Villes et villages

Labelle

Labelle

Labelle

La municipalité de Labelle est située dans la Municipalité régionale de comté des Laurentides et la région administrative des Laurentides, à environ 150 kilomètres au nord-ouest de Montréal et à environ 65 kilomètres au sud-est de Mont-Laurier, sur la rivière Rouge. La municipalité s’étend sur une superficie de 217 kilomètres carrés et regroupe environ 2300 Labelloises et Labellois.

Ce beau et accueillant coin de pays fait découvrir aux voyageurs un chapitre important de l’histoire du Québec. En effet, son implantation est due au projet du curé François-Xavier-Antoine Labelle, promoteur de la colonisation des Laurentides dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle. En 1878, le jour de la Nativité de Marie, le curé Labelle plante une croix et célèbre la messe sur une pointe de terre qui s’avance au pied de la Chute aux Iroquois.

C’est ainsi que les premiers lots sont octroyés vers 1878 dans la région connue jusqu’alors sous le nom de Chute aux Iroquois auquel s’ajoute celui de mission de la Nativité-de-Marie, en 1880.

Le nom Chute aux Iroquois provient d’une légende relatant la mort de plusieurs Iroquois dans les rapides de la chute. En 1891, le nom du village Chute aux Iroquois est délaissé en faveur de celui de Labelle, rendant hommage au curé.

Les premiers colons s’affairant au défrichage des terres. Pendant plusieurs années, l’agriculture, les chantiers de bois et la drave sont le gagne-pain de la population.

Labelle a connu l’époque de la drave le long de la rivière Rouge. Cette majestueuse rivière a vu descendre des milliers de billots.

Jusqu’à nos jours, il subsiste à Labelle une bâtisse datant de cette époque: la Maison Cloutier. Cette maison est sans contredit l’une des plus anciennes maisons en bois les mieux conservées de toute la région. La maison ancrée au sol est rechaussée par de la terre le long du carré de maison. Il s’agit d’une vielle technique permettant une meilleure isolation.

En 1882, une chapelle y est construite. En 1902, la municipalité est divisée en deux, sont alors constitués le village de Labelle et le territoire des agriculteurs connu désormais comme la municipalité du Canton Joly. (C’est en 1973 que les deux municipalités se fusionnent pour former la municipalité de Labelle).

En 1902, on voit arriver des religieuses de la communauté enseignante des sœurs Sainte-Croix qui fondent une mission au village de Labelle. Fait malheureux, le soir même de leur arrivée, un incendie détruit une grande partie du village.

Les soeurs de Sainte-Croix font ériger un couvent en 1905. Bâti en brique, le couvent compte deux étages et est coiffé de mansardes. Cette maison d’éducation devient l’un des principaux pensionnats pour filles, en remplissant le rôle d’école paroissiale pendant des décennies. Aujourd’hui, une clinique médicale loge dans le vieux couvent.

En 1899, l’on termine la construction d’un solide pont de bois couvert, remplacé en 1945 par le pont actuel. Le 26 octobre 1893, la voie ferre arrive à Labelle. Pendant plusieurs années, ce sera le seul moyen de transport pour les passagers et les marchandises. La municipalité se transforme dès lors en un important centre commercial et manufacturier et, durant onze années, Labelle est le terminus de cette ligne ferroviaire.

Le train arrête de circuler en 1985, et, de l’emprise ferroviaire, naît un parc linéaire, le célèbre P’tit Train du Nord, accueillant les cyclistes durant la saison estivale et les motoneigistes en la saison d’hiver.

Quant à la gare, elle est conservée comme attrait touristique. Elle a été transformée en un musée, situé directement sur le parc au km 107.

Notons que la Société d’Histoire de Chute aux Iroquois gère un beau petit musée d’histoire, où on peut admirer des centaines d’objets prêtés par des citoyens pour nous rappeler l’histoire du Québec. On y découvre un bain centenaire, un métier à tisser datant des années 1850, un moulin à lessive avec une cuve entièrement en bois et bien plus. La Société a aménagé un circuit patrimonial.

Entourée d’un décor à couper le souffle, Labelle est le carrefour des activités de plein air. C’est l’endroit de détente par excellence pour venir pratiquer des activités sportives et familiales: activités nautiques sur ses nombreux lacs, descente de la rivière Rouge en canot et kayak, piste cyclable Le P’tit train du Nord, asphaltée à partir de la gare, nombreux sentiers pédestres, de quad, de motoneige, de ski de fond et de raquette. On y pratique l’équitation et la randonnée en traîneau à cheval. C’est un lieu privilégié pour l’observation de la nature, de chevreuils et d’oiseaux, ainsi que de chasse et pêche. Il y existe un champ de tir à pistolet.

La municipalité travaille à un plan de diversification économique suite à la fermeture du moulin à scie de la Commonwealth Plywood, ouvert en 1925 et fermé en 2007. En 2008, la Municipalité de Labelle a été reconnue village-relais. Elle s’est inscrite également aux Fleurons du Québec.

Le lac Key, le lac Mareuil, le Lac Abiès, le lac Labelle et quelques autres lacs de la régions sont renommés par ses truites mouchetées, achigans, nombreux brochets, truites grises et brunes. On peut faire de très belles parties de pêche si on a un équipement léger, tel que canot et VTT.

D’ailleurs, la municipalité de Labelle est porte d’entrée des réserves fauniques Papineau-Labelle et Rouge-Matawin, ainsi qu’au parc du Mont-Tremblant.

Coordonnées de Labelle :

1, rue du Pont
Labelle
J0T 1H0

Téléphone : 819 681-3371

Site Internet de Labelle : www.municipalite.labelle.qc.ca

Curé Labelle

Curé Labelle

Statue du curé Labelle sur le territoire de la municipalité. Source de la photographie : Site Web de la municipalité de Labelle

Voir aussi :

2 Comments

  1. Henri Sévigny

    2011/02/11 at 4:05

    Présentement, nous sommes à la recherche de la photo du pont couvert, situé sur la route 117, à environ 2km de la fourche de La Minerve, direction Nord. Ce pont a été remplacé par le pont actuel, en ciment (pont Ouellette) au début des années 1939-1940 environ.

    Nous sommes à la recherche de cette photo ou nous aimerions avoir des informations pour faire nos recherches.

    Nous attendons une réponse sous peu.

  2. Marielle Bélanger

    2015/01/14 at 12:48

    Bonjour, je suis à la recherche des médecins qui ont contribués au développement de Labelle après Dr Bigonesse.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>