Villes et villages

Rigaud

Rigaud

Rigaud

La municipalité de Rigaud naît en 1995 suite à la fusion entre la ville de Rigaud et la paroisse de Sainte-Madeleine-de-Rigaud, dans la région administrative de la Montérégie et dans la municipalité régionale de Vaudreuil-Soulanges. La municipalité actuelle occupe une superficie de plus de 97 kilomètres carrés où habitent environ 7 mille Rigaudiennes et Rigaudiens, sans compter les milliers de vacanciers et skieurs qui viennent chaque jour jouir des pistes de ski aménagées sur la montagne Rigaud.

Rigaud se niche au pied de la montagne, en bordure du lac des Deux-Montagnes et de la rivière des Outaouais. C’est une municipalité reconnue pour sa vocation récréotouristique. En effet, toutes les activités économiques et sociales y sont basées sur les ressources naturelles.

Historiquement, c’est le 29 octobre 1732 que la seigneurie de Rigaud est concédée à Pierre de Rigaud de Cavagnal, officier de marine, et au capitaine Pierre-François de Rigaud de Vaudreuil, son frère. Ce dernier, né en 1698, fut le dernier gouverneur général français du Canada et, à ce titre, il signa la capitulation de la Nouvelle-France.

En 1763, la seigneurie est vendue à Michel-Alain Chartier, marquis de Lotbinière. Mais son développement ne commence vraiment qu’au milieu du XIXe siècle, après l’ouverture d’un bureau de poste sous le nom de Rigaud en 1832, et l’ouverture du collège Bourget par les Clercs de Saint-Viateur.

Le 19 juin 1887, la construction de la chapelle Notre-Dame-de-Lourdes débute, et cette chapelle est bénie le 16 novembre de la même année.

En 1890, le chemin de fer Vaudreuil-Rigaud est inauguré.

Le 1er janvier 1881, la municipalité du village de Rigaud se détache de la paroisse de Sainte-Madeleine-de-Rigaud. En 1911, le village devient la ville de Rigaud. Au cours des années, celle-ci se transformera grâce à la construction de ponts, d’aqueducs, du chemin de fer et de la gare. Des travaux de dragage dans la rivière à la Graisse (qui portera plus tard le nom de rivière Rigaud à l’initiative de Gustave Boyer) faciliteront le transport des marchandises. L’amélioration des routes dans la municipalité ainsi que l’arrivée du téléphone font aussi partit des transformations que vivra la municipalité.

En 1909, la manufacture d’explosifs de la Northern Explosive compagnie, propriété de Curtis & Harvey, est ouverte à Rigaud, ce qui entraîne une augmentation de la population, mais celle-ci diminue en 1911, suite à une explosion de la manufacture qui fait 4 morts. Une autre explosion survient dans une poudrerie de Rigaud le 18 août 1917.

En 1995, la ville de Rigaud fusionne avec la paroisse Sainte-Madeleine-de-Rigaud et devient l’actuelle municipalité de Rigaud.

Aujourd’hui, on trouve un grand nombre de bâtiments historiques et un circuit patrimonial touristique est offert aux visiteurs qui désirent admirer les trésors architecturaux de Rigaud.

Dans un autre registre, le long de l’autoroute Félix-Leclerc, on trouve un secteur industriel qui ne nuit pas à la qualité de vie du voisinage résidentiel. Côté agriculture, on trouve à Rigaud la plus grande concentration de producteurs laitiers de toute la MRC de Vaudreuil-Soulanges.

Les opportunités pour les amateurs de sports nautiques ne manquent pas et il existe des centres de pêche et des rampes de mise à l’eau.

On peut aussi sillonner les 25 kilomètres de sentiers de randonnée pédestre, équestre ou de ski de fond sur le Mont Rigaud. Les vues panoramique qui s’ouvrent depuis le mont sont étonnantes. De plus, Rigaud est la capitale ornithologique du Québec, en raison de la grande quantité d’espèces d’oiseaux qui y vivent ou y séjournent, attirés par ses différents microclimats. Au total, on y dénombre environ 250 espèces d’oiseaux.

Rigaud est aussi reconnue au Canada et même à l’extérieur du pays pour son collège Bourget et son Centre d’apprentissage Rigaud, deux institutions d’enseignement de niveau international.

Le sanctuaire Notre-Dame de Lourdes et son Champ des guérets, fondé en 1874, est également reconnu internationalement comme un havre de paix où la nature et la beauté de l’endroit incitent au recueillement.

Coordonnées de Rigaud :

391, chemin de la Mairie
Rigaud
J0P 1P0

Téléphone : 450 451 0869

Site internet de Rigaud : www.ville.rigaud.qc.ca

Site internet de la paroisse de Sainte-Madeleine-de-Rigaud : paroissestemadeleine.org

Rigaud

Rigaud

Centre-ville de Rigaud. Auteur de la photographie : P199

Voir aussi :

3 Comments

  1. André Thibert

    2010/07/02 at 9:28

    Nombreux de mes ancêtres ont été baptisés et mariés à la paroisse Ste-Madeleine. J’en retrouve dans Family Search mais les Mormons les ont tous inclus dans les registres de la paroisse St-André d’Argenteuil.
    Comment faire la différence? Par le nom des curés qui ont signés les registres? Si oui, est-ce que la fabrique pourrait me fournir les noms et dates de ces prêtres?
    J’aimerais, avec ces informations, corriger mes données généalogiques.
    Merci à l’avance.
    Optimistement vôtre,
    André Thibert.

  2. Gilles Grondin

    2011/07/31 at 2:42

    Bonjour,
    J’ai en main copie de l’acte de sépulture de l’un de mes ancêtres, François Grondin, inhumé è Sainte-Madeleine-de-Rigaud le 18 août 1835.
    Je n’arrive pas à bien lire le nom du prêtre (curé) qui a signé. Pourrait-il s’agir de J.J.Vinet ?
    Pourriez-vous m’indiquer un ouvrage dans lequel je trouverais ce genre de renseignements?
    Merci à l’avance de votre précieuse collaboration,
    Gilles Grondin

  3. Michel Bélanger

    2012/11/10 at 12:17

    J aimerai savoir la date du décès de ma mère Thérèse Vallee femme de Marcel Bélanger qui serait décédé le 1 novembre 1957 mais sur son papier de salon funéraire ca indique le 31 octobre j aimerai savoir la bonne date mon téléphone est le 450/455/ 3684 merci beaucoup

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>