Villes et villages

Les Éboulements

Les Éboulements

Les Éboulements

Le village des Éboulements est situé au coeur de la région de Charlevoix, à moins de 120 kilomètres de Québec et à environ 270 kilomètres de Montréal. Cette localité, l’une des plus pittoresques du Québec, fait partie de la municipalité régionale de comté de Charlevoix (région administrative de la Capitale nationale).

Le hameau Cap-aux-Oies fait partie de la municipalité des Éboulements. Promontoire qui surplombe la rive nord du fleuve, à mi-chemin entre les villages de Saint-Irénée et des Éboulements. À Cap-aux-Oies on trouve l’ancien lieu d’un phare dont les traces subsistent encore. La plage tranquille car méconnue, est splendide pour voir le lever du soleil. Au fait, c’est un endroit paisible où l’on peut, durant de longues heures, marcher et méditer en tranquillité au bord de l’eau, sur les rochers ou sur la plage (eau salée).

La municipalité s’étend sur un territoire de 150 kilomètres carrés et la population actuelle est de plus de 1300 Ébouloises et Éboulois.

Le nom de la municipalité évoque le glissement de terrain qui a profondément modifié la topographie de la Nouvelle-France en 1663 à la suite d’un violent tremblement de terre.

Cependant, la première catastrophe naturelle connue est survenue ici il y a près de 250 millions d’années. En effet, c’est sur le territoire des Éboulements, notamment, dans la région du Mont Éboulements, au nord-ouest du village, que a eu lieu l’impact de la météorite de Charlevoix qui a façonné la topographie de Charlevoix, en formant le cratère de Charlevoix.

La seigneurie des Éboulements est fondée en 1710 et son premier seigneur est Pierre Tremblay qui procède au développement des terres en accordant de nombreuses concessions aux colons qui arrivent de l’Europe.

Les Éboulements

Les Éboulements

Les Éboulements. Vue du fleuve. Tous droits réservés – copyright © Rosaire Lemay

Les premiers bâtiments sont érigés le long des berges du Saint-Laurent. Le premier Manoir Seigneurial est construit vers 1720. En 1790, le fils de Pierre Tremblay, Étienne, fait construire un second manoir dans le haut des Éboulements, tout près de la rivière du Seigneur. Vers le début du XIXe siècle, un moulin à farine est également construit.

En 1810, la Seigneurie des Éboulements est vendue à Pierre de Sales Laterrière. La famille Laterrière, longtemps associée à l’histoire de la région, transformera et agrandira le Manoir.

C’est en 1855, après l’abolition du régime seigneurial au Québec, que Les Éboulements obtient le statut de municipalité (le village est d’abord établi sous le nom de l’Assomption-de-la-Sainte-Vierge et c’est en 1859 qu’il reçoit son appellation actuelle). Ainsi le village des Éboulements représente l’une des plus anciennes municipalités constituées civilement dans Charlevoix.

En 1859,  le village compte déjà plus de 200 habitations et la localité se développe le long de l’actuelle route 362 autour de l’église et des commerces.

À l’époque, l’activité économique des résidents est basée sur la construction maritime, l’agriculture et la forêt.

Les Éboulements

Les Éboulements

Les Éboulements. Tous droits réservés – copyright © Rosaire Lemay

Aujourd’hui, le village des Éboulements, avec son paysage agricole, est une véritable source d’inspiration. Même si l’agriculture occupe encore une place importante, les entreprises à caractère touristique et de services s’y sont développées. Dans un pays de vallées et de montagnes, le village a su garder le patrimoine champêtre architectural et conserver son cachet de la vie d’autrefois.

Blotties sur leurs promontoires, l’église et les demeures anciennes bordant la rue principale, on sont situés des commerces, hôtels et diverses entreprises, donnent une vue saisissante et imprenable sur l’Isle-aux-Coudres et le fleuve.

Dirons en passant que l’église des Éboulements, construite au début des années 1930 selon les plans de l’architecte Joseph Aimé Poulin, mérite une visite. À l’intérieur, on peut admirer un bas-relief représentant l’Assomption de la Vierge ainsi qu’un autre bas-relief de marbre noir et or provenant d’Italie.

Un endroit des plus intéressants est sans contredit le Moulin Seigneurial des Éboulements, l’un des rares moulins du Québec à avoir conservé ses mécanismes d’origine. Le Manoir seigneurial a aussi résisté au temps. Il ajoute au caractère exceptionnel du site. D’ailleurs, on retrouve sur ce site historique et patrimonial une boulangerie qui offre la possibilité de déguster de délicieux produits maison.

Aux Éboulements, on peut visiter plusieurs galeries d’art et ateliers des artistes peintres : la Galerie d’Art Sylvia Araya, au 315, rue du Village; l’atelier d’Humberto Pinochet, ouvert au public, au 429, rue Saint-Pascal; la Boutique d’art Cabane d’oiseaux (sculpture sur pierre et bois, oeuvres originales : cabanes d’oiseaux, canards de pierre, visages antiques et contemporains), au 168, rue du Village, Galerie d’Art A. Séguin (182, rue du Village); l’Atelier d’Art de Claude Chiasson, peintre paysagiste (319, rue du Village); la Galerie d’Art Angelo Tremblay, artiste peintre (au 140A, Rang Saint-Joseph); la Galerie d’Art Daniel Brunet, au 210, rue du Village; la Galerie de Raymond Leclerc, artiste peintre, située au 300, rue du Village; la Galerie du Patrimoine (274, du Village); l’Atelier-galerie de Florentine Audet, au 263, rue du Village; la Galerie le Nordet, au  195, rue du Village.

La Galerie du Patrimoine expose en exlusivité Michelle Duquette, artiste peintre. On y admire ses huiles et ses pastels extraoirdinaires, dont plusieurs consacrés aux aurores boréales. Mme Duquette y présente aussi l’oeuvre de Jacques Labrecque, flkloriste réputé, auteur de la Géographie sonore du Québec et du monde francophone du Canada. Il est possible de se procurer sur place diverses publications et bandes sonores qui relatent le patrimoine des Canadiens français au moyen de contes et légendes, de chansons, de musiques traditionnelles et de tout autre sujet d’intérêt culturel. Ici on offre également, sur réservation, animation de veillées traditionnelles de contes.

Nous recommandons également une visite à la Ferme Éboulmontaise qui offre des visites guidées de la ferme et deux sentiers pédestres pour les amants de la nature: Le sentier du Paysan, d’une longueur de 5 kilomètres, est orienté vers le nord. Ce sentier offre plusieurs points de vues tels que le sommet du mont du Lac des Cygnes, le Massif de Petite-Rivière-Saint-François, le fleuve Saint-Laurent et l’Ile-aux-Coudres. Le sentier Louis-Charles Audet, quant à lui, est d’une longueur de 3 kilomètres direction du fleuve. Le départ des sentiers est du restaurant Les Saveurs Oubliées (route 362).

Pour les sports d’hiver, le Club de ski de fond du village des Éboulements a aménagé 16 kilomètres de pistes de niveau familial à intermédiaire. D’ailleurs, le Chenil du sportif offre des promenades aux traîneaux à chiens. On y peut faire de la motoneige, parce que la municipalité des Éboulements est reliée au réseau québécois de motoneige et rend accessibles plusieurs établissements d’hébergement et de restauration.

Mentionnerons aussi l’entreprise Pisciculture Smith, au 127, Rang Saint-Joseph qui offre de grandes opportunités pour la pêche à la truite et les Jardins du Centre (91, Rang Centre) qui permet de visiter le site et de goûter d’excellents fruits et légumes.

On arrive à Éboulements en suivant la route 362, à partir de Baie-Saint-Paul en direction Est et de La Malbaie en direction Ouest.

En mai de chaque année, à Les Éboulements se tient le rendez-vous annuel des amateurs d’ornithologie. Dans un micro-climat favorisant la nidification de centaines d’oiseaux. Au programme : séjours à l’auberge, conférence sur les oiseaux par un spécialiste invité, observation et chants d’oiseaux, randonnées guidées, sorties matinales…

En juin, c’est le tour des Fêtes de la Mer, dont les activités se déroulent sur le site du Musée maritime de Charlevoix.

Coordonnées des Éboulements :

C. P. 130
Les Éboulements
G0A 2M0

Téléphone : 418 635-2755

Site Internet des Éboulements : www.leseboulements.com

Voir aussi :

2 Comments

  1. Marcel (adjutor) Tremblay

    2011/02/04 at 11:54

    J adore Les Éboulements…….xx.

  2. Hubert Desgagnés

    2015/01/19 at 3:29

    Il y a lieu d’indiquer que la partie construite sur le littoral est encore connue sous la désignation de Saint-Joseph-de-la-Rive, qui a été une paroisse indépendante de Les Éboulements, de 1931 jusqu’à sa fusion avec Les Éboulements en 2001. Cette municipalité a longtemps été reconnu comme lieu de villégiature prisé par les touristes et de navigateurs et constructeurs de bateaux, au départ des goélettes en bois, puis à la fin des années cinquante, transformation de caboteurs en acier. Le chantier maritime après sa fermeture, est devenu un musée maritime, une des deux écoles est devenue la Papeterie Saint-Gilles. L’église de Saint-Joseph de la Rive, à l’origine une chapelle strictement réservée aux touristes est devenue une église avec son curé et a été une des premières églises au Québec à subir une cure de rajeunissement majeure en 1963-64. Le plateau, situé entre Saint Joseph de la Rive et Les Éboulements, a souvent été identifié comme étant Les Éboulements-Centre, un endroit reconnu pour la qualité de ses cultures maraichères et un havre de repos pour quelques touristes saisonniers.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>