Villes et villages

St-Alexandre-de-Kamouraska

St-Alexandre-de-Kamouraska

Saint-Alexandre-de-Kamouraska

La municipalité de Saint-Alexandre-de-Kamouraska fait partie de la MRC de Kamouraska et se situe au Bas-Saint-Laurent. La municipalité compte environ 2100 Alexandrines et Alexandrins et se déploie sur une superficie de plus de 116 kilomètres carrés.

La position géographique de la municipalité est exceptionnelle : à proximité de la MRC de Rivière-du-Loup et de la MRC de Témiscouata, à mi-chemin entre Québec et Rimouski et à proximité du Nouveau-Brunswick et des États-Unis. Ainsi, St-Alexandre se trouve au croisement des grands axes de circulation et d’accès que ce soit par voie terrestre, par l’autoroute Transcanadienne (autoroute Jean-Lesage et route 185), par la route 230 qui longe le fleuve ou par la route 289 qui mène au Témiscouata, au Nouveau-Brunswick et aux États-Unis.

Cette position est aussi pour charmer les vacanciers qui apprécieront tout autant le statut de carrefour de la municipalité que le magnifique paysage qu’ils pourront y observer.

Les rangs de la municipalité sont situés entre la plaine du littoral du Saint-Laurent et le piedmont des Appalaches. Sur le septième rang se trouve une zone de villégiature forestière avec chalets.

Le nom de la localité tient son origine de Mgr Alexandre Taché, archevêque de Saint-Boniface. Ce nom rappelle aussi celui d’un des premiers habitants du village, M. Alexandre Thériault.

C’est au début du XIXe siècle que la paroisse de Saint-Alexandre a été fondée sur le territoire des seigneuries de l’Isle-du-Portage et de Verbois, alors que les premiers colons provenant de Saint-André, un village voisin viennent pour s’y établir. Ces colons décident de traverser la « grande plaine » de Saint-André pour aller vivre plus haut dans les bois. Les premiers arrivants s’arrêtent à la hauteur du rang Saint-Stanislas. Le premier habitant est Jean Thériault qui s’établit sur la portion est du rang en 1812. Il est suivi par son cousin Alexandre Thériault l’année suivante. En 1815, Michel Parent s’installe. Il est suivi deux ans plus tard par Firmin Bélanger et par Frédéric Pelletier. La croissance va en s’accélérant si bien qu’en 1850, on y compte 930 âmes constituées en 112 familles.

La paroisse de Saint-Alexandre a été constituée civilement le 23 novembre 1857, après la dissolution des seigneuries, mais son nom actuel Saint-Alexandre-de-Kamouraska est devenu officiel le 14 août 1997.

L’église paroissiale de Saint-Alexandre a été bénie en 1862 et agrandie en 1882 (à ce moment son clocher y a été ajouté). Aujourd’hui, cette église constitue le point central de la paroisse de Saint-Alexandre-de-Kamouraska.

En fait, le patrimoine bâti du territoire rural de la municipalité se situe sur les six premiers rangs, entre l’église et l’avenue Saint-Clovis, dans le quadrilatère formé par la rue des Cèdres, l’avenue du Foyer, l’avenue Saint-Clovis et la route 289. On y trouvera des bâtiments de style second empire, néo-classique, néo-renaissance italienne et néo-gothique.

L’ancien couvent qui se trouve en face de l’église a été construit en 1881 et agrandi en 1902. Il se rattache au style néo-classique dans sa version néocoloniale. Construit en 1906, le presbytère a une architecture de style néo-renaissance italien.

Le cimetière municipal, avec ses allées larges, ses nombreux monuments, ses parterres bien entretenus, est une nécropole qui attire les regards des visiteurs. Le calvaire du cimetière est en bronze importé de France en 1914. Il regroupe le Christ en croix, la Madone, Marie-Madeleine et l’apôtre Saint-Jean. La grotte de Notre-Dame-de-Lourdes a été élevée avec des pierres de chaux. Les portes d’entrée du cimetière datent du tournant du 20e siècle.

Rustiques ou modernes, les croix de chemins qui se dressent au carrefour de deux routes, en pleine campagne, témoignent de la foi du peuple. Chaque croix a son histoire. Par exemple, la croix de chemin située à la croisée des routes 230 et 289 était anciennement située au centre de l’intersection. Cette croix identifie bien Saint-Alexandre et constitue un de ses principaux attraits.

Les écoles de rangs qui subsistent sont rares et certaines d’entre elles ont été recyclées en résidences privées.

Près du lac Morin, aire de pique-nique et rampe de mise à l’eau sont à votre disposition. Le barrage du lac Morin, quant à lui, se situe sur le septième rang, dans la zone de villégiature forestière. Ce barrage constitue un des éléments importants du patrimoine industriel de Saint-Alexandre et de la MRC de Kamouraska. Le barrage sert de retenue sur la rivière Fourchue et contenait un ancien réservoir pour la centrale hydro-électrique de la Rivière-du-Loup.

Saint-Alexandre est reconnue comme le grenier agricole du Kamouraska car elle a su attirer des industries majeures dans la municipalité dont  l’Abattoir St-Alexandre (ASTA). Cette industrie est génératrice de quelques centaines d’emplois.

L’agriculture est l’activité prédominante de la municipalité avec plus de 40% de la superficie totale cultivée. Le couvert forestier occupe environ 38% du territoire et est principalement confiné au secteur sud de la municipalité. Le territoire non-organisé du canton de Parke constitue un potentiel d’exploitation important pour les activités de plein air, de villégiature, de tourisme, ceci sans compter l’exploitation forestière toutes exercées dans la forêt publique.

La Rivière-du-Loup, la rivière Fouquette, la rivière Fourchue et le lac Morin sont les principaux éléments du réseau hydrographique et viennent améliorer le panorama du milieu tout en permettant des activités récréatives dont la pêche.

En tout, la municipalité offre une gamme d’activités diversifiées allant des entreprises de transformation aux stations de services, en passant par un terrain de camping, des boutiques, des salons de coiffures, des ateliers de réparation et des entreprises de construction et de transport. Quelques promoteurs exploitent des sablières, des tourbières et des gravières ce qui contribue à diversifier l’économie locale.

Au total, on y compte plus de cent industries et commerces, des dizaines d’organismes sociaux et environ 60 entreprises agricoles, dont une cinquantaine de fermes laitières, d’élevage de bovins, d’agneaux et de chevaux.

Les nouvelles constructions domiciliaires se multiplient et la municipalité voit à ce que tout soit fait dans le respect environnement.

Des attraits touristiques de l’endroit, citons le Lac Morin qui offre les opportunités de pêche et de promenades en kayak, des sentiers de randonnées pédestres, une belle piste de ski et de raquettes dans le secteur urbain ; le vignoble La Marée Montante; le club de Motoneige Mont-Bleu; le musée Normantique ; la ferme Les Alpagas d’Aldo Inc….

Le Musée Normantique est un lieu de conservation, unique en son genre, témoin de la vie des pionniers de cette région. Les visites au musée sont animées et guidées. Ce musée est aménagé dans une ancienne grange, agrandie et rénovée en respectant le cachet d’autrefois, exposant divers objets du patrimoine québécois. Des fiches explicatives permettent de comprendre leur utilité dans la vie de nos ancêtres et rendent hommage à l’ingéniosité de leurs inventeurs. La collection inclut, entre autres : objets religieux, radios outils de forge et menuiserie, tracteurs, machines agricoles en engins à gazoline.

Ferme à vocation agrotouristique. Les Alpagas d’Aldo Inc. est une entreprise de la municipalité qui se consacre à l’élevage d’alpagas de qualité pour la revente d’animaux et la production de fibre. Une visite à la ferme vous permettra de voir et d’apprendre à connaître ce merveilleux animal puisque les propriétaires se feront un plaisir de répondre à toutes vos questions. Leur boutique L`Aldorado, à la ferme offre un éventail de produits faits à partir de la fibre d’alpaga ainsi que des écheveaux de fibre prêts pour recevoir les aiguilles des habiles tricoteuses.

Le projet d’un Parc régional, qui englobe l’ensemble du territoire de sept municipalités,  cible les plateaux agroforestier et forestier de la région. Ce vaste parc de plus de mille kilomètres carrés de forêt publique demeure un projet de développement territorial visant autant l’épanouissement des activités économiques de nature touristique, récréatives, culturelles, énergétiques que celles du prélèvement de la matière ligneuse. De nombreuses activités récréatives.

Au Camp musical, formation musicale et vie de camp se côtoient. D’ailleurs, vous pouvez profiter des concerts en plein air Circuit Culture et patrimoine Hébergement.

Un gîte a été aménagée dans la résidence de la première femme photographe professionnelle de l’Est du Québec. Un vignoble est situé à proximité où vous pouvez déguster et acheter de vin.

La municipalité dispose d’un journal municipal : Alex Le Jaseur !

La municipalité est accessible par autobus Orléans Express et par train de Via rail Canada. Saint-Alexandre n’offre pas de service de transport en commun mais il y existe le Transport Vas-Y, un service de transport adapté pour les personnes âgées desservant le territoire. D’ailleurs, le port le plus près est le port de mer de Gros-Cacouna et la piste d’atterrissage la plus proche se situe à Rivière-du-Loup. Plusieurs entreprises locales et régionales de camionnage desservent la région.

Saint-Alexandre-de-Kamouraska est située à 200 kilomètres au nord-est de Québec et à 500 kilomètres au sud-ouest de Gaspé. La ville de Rivière-du-Loup et celle de Saint-Pascal se situent à 25 kilomètres au nord-est, La Pocatière se trouve à 50 kilomètres et Témiscouata-sur-le-Lac est située à 75 kilomètres à l’est.

Charcuterie Boucher : Fondée en 1958, la Charcuterie Boucher offre des produits de haute qualité qui ont conquis la clientèle. Outre la fameuse recette ce cretons, encore disponible aujour’hui, procurez-vous cette spécialité, le filet de Bohême (longe de porc désossée), marinée et cuite), et plusieurs autres produits maison comme le boudin, 15 variétés de sauchisses fraîches, pâtes, salami, pepperoni, tête fromagée, jambon et bacon fumés maison, viande fraîche de porc et de boeuf, sans oublier l’agneau du Kamouraska.

Les Alpagas d’Aldo: Visitez la ferme et rencontrez les alpagas qui sauront vous charmer au premier regard. Magasinez à la boutique L’Aldorado qui vous porpose des produits fabriqués à partir de fibre d’alpaga aux propriétés reconnues : bas, tuques, chapeaux, mitaines, jetés, écharpes et écheveaux prêts pour le tricot. Aire de pique-nique.

Vignoble La marée montante. 568, rang Saint-Charles G0L 2G0. Découvrez les étapes de fabrication des vins produits sur place, de la cueillete des fruits à l’embouteillage, puis dégustez ces créations. Pour la fabrication des vins, 6 000 plants de raisins sont requis. D’autres produits sont concoctés à partir de framboises, aronias, bleuets, prunes, poires et cassis. Sur place, procurez-vous vins, mistelles, gelées, coulis et autres délices à base de petits fruits. Possibilité de prendre part aux vendanges.

Coordonnées de Saint-Alexandre-de-Kamouraska :

629, route 289
Saint-Alexandre-de-Kamouraska
G0L 2G0

Téléphone : 418 495-2440

Site Web de Saint-Alexandre-de-Kamouraska : stalexkamouraska.com

st alexandre de kamouraska

Saint-Alexandre-de-Kamouraska. Source de la photographie : Site Web de la municipalité

Voir aussi :

2 Comments

  1. Nadeau Raynald

    2013/08/21 at 11:54

    Je suis natif de St-Alexandre, en visitant votre site je recherchais le nom des habitants de St-Alexandre. J’aimerais bien le savoir. Merci

  2. Renaud Jules Deschênes

    2015/05/28 at 4:46

    Bonjour les alexandrins,
    Samedi le 13 juin 2015: Madame Cécile Michaud- Deschênes, native de Saint-Alexandre, sera enterrée au cimetière paroissial, à 11h:00 du matin…Une courte cérémonie, aura lieu sur place, en présence de celles qui ont obtenu l’héritage, si minime soit-il, de la défunte…Cette dernière est née le cinq septembre 1916, au village, elle était la fille de Sieur Edouard Michaud et de dame Marie Albert…Feu Cécile Michaud, sera enterrée (cendres) dans le lot familial, situé troisième tombe, sur la lisière nord, du lieu consacré…M. le curé sera présent, pour la cérémonie funèbre…La signature des archives, se fera au presbytère de l’endroit…Des étrangers signeront le registre d’inhumation…La défunte avait 99 ans, elle souhaitait atteindre le centenaire, mais Dieu la rappela à elle quelques mois plus tôt…Si vous souhaitez en savoir plus, quant à la teneur de l’événement, faites moi signe sur Facebook ou autres…
    Renaud JULES Deschênes

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>