Villes et villages

Kebaowek

Kebaowek

Kebaowek

Kebaowek, connue eaglement comme Eagle Village, est une réserve indienne algonquine, située dans la région administrative Abitibi-Témiscamingue et enclavée dans le territoire de Kipawa. On y dénombre environ 300 habitants. La superficie totale de la réserve est de 0,21 kilomètres carrés.

La réserve de Kebaowek est située sur la rive ouest du lac Kipawa. La distance entre Kebaowek et la ville de Témicaming est de dix kilomètres. La distance entre la réserve et Ville-Marie est de soixante-dix kilomètres. Le nom de la réserve est une variante graphique du mot de Kipawa. En langue algonquine ce terme signifie « Endroit fermé ». Les Algonquins qui y vivent se nomment Kipawawini ou « peuple du lac fermé ».

Auparavant, les Kipawawini n’avaient pas de domicile fixe. Comme la plupart de peuples nomades, ils pratiquaient les activités traditionnelles de chasse, de pêche et de trappe dans toute la région entourant le lac Kipawa. C’est vers le milieu du XIXe siècle que les missionnaires Oblats établissent une mission au lac suivis par la Compagnie de la Baie d’Hudson qui y ouvre un poste de traite en 1879, qui sont à l’origine des premiers arrêts saisonniers des Algonquins à Kebaowek. Vers 1918, ils fondent un petit village, mais de graves épidémies auraient décimé la population dans les décennies qui suivirent.

La population se met de nouveau à croître dans les années 1950. Selon le recensement 1958, la bande de Kebaowek et la bande de Brennan Lake, située à quelques dizaines de kilomètres à l’est, cumulent 75 personnes. Dès 1965, après l’arrivée d’Algonquins de Hunter’s Point, de Wolf Lake, de Témiscamingue et de Matawa, en Ontario, la population du territoire s’accroit de façon significative.

La bande Kipawa a été formée en 1965, mais la réserve indienne a été constituée officiellement en 1974, suite à l’acquisition par le gouvernement du Québec d’un territoire qui appartenait à la compagnie Gordon Creek Improvement.

Aujourd’hui, les activités économiques des résidents se centrent sur la foresterie, piégeage, traiteur, art et artisanat, dont la fabrication de mocassins.

Le Conseil de bande est pour sa part connu sous le nom d’Eagle Village First Nation – Kipawa.

En général, les communautés algnonquines de l’Abitibi-Témiscamingue représentent environ 4% de la population régionale et moins de 10 % de la population autochtone du Québec, mais cette population est en croissance, à l’inverse de la population non-autochtone de la région. Du nombre total des Algonquins, plus d’une personne sur deux vit dans des réserves et établissements algonquins de la région.

kebaowek

Kebaowek

Kebaowek. Photo du domaine public

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>