Villes et villages

Kamouraska

Kamouraska

Kamouraska 

Le village de Kamouraska est un centre de villégiature de la MRC de Kamouraska dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent. Il s’étire sur la côte de l’estuaire du Saint-Laurent sur un territoire de près de 41 kilomètres carrés et regroupe une population d’environ sept cents Kamouraskoises et Kamouraskois. Il doit son nom à la rivière qui y coule. Ce nom proviendrait d’une langue algonquienne et se traduirait par : « là où il y a du jonc au bord de l’eau ».

Bien que la seigneurie de Kamouraska soit concédée depuis 1674, il faut attendre la fin du XVIIe siècle pour que s’y installent les premiers colons.

Kamouraska n’a pas tardé à devenir le chef-lieu de la région, que l’on nommera plus tard le Bas-Saint-Laurent. Aujourd’hui, la municipalité de Kamouraska, classée parmi les villes et villages les plus beaux et pittoresques du Québec, offre des paysages agrémentés d’une richesse architecturale, qui fait de ce village l’un des plus beaux du Québec. Le village de Kamouraska a gardé une unité architecturale unique au pays et d’élégantes maisons de navigateurs le composent.

Au milieu du XIXe siècle, Kamouraska fut le centre du district judiciaire de la Cour Supérieure de tout l’Est du Québec. Plusieurs hommes illustres y ont vécu, entre autres, Rudolphe-Basile Routhier, auteur des paroles de l’hymne national Ô, Canada, et René Chaloult, père du drapeau québécois., inhumé dans le cimetière paroissial.

Côté économie, l’agriculture a toujours été la principale source de revenus de la population kamouraskoise. Plusieurs fermes portent des noms pittoresques : l’Embarras, des Côtes, du Cap, ou encore Petit-Village, Haute-Ville et Petit-Rang. Toutes ces fermes produisent d’excellents produits du terroir.

Un autre secteur, la pêche occupe encore une place importante. On y retrouve entre autres espèces: l’anguille, le flétan et l’éperlan. La transformation des produits de la mer gagne en popularité dans les poissonneries locales.

Le Site d’interprétation de l’anguille de Kamouraska permet aux visiteurs d’apprendre tout sur ce métier traditionnel de la localité et de la région.

Le tourisme, représenté par les embarcations de plaisance est également de plus en plus populaire.

Kamouraska possède la plus grande concentration d’attraits patrimoniaux parmi les villages québécois. Citons quelques exemples :

  • L’ancien palais de justice de Kamouraska, construit en 1888 qui abrite aujourd’hui un centre d’art et d’histoire. Lieu de diffusion des arts visuels et des métiers d’art. Expositions, conférences, ateliers, événements culturels. Membre du Circuit des créateurs.
  • Musée régional de Kamouraska : Musée d’histoire, d’ethnologie et d’art traditionnel, situé dans un ancien pensionnat, construit en 1851. Exposition permanente sur le mode de vie des ancêtres et des personnages illustres qui ont façonné l’identité du Kamouraska. Boutique. Généalogie. La galerie d’art du groupe Reg’Art est logée dans le sous-sol du musée régional. La galerie propose des tableaux aux couleurs vibrantes du Kamouraska. Tout l’été, un peintre à l’oeuvre vous accueille pour partager sa passion et faire apprécier la diversité des toiles exposées. La saison débute pour l’événement Reg’Art sur une légende et se termine par l’activité Reg’Art en couleurs réunissant plusieurs artistes peintres sous un chapiteau.
  • Berceau de Kamouraska. Ce parc commémoratif est établi sur les lieux du premier centre civil et religieux de Kamouraska et du Bas-Saint-Laurent, à l’est de Rivière-Ouelle (1709-1791). Le Berceau de Kamouraska intègre une chapelle-souvenir, des panneaux à connotation historique, la localisation de l’emplacement de la deuxième église, du prsbytère et du premier ciemtière de Kamouraska, ainsi qu’une aire de repos. Un monument à la mémoire des pionniers et recense plus de 220 patronymes différents, identifiant les 1400 sépultures répertoriées sur le site. Animaux en laisse acceptés.
  • La maison Lebel-Langlais, érigée vers 1754.
  • La maison du domaine seigneurial Taché, adossée au cap Taché, à l’écart de la route 132.
  • L’ancien couvent, construit en 1851, où loge le Musée d’histoire, d’ethnologie et de traditions populaires de Kamouraska.
  • Le Musée agricole Le Fournil.
  • Le Site d’interprétation de l’anguille.
  • La boutique de métiers d’art Le Fil Bleu, déménagé dans l’ancien presbytère de Kamouraska, vous invite à découvrir la région à travers le savoir-faire des artisans du Bas-Saint-Laurent. Vous y découvrirez les oeuvres de dizaines d’artistes de différentes disciplines, notamment la joaillerie, les textiles, la céramique, l’ébénisterie, le verre, la photographie, etc.
  • Magasin général de Kamouraska. Située entre la mer et l’avenue Morel, cette ancienne maison rénovée dans l’esprit des années 1930, rappelle le lieu de rencontre qu’était le magasin général à l’époque. Véritable invitation à la gourmandise, les comptoirs regorgent de produits fins, charcuteries, fromages et autres petites douceurs. Coin brocante et comptoir de dégustation des produits du terroir. Terrasse sur le fleuve.
  • La maison de la Boulangerie Niemand, un superbe bâtiment datant du début du XXe siècle.
  • Le moulin Paradis.
  • Boulangerie Niemand. Cette échoppe est aménagée dans une résidence de style victorien bâtie en 1903. Elle propose des pains au levain, façonnés à la main et cuits sur la sole. La farine intégrale est moulue sur pierre pour un maximum de fraîcheur et de valeur nutritive. Pâtisseries, confitures, vinaigres aux petits fruits d’ici et autres gourmandises valorisent les saveurs locales. L’approvisionnement en grains provient du Kamouraska.
  • Chocolaterie La Fée Gourmande, une chocolaterie artisanale, où parfums de fleurs, d’épices, de fruits vous accueillent. Chocolats fins, caramels, glaces, guimauves, sorbets, tartinades, nougats, bonbons sont y fabriqués sur place.
  • Atelier et galerie d’art Michel LeRoux. Artiste peintre Michel LeRoux ouvre les portes de son atelier au grand public durant la saison estivale. Il fabrique aussi des oeuvres en bois de grève de Kamouraska. Du jardin fleuri de l’atelier, vous admirerez le fleuve vu dès cet oasis de créativité.
  • Kamouraska Zodiac Adventure. Au départ du quai municipal, à bord d’un zodiac découvrez les paysages saisissants du fleuve Saint-Laurent et des îles de Kamouraska, tout en observant les mammifères marins et les colonies d’oiseaux. Faites le pleins de souvenirs impérissables.
  • Quai des Bulles, une savonnerie artisanale qui propose une grande variété de savons à base d’huiles de son de riz, ainsi qu’une gamme complète de produits corporels, élaborés à partir d’ingrédients naturels ou biologiques de qualité. Atelier de fabrication accessible aux visiteurs. Membre du Circuit des créateurs.
  • Le jardin du bedeau. Épicerie fine et petit dépanneur. Produits de Kamouraska et d’ailleurs, dont plusieurs biologiques: charcuteries sans nitrite, saucissons secs bio, terrines, porc, agneau, boeuf, lapin, farine, pain Première Mousson, baguette, miches, miel, biscuits, chocolat, jus, huiles comestibles pressées à froid, huiles et sels aromatisés, vinaigres non pasteurisés, vinaigrettes maison, mets préparés, confitures, tisanes, thé, café, bières artisanales, fromages régionaux. Produits cuisinés sur place et d’alimentation courante. Journaux disponibles.
  • Poissonnerie Lauzier. Une poissonnerie familiale, dont la tradition de pêche en mer s’est perpétuée de père en fils. Elle offre poissons, fruits de mer, mollusques, le tout mariné, frais, mariné ou fumé : anguilles, esturgeon noir, flétan, hareng, morue, sole, truite, saumon d’Atlantique, turbot, bourgots, crabe de neige, crevettes, homards, moules, pétoncles, palourdes. Mets cuisinés, produits marinés ou fumés artisanalement selon une méthode exclusive. Sur place, un bistro de la mer.
  • L’Agnellerie. Cette ferme ovine, qui respecte le confort des animaux, vous propose une viande de qualité, au goût unique, emballée sous vide, fraîche ou congélée. Elle offre les coups standards dans l’agneau, les commandes spéciales et les produits de charcuterie tels que saucisse et viande fumée. On peut visiter l’élevage et apprendre les rudiments de cette production. Assistez à une démonstration de la tonte (sur réservation).
  • Pêcheries Ouellet. La famille Ouellet s’implique dans l’industrie de la pêche depuis plus d’un siècle. Elle a su marier les méthodes ancestrales de production aux technologies les plus récentes pour développer des produits distinctifs. Pêcheries Ouellet dispose d’un fumoir artisanal et offre, au détail et en gros, les produits fins de la mer. Les produits fumés: esturgeon, anguille, saumon, pétoncles, crevettes, moules et truite. Les merrines (pâtes de poisson) constituent une autre des spécialités, en plus d’une gamme de produits marinés.

Kamouraska propose aussi un parcours le long du circuit patrimonial jalonné de panneaux explicatifs qui peut être réalisé à pied ou à vélo et le sentier du parc des Sept-Chutes d’une longueur de 3 km qui traverse un superbe canyon.

D’ailleurs, la promenade le long du rivage, les quais, la plage, les jolies maisons font de Kamouraska un lieu de villégiature typique.

Coordonnées de Kamouraska :

67, avenue Morel
Kamouraska
G0L 1M0

Téléphone : 418 492 6523

Site Web de Kamouraska : Kamouraska.ca

kamouraska

Photo ancienne de Kamouraska. Source : Site Web de la ville

Lire aussi :

1 commentaire

  1. Geneviève Gauthier

    2017/06/13 at 12:17

    J’ai passé mes vacances 2016 à Kamouraska, fin juin. Il pleuvait tout le temps. J’espère y retourner lors de température moins maussade. J’ai appris cet hiver que Malvina Taché, la tante de mon père Gaston Gauthier, était la fille de Jean-Baptiste Taché de Saint-Irénée. Marié probablement à Victoire Lavoie de Saint-Irénée. Mes ancêtre Gauthier (Gontier) viennent tous de Charlevoix.

    Jean-Baptiste Taché était le frère d’Étienne-Paschal Taché. Notaire à Kamouraska et registrateur du comté de Kamouraka, le 1er janvier 1842. Décédé en fonction à Kamouraska, le 22 août 1849.

    Je fais ma recherche sur la généalogie de Malvina Taché dans cette famille.

    Le 2 frères ont-ils vécu ensenble à Kamouraska ou Jean-Baptiste visitait seulement. Le Domaine seigneurial Taché était situé au 4, Route 132 Est (avenue Morel) à l’est de l’église; une grille de fer forgé ornée d’un cormoran annonce l’ancien domaine seigneurial de Kamouraska. Ravagé dans un incendie en 1885. Les lieux ont servi de plateau de touhage du téléromain « Cormoran ». Le plus incroyable est que mon père a très bien connu l’auteur de cette série Pierre Gauvreau.

    Sûrement que je retournerai à Kamouraska que j’ai trouvé si belle. Savoir que l’oncle de mon père fut notaire du 29 août 1811 jusqu’à la fin de sa vie à Kamouraska m’appelle encore plus dans ce merveilleux village.

    Mais, qui est donc Malvina Taché dans cette famille. Des documents mentionnent Charlotte Mure et Margaret Porteous comme épouses de Jean-Batiste Taché. Y avait-il 2 Jean-Baptiste Taché, un à Charlevoix et un à Kamouraska ?

    Mon père m’a parlé quand j’étais très jeune de Paschal-Étienne Taché et de sa vie. Il se savait apparenté à Paschal-Étienne Taché par sa tante Malvina Taché.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>