Villes et villages

Les Escoumins

Les Escoumins

Les Escoumins

La municipalité des Escoumins se déploie sur un vaste territoire de plus de 267 kilomètres carrés dans la région administrative de la Côte-Nord. Elle fait partie de la municipalité régionale de comté de La Haute-Côte-Nord et regroupe plus de 2000 Escouminoises et Escouminois.

Les Escoumins se trouve à l’embouchure de la rivière des Escoumins, sur la rive gauche du Saint-Laurent, à plus de 120 kilomètres au sud-ouest de Baie-Comeau.

Les Escoumins fut la première municipalité constituée sur la Haute-Côte-Nord et cela en 1860. Toutefois, depuis le début du XVIe siècle, les marins basques y pêchaient la baleine pour exporter l’huile en Europe et Samuel de Champlain fait la première mention des lieux en 1603, lors de son passage vers Tadoussac. En 1626, le premier gouverneur de la Nouvelle-France, de nouveau de passage sur ces côtes, signale qu’on y trouve du saumon en abondance à l’embouchure de la rivière des Escoumions.

En 1664, le Père Henri Nouvel fait une halte à l’embouchure, envisageant l’ouverture d’une mission pour les autochtones, mais c’est en 1723 que la mission Saint-Marcellin par le père Laure, missionnaire de la Côte-Nord est fondée. Plus d’un siècle s’est écoulé avant que vers 1845, les frères Nazaire et Charles Têtu et Félix et Jean-Frédéric Boucher, cousins des premiers, fassent ériger le premier moulin à scie et un hangar, ainsi qu’une trentaine de maisons pour les colons qui viennent s’y établir, fondant une vraie localité. En 1853, le premier bureau de poste y est ouvert et le 1er décembre 1860, le canton des Escoumains est constitué (la paroisse locale continue de vivre sous le nom de Saint-Marcellin).

La première route reliant Les Escoumins à Tadoussac a été construite vers 1869, mais des épidémies ont failli anéantir le village: en 1885 une épidémie de picote noire a causé la mort de dizaines d’habitants et en 1904, une épidémie de variole tue quarante résidents.

Vers 1910, le service de traversiers entre Trois-Pistoles et Les Escoumins est inauguré et en 1927, on y construit un couvent des Petites franciscaines de Marie. Les Franciscaines prennent en charge l’éducation des enfants.

C’est en 1957 que le terme des Escoumains est changé pour Les Escoumins et la même année un hôpital des Servantes du Saint-Coeur-de-Marie est ouvert.

Aujourd’hui, c’est une municipalité des plus recherchées au Canada notamment par les plongeurs sous-marins qui y sont attirés par la richesse des fonds marins. À part la plongée sous-marine, on peut y pratiquer la randonnée pédestre, le vélo, le kayak de mer, la pêche au saumon et la chasse en pourvoirie. Un centre d’interprétation, administré par le Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, dont Les Escoumins est la porte d’entrée du secteur est, organise également des croisières aux baleines, l’observation des mammifères marins se fait à partir de la rive, et avec des visites aux îlots avoisinants.

Depuis Les Escoumins, on peut emprunter le magnifique Sentier des Moulins ou la promenade de la Baie et visiter le Site historique de la Pointe-de-la-Croix, la Réserve amérindienne d’Essipit, fondée en 1892, le parc des Chutes, la passe migratoire aménagée pour la montaison du saumon

Notons en passant qu’on peut observer les baleines depuis le centre du village.

Une intéressante peinture murale, une vaste fresque qui dépeint le passage de l’eau douce à l’eau salée de l’estuaire du Saint-Laurent, œuvre de l’artiste Claudet J. Savard, peut être admirée sur la route 138, dans un tunnel à l’abri des intempéries.

Côté économie, la source principale de revenus des résidents de la municipalité est la prestation de services aux touristes désireux de faire une croisière à bord d’embarcations légères afin d’approcher le rorqual commun, la baleine à bosse, le béluga, le phoque et de nombreux autres habitants de la mer.

Selon une version, le nom Escoumins vient du mot montagnais ichkomin qui signifie «il y a encore des fruits». Les parages sont, en effet, renommés pour l’abondance des fruits sylvestres. Selon une autre version, ce mot signifie «lieu de coquillages» en raison des huîtres qui s’y trouvaient à profusion. Saint-Marcellin a été choisi comme patron de la paroisse parce que son premier missionnaire y arriva le jour de la fête de ce saint, le 26 avril 1720.

Coordonnées de la municipalité des Escoumins :

2, rue Sirois
Les Escoumins
G0T 1K0

Téléphone: 418 233 2766

Site Web de la municipalité des Escoumins : escoumins.ca

les escoumins

Les Escoumins. Photo : © Rosaire Lemay

Pour en apprendre plus :

1 commentaire

  1. jean-paul simon

    2012/06/21 at 11:14

    bonjour
    il y a de nombreuses annees j’ai dormi dans mon camping car winnebago pas loin du traversier nous venions de France en vacances.
    au petit matin dans une legere brume il y avait un homme et nous nous sommes salues je lui ai dit vous n’avez pas l’accent de la region il m’a repondu
    « je suis francais comme vous j’ai ma petite celebrite en europe je m’apelle COUSTEAU !!! il etait dans la region pour observer le melange des eaux salees avec le fleuve.
    il m’as dit que l’eau douce coulait comme un fleuve non melange sous l’eau salee!!!.
    voila tout mes amities aux gens de la-bas et aux indiens rencontres sur la greve un peut plus loin qui pechaient sur la rive avec des pieges en grillage en forme d’escargot et qui m’ont offert quelques poissons.
    de bourgogne en France

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>