Villes et villages

Morin-Heights

Morin-Heights

Morin-Heights

La municipalité de Morin-Heights fait partie de la MRC des Pays-d’en-Haut, dans la région administrative des Laurentides. Elle recouvre une superficie de plus de 55 kilomètres carrés et regroupe environ 3 700 Morinheighters (C’est l’un des rares gentilés au Québec qui soit emprunté à la langue anglaise sans aucune modification).

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, ces lieux étaient surtout fréquentés par des chasseurs des Premières nations.

L’honorable Augustin-Norbert Morin, ministre du Gouvernement du Bas-Canada en 1850, se rend sur place, accompagné de son guide indien Simon, pour déterminer si la région est propice à la colonisation. Ensuite, au cours de cette même année 1850, les premiers colons, soit trois frères de la famille Seale venus de Connaught, en Irlande, s’y installent.

Le village est d’abord baptisé modestement Morin-Flats. Mais en 1911, suite à une envolée lyrique du plus bel effet, il prend le nom de Morin-Heights.

De nouveaux colons viennent de Gore ou d’autres cantons, suivis d’immigrants irlandais, écossais et canadiens français amenés par le curé Labelle.

Les Irlandais de Morin-Heights sont à l’origine, vers 1860, de la création de la milice des Argenteuil Rangers, créée afin de s’opposer à l’invasion des Feniens (des nationalistes irlandais venus des États-Unis pour s’attaquer aux intérêts britanniques au Canada).

Jusqu’au milieu du XXe siècle, les principales sources de revenus du village sont l’abattage du bois et les scieries. Édifiées sur les berges de la Rivière-à-Simon, ces dernières emploient la plupart des résidents de Morin-Heights. Citons par exemple la scierie Argenteuil Lumber Company, l’une des plus importantes au Québec à l’époque.

En 1895, le chemin de fer fait son apparition, entraînant la construction de nombreuses villas autour des lacs environnants. À partir des années 30, les amateurs de ski arrivent par wagons entiers et on construit à Morin-Heights des auberges et des pensions pour les accueillir. On aménage également des pistes de ski de fond et de ski alpin avec remonte-pentes.

En 1962, l’autoroute des Laurentides tente à son tour de défigurer le paysage de cette charmante région.

La population s’accroît. Après la venue d’immigrants suisses, allemands ou italiens au cours de la première moitié du XXe siècle, les années 1960 voient l’arrivée à Morin-Heights de jeunes déserteurs américains opposés à la guerre du Vietnam. La municipalité devient peu à peu un endroit cosmopolite, renommé pour sa musique et ses arts.

Dans les années 1980 la municipalité est en pleine expansion, ce qui se traduit par de nouveaux développements résidentiels.

On y trouve maintenant plusieurs centres de ski, tels le club Viking et le club des Coureurs Des Bois. La station de ski Morin Heights, d’une dénivellation de 200 mètres, possède plus d’une vingtaine de pistes et sept remontées.

Il ne faut pas oublier le fameux Corridor Aérobique, une piste cyclable d’une longueur totale d’environ 60 kilomètres reliant Mont-Tremblant et Morin-Heights. Cette voie se transforme en piste de ski de fond en hiver.

Le Musée du ski des Laurentides se trouve à Saint-Saveur, tout près de Morin-Heights, dans la maison patrimoniale du Suédois Herman Johannsen dit Jack Rabbit, qui fut le premier à introduire la pratique du ski de fond sportif en Amérique.

Malheureusement, Morin-Heights est restée dans la mémoire des Canadiens comme l’endroit où, en 1990, lors de la tragédie de la secte du Temple Solaire, quatre membres de la secte et un bébé trouvèrent la mort.

On arrive à Morin-Heights en suivant la route 329 et la route 364 via l’Autoroute des Laurentides.

Coordonnées de Morin-Heights :

567, chemin du Village
Morin-Heights
J0R 1H0

Téléphone : 450 226 3232

Site internet de Morin-Heights : morinheights.com

Morin-Heights

Morin-Heights

Paysage à Morin-Heights, source de la photographie : Site Web de Morin-Heights

Voir aussi :

2 Comments

  1. g.d.cohen

    2010/10/14 at 3:33

    The musée de ski des laurentides is in St. Sauveur, not morin heights.

  2. admin

    2010/10/14 at 3:50

    En effet. Merci pour la correction. Je viens de rectifier le texte. D’ailleurs, voici notre billet sur le musée du ski des Laurentides : http://grandquebec.com/musees-du-quebec/musee-du-ski

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>