Villes et villages

Longue-Pointe-de-Mingan

Longue-Pointe-de-Mingan

Municipalité de Longue-Pointe-de-Mingan

La municipalité de Longue-Pointe-de-Mingan est située dans la Municipalité régionale de comté de la Minganie, faisant partie de la région administrative de la Côte-Nord. Notons que es gens de la région disent simplement Longue-Pointe pour désigner cette unité administrative. La superficie totale de la municipalité est de 641 kilomètres carrés et la municipalité compte une population d’environ 400 Papayas (tel est le gentilé qui désigne les résidents de Longue-Pointe-de-Mingan).

Longue-Pointe-de-Mingan se situe à 200 kilomètres de Sept-Îles, sur la Côte-Nord, voisine de Havre-Saint-Pierre et de Rivière-Saint-Jean. La municipalité a été établie en 1966, mais l’endroit a été peuplé depuis 1849, avec l’arrivée des pêcheurs, gens originaires de Paspébiac, eux-mêmes d’ascendance acadienne. Ce groupe avait à leur tête M. Thaddée Leblanc. En fait, la dénomination collective Paspaya est une déformation du terme Paspébiac, encore largement usitée, rappelle une présence acadienne ancienne. Par la suite, vers 1880, plus d’une dizaine de familles s’y établissait.

Quant au nom descriptif de Longue-Pointe, il évoque une longue pointe de sable à l’ouest du villa, sur la rive de la baie de Mingan. De leur côté, les autochtones Montagnais désignent le lieu Nemiskat ou Nemiskaw, dont la traduction, incertaine, pourrait être endroit poissonneux. Joseph-Étienne Guinard, qui l’orthographie Nemaskwa, lui donne plutôt le sens de pointe de l’ours, de né, pointe et ask, ours. L’examen de quelques documents historiques permet de suivre différentes formes que la dénomination a revêtues : de Longue Pointe, sur une carte de 1735, on passe à la forme anglaise Long Point (fin du XVIIe – début du XVIIIe siècle), puis à Mingan Point sur la carte du capitaine Carver (1776). James Cook consigne Pointe de Mingan, en 1784, et Placide Vigneau, Longue-Pointe-de-Mingan, en 1857. En outre de refléter l’appartenance du territoire à la terre de Mingan jadis, cette dernière appellation constitue la dénomination courante. Il s’agit de celle du bureau de poste local depuis 1936, précédée de la forme anglaise Long Point of Mingan, attribué en 1885.

Directement situé sur le bord du golfe du Saint-Laurent, ce village profite d’une plage de sable fin, toutefois la température de l’eau n’y dépasse guère les 4 degrés. On a aménagé un trottoir de bois le long du littoral, afin d’encourager la randonnée pédestre, de mieux permettre l’observation des baleines, des phoques et des oiseaux marins et d’admirer le magnifique paysage offert par la mer.

Face à la municipalité, on trouve quelques îles qui font partie du Parc national de l’Archipel-de-Mingan. En fait, depuis la côte on distingue l’Île aux Bouleaux, l’Île Nue de Mingan et l’Île aux Perroquets. Cette dernière doit son nom aux nombreux macareux moines (aussi appelé perroquets de mer) qui y résident en été. Longue-Pointe tient, en juillet de chaque année, le festival des Paspayas, au cours duquel se déroulent une foule d’activités. On y retrouve aussi la Station de recherche des îles Mingan qui est le seul centre de recherche spécialisé sur les rorquals bleus.

La plupart des résidents de la municipalité (plus de 95%) parlent le français dans leurs familles, le reste parle l’anglais et l’innu-aimun, une langue autochtone locale.

Caye à la Tête de Cheval

Situés au sud-est de l’île à Bouleaux du Large dans l’archipel de Mingan, ces récifs, d’une longueur de 1 km au nord au sud, furent baptisés Middle Reef en 1832, probablement en raison de leurs situation au milieu d’un des chenaux les plus accessibles conduisant à la terre ferme. En 1913, le cartographe Gustave Rinfret les identifia seulement par le mot Récifs, comme l’avait fait Thomas Wright en 1790 en écrivant le mot Rock. Les auteurs des cartes topographiques et hydrographiques au XXe siècle reprirent le toponyme Middle Reef, bien qu’en 1958 la Commission de géographie ait approuvé le toponyme Récif du Milieu. Caye à la Tête de Cheval est officiel depuis 1979. Selon Placide Vigneau, tête de cheval brasseur est le nom vernaculaire d’une espèce de loups marins du Saint-Laurent (Phoca groenlandica ; Harp Seal). Le nom montagnais de cette caye est Phinipisk, le récif à Philippe. Variantes : Caye de l’Île à Bouleau ; Caye à Loups Marins.

(Dans le monde tropical, une caye est une petite île basse, faite de sable et de corail. Probablement importé par des marins, ce terme est peu utilisé au Québec).

Église de Longue-Pointe-de-Mingan

Église Saint-François-D’Assise de Longue-Pointe-de-Mingan. Auteur de l’image Cephas, source : commons.wikimedia.org/wiki/File:%C3%89glise_Saint-Fran%C3%A7ois-D%27Assise_Mingan.jpg.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *