans la partie est du canton de Frampton qui allait devenir Saint-Léon-de-Standon.

Toutefois, Stanislas Drapeau signale, en 1863, qu’il s’agit d’une « nouvelle paroisse » et précise que « la chapelle de Saint-Léon est construite dans la concession appelée Maryville ». Rattaché à Saint-Malachie, au nord-ouest, de 1823 à 1871, l’endroit acquiert son autonomie avec la création de la paroisse en 1871, bientôt suivie de la municipalité de paroisse du même nom en 1874.

Le 29 décembre 1882, le territoire standonnien s’enrichira de parties des territoires de Sainte-Germaine-du-Lac-Etchemin, de Saint-Malachie et du canton de Standon. L’appellation choisie, anciennement abrégée souvent en Saint-Léon, se veut un hommage à l’abbé Louis-François-Léon Rousseau (1831-1898), premier curé de Saint-Malachie (1857-1867) et curé de Montmagny (1869-1898), qui apporte son aide lors de la fondation de la paroisse.

L’ajout de l’élément Standon, qui identifie le bureau de poste ouvert en 1855, marque l’inclusion de cet espace dans le canton de Standon, proclamé en 1831. Les premiers colons venaient de la ville d’Angleterre homonyme, dans le Hertfordshire, qui a donné son nom à l’entité cantonale. L’agriculture constitue l’activité principale des Standoniennes.

Notons qu’un circuit patrimonial invite les visiteurs à découvrir l’histoire de la municipalité. En parcourant le coeur du village, ce circuit permet de retrouver dans le patrimoine bâti tout ce qui a fait l’histoire de Saint-Léon-de-Standon. En effet, des panneaux d’interprétation installés dans des endroits stratégiques, racontent la petite et la grande histoire de ce coin de pays.

Canton de Standon

Situé à environ 50 km au sud-est de Lévis et s’approchant de la frontière canado-américaine d’une trentaine de kilomètres, le canton de Standon est borné au sud par la très sinueuse rivière Etchemin qui collecte les eaux du ruisseau Rover et des rivières Blanche, à Boeuf et des Fleurs. Sauf dans la municipalité de la paroisse de Saint-Léon-de-Standon implantée à l’ouest, près de la rivière Etchemin et dans celle de Saint-Luc à l’est, l’habitat très clairsemé et extensif se déploie sur un terrain généralement élevé dont le point culminant dépasse 600 m d’altitude. Cette division géographique tire son appellation de l’agglomération la plus importante qui porte ce nom en Angleterre, soit celle du Hertfordshire, à environ 30 km au nord de Londres. Le toponyme anglais Standon dérive de standune, qui provient de «  stony dune » ou « stony hill », signifiant colline rocheuse. Proclam

é en 1831.Coordonnées de Saint-Léon-de-Standon :

100A, rue Saint-Pierre
Saint-Léon-de-Standon
G0R 4L0

Téléphone : 418 642-5034

Site Web de Saint-Léon-de-Standon : st-leon-de-standon.com.

Vue panoramique de Saint-Léon-de-Standon, Source de la photographie : site Web de la municipalité.
Vue panoramique de Saint-Léon-de-Standon, Source de la photographie : site Web de la municipalité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *