Villes et villages

Hampden

Hampden

Canton de Hampden

Hampden est situé dans la municipalité régionale de comté du Haut-Saint-François, dans la région administrative de l’Estrie.

Le canton de Hampden, blotti au creux du mont Mégantic, regroupe environ 200 Hampdenoises et Hampdenois. Il s’étend sur plus de 110 kilomètres carrés.

Hampden, fondé en 1874, enserre le village de Scotstown comme un fer à cheval et ressemble à une véritable enclave. Cependant, son nom apparait déjà sur les cartes dans la dernière décennie des années 1700, même si le territoire n’est pas encore officiellement arpenté. Le nom de Hampden honore une ville du Buckinghamshire, en Grande-Bretagne

Le canton fut fondé par des immigrants écossais, venus s’établir ici vers 1845 et pour la plupart originaires de la ville de Stornway, située au nord de l’île Lewis, dans l’archipel des Hébrides. Peu fortunés, parlant gaélique et de foi presbytérienne, ils durent travailler dur pour gagner sa vie.

Le peuplement de Hampden s’est fait, surtout au début, par des squatters, c’est-à-dire sans qu’il y ait enregistrements officiels de concessions des terres.Les sauatters utilisèrent les débris, planches et clous des maisons abandonnées du Village de Victoria (établi sur les rives de la rivière au Saumon, près de Scotstown, le petit village était inondé à chaque crue des eaux, il n’en reste plus rien aujourd’hui).

En 1860 le territoire actuel du canton de Hampden est arpenté. Le canton est constitué en 1874.

Les débuts de la nouvelle municipalité furent plus difficiles que prévu pour les colons. En effet, la terre n’était pas aussi arable qu’ils l’avaient laissé croire, une partie du canton étant couverte de roches granitiques qui en faisait une terre difficilement labourable. Peu fortunés, parlant gaélique et de foi presbytérienne, ces pionniers durent travailler très fort pour gagner leur vie.

La région marécageuse (bog) du chemin Franceville, n’a pas été plus propice à l’agriculture étant donné que c’est une zone très riche où la sauvagine et des oiseaux rares nichent, en plus d’être le milieu de vie d’espèces aquatiques. Cet espace a été même retenu comme lieu à préserver. Par contre, le territoire du canton étant propice à l’exploitation forestière, il fut exploité pour le bois par la Glasgow Canadian Company. En 1891, on voyait même une cinquantaine de moulins à scie dans le canton. Ces industries employèrent plus de 500 employés. Ce développement a pu se faire grâce aux différents cours d’eau du canton et de leurs chutes naturelles.

Les habitants de Hampden, ainsi que les visiteurs, jouissent d’un panorama exceptionnel. D’ailleurs, la municipalité se trouve à deux pas de la réserve écologique Samuel-Brisson, où l’on peut observer des oiseaux de plusieurs espèces, des animaux sauvages et une flore appalachienne. Les vacanciers ainsi que les visiteurs, jouissent d’un panorama exceptionnel avec le Mont Mégantic et la Rivière-aux-Saumons qui suit, de façon sinueuse, la route 257 et est accessible par quelques petits chemins qui la rejoignent. La municipalité se trouve aussi à deux pas de la réserve écologique Samuel-Brisson (sur le territoire de Val-Racine), où l’on peut observer des oiseaux de plusieurs espèces, des animaux sauvages et une flore appalachienne.

Environ un tiers du Parc Mégantic – le Pain de Sucre et la montagne de Franceville – sont situés sur le territoire de Hampden.

Hampden est situé à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Sherbrooke. Les municipalités environnantes sont Scotstown, Lingwick, Milan, Val-Racine, Notre-Dame-des-Bois, La Patrie, Newport et Bury.

Réserve écologique Samuel-Brisson

Établie par décret le 17 février 1988, cette réserve écologique, d’une superficie de 790 ha, se situe au nord du mont Mégantic sur le versant est de la montagne de Franceville, à quelque 60 km à l’est de Sherbrooke. Sa création a pour but de préserver de façon intégrale un échantillon des hauts sommets des Appalaches où se regroupent divers types de peuplements forestiers d’érables à sucre, de bouleaux jaunes, d’épinettes blanches, de sapins baumiers et de pruches.

Samuel Brisson (1918-1982), originaire de Casselman, en Ontario, fut professeur de sciences naturelles au collège Mont-Saint-Louis, à Montréal, et responsable du Cercle des jeunes naturalistes, de 1938 à 1962. À partir de 1947, dans différentes régions du Québec, il a collectionné entre 20 000 et 30 000 plantes. Brisson consacrera les vingt dernières années de sa vie à la conservation de l’herbier Rolland-Germain, au Département de biologie de l’Université de Sherbrooke.

Coordonnées de Hampden :

C.P. 1055
La Patrie
J0B 1Y0

Téléphone : 819 560-8444

Site Web du canton de Hampden : cantonhampden.com.

Franceville

Montagnes de Franceville. Source de la photo : Khayman

Voir aussi :

3 Comments

  1. j beauchemin

    2010/10/30 at 2:15

    veuillez lire sur http://cantonhampden.com/Histoire_canton_Hampden.html
    car plusieurs données sur votre site sont inexactes.
    bye

  2. admin

    2010/11/01 at 4:57

    Merci de votre intérêt. Pourriez-vous nous dire quelles données sont inexates concernant le canton de Hampden?

    Au fait, nous utlisons plusieurs sources dans nos articles, mais vous pouvez constater que cette note sur Hampden est une expositon sommaire, nous n’avons rien trouvé sur Hampden au moment de rédiger l’article. Alors, on peut plutôt dir que l’article ne dit presque rien. Les données qui figurent, ont été tirées du site web du Tourisme Cantons-de-l’Est qui est un organisme sérieux et fiable. Nous allons ajouter les données de votre source pour enrichir l’article (sans plagiat et en citant la source, naturellement).

  3. admin

    2010/11/01 at 2:55

    C’est fait, nous avons ajouté quelques données, l’article est plus complet, mais nous n’avons rien enlevé.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *