Villes et villages

Saint-Germain

Saint-Germain

Saint-Germain

Constituée civilement le 29 juin 1893 sur un territoire d’environ 29 kilomètres carrés, la paroisse de Saint-Germain fait partie de la municipalité régionale de Kamouraska, dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent, sur la rive sud du fleuve, à une distance de 175 kilomètres au nord-est de la ville de Québec et à plus de 500 kilomètres au su-ouest de Gaspé. Aujourd’hui, cette paroisse compte une population de moins de 300 Germainiennes et Germaniens. Le nombre de résidents est plutôt stable, mais on constate un petit décroissement au cours des dernières années.

Cette paroisse naît en 1882 par détachement d’une partie des territoires des paroisses de Kamouraska, de Saint-André, de Sainte-Hélène et de Saint-Pascal.

Le nom de Saint-Germain fut choisi pour désigner le village par le cardinal Louis-Nazaire Bégin (évêque de Québec de 1898 à 1925) en honneur de l’église de Saint-Germain-des-Près de la ville de Paris, où Mgr de Laval fut consacré comme le tout premier évêque du Québec.

Même si le nom officiel de la municipalité soit Saint-Germain, elle est appelée Saint-Germain-de-Kamouraska dans l’usage, nom que portait le bureau de poste ouvert ici en 1886.

Saint-Germain, une municipalité agricole, dispose d’une magnifique vue sur le fleuve et les îles à partir d’une colline située  entre le Grand-Deuxième Rang et le rang du Mississippi, à 2 km au nord-est du village.

D’autres attraits de la municipalité, citons le Mini-musée et le Frigidaire littéraire, situés au coin de la rue principale et du rang Mississipi. Le Mini-musée met en valeur des expositions artistiques, tandis que le Frigidaire littéraire est une librairie gratuite qui propose la possibilité de prendre un livre ou d’en laisser un.

D’ailleurs, on a fait du théâtre à Saint-Germain à partir du moment où il y a eu une salle publique convenable. C’est le curé Jos Lévesque qui a été l’initiateur de cette construction d’une salle publique, en 1944. La première pièce produite et jouée par les gens de la paroisse fut la « Guidoune »; elle avait été montée par Thérèse Lévesque, institutrice de Saint-Germain et par Esthèle Charest de Saint-Pascal.  La pièce a été jouée pour la première fois le jour du mardi gras; la salle était remplie et tout le monde était sur son trente-six. Ce fut un succès; la pièce alla en rappel le même soir.

Il y eut aussi du théâtre de tournée. La troupe de théâtre de Fred Raté, de Québec, est venue jouer à Saint-Germain à plusieurs reprises. En fait, la troupe venait ici deux ou trois fois par an. Cette troupe était composée de cinq ou six acteurs dont Mariette Raté, la fille de Fred et Jean Grimaldi qui sera mieux connu quelques années plus tard.

Le cinéma était présenté plus fréquemment c’est-à-dire à toutes les semaines, le dimanche après-midi et le dimanche soir’ Xavier Bossé allait  chercher le film à Saint-Pascal et il le rapportait à la gare, une fois présenté; les westerns étaient les films les plus populaires. Monsieur le curé s’occupait du projecteur. En fait c’était la fabrique qui supervisait tout ça.

À toutes les fins de semaine, il y avait de la danse à Saint-Germain. L’orchestre Perron de l’île aux Coudres  venait à la salle paroissiale. Le village avait aussi ses musiciens : Jos Briand, Lionel Briand et Lionel Parent qui jouaient dans les veillées.

Notons qu’un peu plus à l’est, sur ce territoire qui deviendra celui de Saint-Germain, s’est établie une petite communauté, unie par l’éloignement des centres : Pointe-Sèche. Ce lieu fut, au 18e siècle un village très prospère du comté de Kamouraska. Mais on n’en fait maintenant mention que dans les livres d’histoire. Sur place ne subsistent que quelques traces tangibles.

Sentier pédestre des Cabourons : Le sentier pédestre Les cabourons part du village et sillonne les collines au sud du rang Missisipi jusqu’au chemin du même nom sur quatre kilomêtres. Une promenade vous permettra de vous imprégner des charmes du fleuve et des îles, des pêches à l’anguille et des croix de chemin.

La vue panoramique du 2e rang : Une promenade vous permettra de vous imprégner des charmes du fleuve et des îles, des pêches à l’anguille, des croix de chemin.

Les charmes du rang Mississipi : Renommé pour être l’un des plus beaux rangs du Québec.

Le calvaire : Un calvaire datant de 1850, du sculpteur Berlinguet, vous acceuille à l’entrée de ce village côtier typique.

Accès au fleuve : Les battures longeant le littoral de la plage permettent un accès facile au fleuve pour l’observation ornithologique.

L’église : L’église de pierre fut bâtie en 1883 sans l’autorisation de l’évêque (qui ne l’ouvrit au culte que 9 ans plus tard).

Brasserie Breughel : La brasserie Breughel vous propose des bières brassées sur place, à emporter ou à déguster sur la terrasse en admirant le fleuve. Une visite de la brasserie, avec support audio, est disponible gratuitement. Découvrez l’historique, les techniques de fabrication et la collection de boutelles de bière. Apportez votre pique-nique ou dégustez les encas, dont le saumon fumé. Stationnement pouvant accueillir tout type de véhicules.

La distance entre Saint-Germain et Saint-Pascal est de 10 kilomètres, entre St Germain et La Pocatière la distance est de 35 kilomètres et pour arriver à Rivière-du-Loup, il faut parcourir 40 kilomètres. Pour rejoindre Saint-Germain, il faut emprunter la route 132.

Coordonnées de Saint-Germain :

146, rang des Côtes

Saint-Germain (Québec)

G0L 3G0

Téléphone : 418 492-9771

Site Web : munsaintgermain.ca

eglise_st_germain

 Église de Saint-Germain. Crédit photo : Nicogag (commons.wikimedia.org/wiki/File:Saint-Germain-matin.jpg)

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>