Villes et villages

Franklin

Franklin

Municipalité de Franklin

La municipalité de Franklin fait partie de la municipalité régionale de comté du Haut-Saint-Laurent au Québec, située au sud-est de Salaberry-de-Valleyfield, dans la région administrative de la Montérégie, près de la frontière entre le Canada et les États-Unis (État de New-York). Sa superficie est de 113 kilomètres carrés et la municipalité regroupe environ 1700 Franklinoises et Franklinois. Franklin s’étend à flanc de montagne, où le niveau du sol passe de 100 m à 320 m d’altitude du nord au sud.

Constituée en 1973, la municipalité actuelle est issue de la fusion du canton de Franklin constituée civilement en 1857 et de la paroisse de Saint-Antoine-Abbé-Partie-Nord-Est fondée en 1860. La municipalité est composée de deux noyaux principaux ou hameaux : Saint-Antoine-Abbé à l’intersection de la route 201 et de la route 209; et Franklin-Centre à l’intersection de la route 202 et de la route 209.  En plus la municipalité englobe la zone rurale de Doréa et les lieux-dits de Maritana et de Bridgetown.

Le nom de la municipalité rappelle  le capitaine Sir John Franklin (1786-1847), explorateur britannique décédé dans l’Arctique alors qu’il cherchait le passage du Nord-Ouest.

Le peuplement de ces terres commence assez tôt. En effet, le premier colon du nom d’Asa Smith s’y établit vers 1788. Une dizaine d’années plus tard, vers le début du XIXe siècle, d’autres colons s’y établissent venant des États-Unis, d’Irlande et d’Angleterre.

On fait construire la première école de Franklin Centre en 1830 et la municipalité du canton de Franklin est constituée par détachement du canton de Hemmingford, en 1857. En 1868, le bureau de poste sous le nom de Franklin Centre est ouvert.

La municipalité de Franklin compte le plus grand nombre de milieux humides dans la MRC Le Haut-Saint-Laurent, son territoire est traversé par plusieurs cours d’eau dont la rivière aux Outardes, la rivière Noire et les ruisseaux Michel, Grmishaw et Brand.

Situé au pied de la Covey Hill, le hameau de Franklin Centre est considéré par la MRC du Haut-Saint-Laurent comme un lieu d’intérêt architectural . Ce secteur compte une église congressiste historique et l’hôtel de Ville. Quant au village de Saint-Antoine-Abbé, on y retrouve des secteurs domiciliaires, une église catholique ainsi que plusieurs commerces.

La zone rurale de Doréa est composée d’une vingtaine de maisons jumelées, de quelques chalets, d’une habitation à loyer modique d’une dizaine de logements et de l’ancien institut psychiatrique Doréa (dont plusieurs bâtiments sont dans un piètre état).

Aujourd’hui, il existe deux écoles primaires sur le territoire : l’école centrale Saint-Antoine-Abbée de langue française et l’école Franklin de langue anglaise.

Le camping du Lac des Pins se situe sur le territoire de Franklin. Ce camping compte plus de 1100 emplacements. D’ailleurs, deux autres campings, plus petits, se trouvent sur le territoire de la municipalité : il s’agit du camping Sandy Sun (environ 140 sites) et du centre naturiste la Pommerie (environ 200 emplacements).

La réserve écologique du Pin-Ridge, une importante réserve écologique est située sur le territoire de Franklin. De plus, le Boisé de Franklin est un important site de pacage du cerf de Virginie.

En fait, la région est spécialisée dans la pomiculture, l’acériculture et dans d’autres activités maraîchères, ainsi le paysage franklinois est caractérisé par l’abondance et la beauté des vergers et des érablières ainsi que par la présence de petits murets de pierre longeant la Route 202 qui traverse le territoire.

On retrouve à Franklin un boulanger artisan, quelques restaurants, une micro-brasserie, un centre récréatif, des habitations à loyer modique,  une quincaillerie, deux sites d’entreposage des pneus usées (le dépôt Gagnier et le dépôt Franklin). Une usine de transformation agricole est présente sur le territoire, l’usine des Vergers Leahy, producteur des collations Délipomme et l’un des plus importants employeurs et propriétaires terrains de la municipalité.

Pour se rendre à Franklin, il faut emprunter les routes 209 x Route 202 via Route 138. L’accès aux États-Unis se fait par la route 209 et c’est la ville américaine de Churubusco qui est voisine de Franklin.

Nos recommandations pour l’hébergement et la restauration :

Manoir Bagnell-Hall : 1965, rang Grimshaw, Franklin, téléphone 450-827-2415. La place de choix pour une évasion campagnarde. Déjeuner inclus, chambres décorées avec goût. Salle de bain privée, suites avec cuisinette ou un chalet douillet pour groupe. Piscine creuse, terrasse, SPA, feu de camp, grand terrain de jeux pour enfants. Forfait disponible.

Gîte Au Petit Ruisseau : 2278, route 202, Franklin, téléphone 450-827-2178. Le gîte comprend trois chambres et 18 places à coucher, amis ou familles avec salle de bain privée. Climatisation centrale et piscine extérieure. Le gîte offre aussi des repas régionaux et brunch pour 6 à 32 personnes sur réservation seulement.

Brasserie Saint-Antoine-Abbé & Hydromellerie, Miellerie La Ruche d’Or : 3299, route 209, Franklin, téléphone 450-826-4609. Resto-bar, terrasse, table d’hôte, grillades, saucisses, méchoui. Menu express, sandwichs, muffins, salades. Sur réservation.

Coordonnées de Franklin :

1670, route 202
Franklin
J0S 1E0

Téléphone : 450 827-2538.

Biographie de John Franklin

John Franklin est né à Spilsby, en Angleterre, le 15 avril 1786. Il fait ses études primaires à l’école King Edward VI, dans la ville de Louth. Ensuite, il décide de devenir marin et s’embarque comme matelot sur un navire marchand à l’âge de 12 ans.

En 1800, alors âgé de 14 ans, Franklin s’engage dans la Royal Navy et navigue sur le bateau de guerre Polyphemus. En 1801, il prend part à la bataille de Copenhague. Entre 1801 et 1803, il part en expédition sur l’Investigator, bateau commandé par son oncle, le capitaine Matthew Flinders, pour cartographier les côtes de l’Australie. En 1805, il se trouve à bord du navire Bellerophon lors de la bataille de Trafalgar. Puis, au cours des années suivantes, il participe à plusieurs autres batailles, voyages et explorations.

En 1819, John Franklin est chargé d’explorer et de décrire la côte nord du Canada. Cette expédition est organisée par la Royal Navy afin de découvrir le passage du Nord-Ouest. Lors de cette exploration qui dure trois ans, Franklin découvre et cartographie de nombreuses îles polaires canadiennes.

Ensuite, John Franklin est nommé gouverneur de Tasmanie, poste qu’il occupe de 1836 à 1843. Puis on rappelle Franklin pour lui confier la direction de la plus grande expédition polaire de l’époque organisée par les britanniques, qui sont toujours à la recherche du passage du Nord-Ouest.

Il part le 19 mai 1845 vers l’Arctique canadien avec 135 marins répartis sur deux navires bien équipés, l’Erebus et le Terror. Cette partie de la côte arctique, d’une longueur totale de plus de 500 kilomètres, n’a pas encore été explorée.

Mais l’expédition de Franklin ne donne plus signe de vie. En 1848, l’Amirauté lance des recherches avec la promesse d’une forte récompense. Ce n’est que beaucoup plus tard, en 1981, que le docteur Owen Beattie, un chercheur de l’Université d’Alberta, découvre des traces de l’expédition de Franklin ainsi que le journal de bord du capitaine. On apprend alors que les navires ont été pris par les glaces près de l’île du Roi-Guillaume au cours de l’hiver 1846. Cette île est située vers le milieu du trajet entre l’Atlantique et le Pacifique. Sir John Franklin meurt le 11 juin 1847. Les derniers rescapés de son équipage perdent la vie en 1848, après avoir essayé de rejoindre le continent en traîneau à chiens.

La plupart des marins sont morts des suites du scorbut ou d’empoisonnement dû à des conserves souillées par la soudure au plomb utilisée à l’époque. Le docteur Owen Beattie examina les tissus et les os des corps conservés de trois marins, exhumés du permafrost de l’île Beechey, et découvrit des concentrations élevées de plomb dans chacun des trois corps.

Franklin

Hôtel de Ville de Franklin et l’église congressionnelle. Photo : Yannick Malouin

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *