Villes et villages

Dudswell

Dudswell

Dudswell

La municipalité de Dudswell se déploie sur une superficie de 215 kilomètres carrés, sur la rivière Saint-François, à 40 kilomètres à l’est de Sherbrooke, dans la municipalité régionale de comté du Haut-Saint-François qui fait partie de la région administrative de l’Estrie. Dudswell regroupe environ 1800 Dudswelloises et Dudswellois.

L’actuelle municipalité de Dudswell a été créée à la suite du regroupement de deux hameaux villageois, soit Marbleton et Bishopton. Marbleton est membre de l’Association des plus beaux villages du Québec. D’ailleurs, Dudswell se trouve sur la route des Cantons et la municipalité est considérée comme l’une des plus belles localités de l’est du Québec.

Le Canton de Dudswell est formé au cours de l’arpentage des Cantons de l’Est vers la fin du XVIIIe siècle, on aperçoit alors son nom pour la première fois sur la carte géographique de Gale et Duberger, dressée en 1795. Le canton de Dudswell est constitué civilement en 1805, mais son essor commence après 1839, quand un chemin reliant Sherbrooke à Québec est construit. Ce chemin qui traverse le territoire du canton est appelé Dudswell Road. Vers 1820, on découvre, à Marbleton, un gisement de calcaire et en conséquence, on y ouvre une usine d’engrais chimique et de chaux. Dès 1875, le service du chemin de fer y est établi entre Sherbrooke et Lac Weeden en passant par Dudswell. À partir de 1881, ce chemin de fer relie Sherbrooke à Levis.

Au cours du XIXe siècle, des immigrants américains, anglais, écossais et irlandais viennent s’y installer. Vers 1888, des Canadiens français en provenance des cantons de Wotton et St-Camille viennent travailler à la mine de chaux et à partir de 1903, de nombreuses familles catholiques, originaires pour la plupart de la Beauce viennent s’installer sur des terres abandonnées par les anglophones.

En 1895, le village de Marbleton est constituée civilement par détachement du canton de Dudswell et en 1917, la municipalité de Bishop’s Crossing se détache de Dudswell à son tour, c’est en 1932 que la municipalité de Bishop’s Crossing adopte le nom de Bishopton.

dudswell

Dudswell. Photo © Tous droits réservés : Carol Proulx, cadrenature.blogspot.com

L’économie locale est basée sur la production de la chaux. D’abord utilisée de façon domestique par les premiers colons, l’exploitation industrielle commence en 1820 et se développe progressivement avec l’ouverture du chemin Gosford en 1836 et l’arrivée du Québec Central Railway en 1875. En 1890, les trois compagnies qui produisent de la chaux sont fusionnées pour former la Dominion Lime Ltd, (l’ancêtre de la Graymont) qui produit encore aujourd’hui des millions de tonnes de chaux sous le nom de la Cie Graymont. C’est le Centre d’interprétation de la chaux qui témoigne des multiples facettes de l’histoire de l’extraction du calcaire à Dudswell. »

Notons en passant que le nom de Bishopton a été choisi en l’honneur du Capitaine John Bishop, originaire du Vermont, le fondateur du canton de Dudswell, tandis que le nom de Marbleton rappelle l’existence d’une ancienne carrière de marbre sur ces lieux.

Quant à Dudswell, selon une version, la municipalité emprunte son nom à lord William Dudswell, un homme politique de Grande-Bretagne de la fin du XVIIIe siècle. Selon une autre, elle est nommée en souvenir d’un bourg d’Angleterre.

Dudswell qui est devenue aujourd’hui une attirante ville touristique et de villégiature.

On trouve à Dudswell la Maison de la culture avec des expositions de sculptures de bois, deux belles églises anglicanes située l’une à Bishopton (1877) et l’autre à Marbleton (1857), l’église catholique de Saint-Adolphe de Dudswell à Marbleton (1899), une église Unie à Bishopton (1899) et d’autres bâtiments patrimoniaux. On y trouve également un centre d’interprétation de la forge, un centre d’interprétation de la chaux et une exposition sur la grande Eva Tanguay, Reine de Brodway dans les années 1900 à 1930 et reine du Vaudeville, née à Marbleton en 1878. »

Néanmoins les attraits les plus connus de Dudswell sont sa Forêt habitée qui occupe l’endroit d’une ancienne carrière de marbre au bord du lac d’Argent, avec une haute tour d’observation, un réseaux de sentiers pédestres de dix kilomètres de long et une faune abondante, comprenant le cerf de Virginie, le renard roux, le lièvre d’Amérique, la gélinotte huppée et d’autres animaux.

L’Association touristique et culturelle de Dudswell (téléphone 819 560-8474-6093) propose aux visiteurs le circuit patrimonial qui permet de s’imprégner du patrimoine culturel, industriel et naturel de la localité (divers forfaits sont proposés, dont des séjours avec nuitée, sur réservation).

Coordonnées de Dudswell :

76, rue Main

Bishopton

J0B1G0

Téléphone : 819 560-8474

Site internet de la municipalité de Dudswell :  www.ville.dudswell.qc.ca

Voir aussi :

7 Comments

  1. Etienne Bolduc

    2010/10/21 at 10:30

    Je viens de Marbleton et je peux vous dire qu’il y a des grosses erreurs dans le texte.
    « la compagnie rymont qui exploite » On doit lire Graymont et non pas rymont et l’industrie de la chaux existe toujours. C’est un grosse mines de chaux qui emplois une centaine de personne.

    Merci de bien vouloir corriger les erreurs

  2. admin

    2010/10/21 at 10:41

    Bonjour Monsieur Etienne.

    Nous vous remercions pour les corrections apportées à l’article. Au fait, concernant le nom de la companie, il s’agissait, évidemment, d’une faute de frappe. Nous avons également modifié la phrase sur l’industie de la chaux pour éviter les confusions, ce qu’on dit, c’est que l’industrie a connu un déclin en comparaison avec la première moitié du XXe siècle.
    Merci!

  3. Jacques Robert

    2011/01/10 at 6:34

    Voici quelques correctifs à apporter à votre article.

    Dans le 3e paragraphe: à la place de « vers la fin du XIX siècle » on doit lire XVIII siècle.

    À la fin du 3e paragraphe: à la place de « Dès 1881, le chemin de fer y est établi » on doit lire : « Dès 1875, le service du chemin de fer y est établi entre Sherbrooke et Lac Weedon en passant par Dudswell. À partir de 1881, ce chemin de fer relie Sherbrooke à Lévis. »

    Le 4e paragraphe devrait se lire comme suit: « Au cours du XIXe siècle, des immigrants américains, anglais, écossais et irlandais viennent s’y installer. Vers 1888, des Canadiens français en provenance des cantons de Wotton et St-Camille viennent travailler à la mine de chaux et à partir de 1903, de nombreuses familles catholiques, originaires pour la plupart de la Beauce viennent s’installer sur des terres abandonnées par les anglophones.

    Le 6e paragraphe devrait se lire comme suit: « L’économie local est basé sur la production de la chaux. D’abord utilisée de façon domestique par les premiers colons, l’exploitation industrielle commence en 1820 et se développe progressivement avec l’ouverture du chemin Gosford en 1836 et l’arrivée du Québec Central Railway en 1875. En 1890, les trois compagnies qui produisent de la chaux sont fusionnées pour former la Dominion Lime Ltd, (l’ancêtre de la Graymont) qui produit encore aujourd’hui des millions de tonnes de chaux sous le nom de la Cie Graymont. C’est le Centre d’interprétation de la chaux qui témoigne des multiples facettes de l’histoire de l’extraction du calcaire à Dudswell. » [Vous devriez revoir le paragraphe 9]

    Le 7e paragraphe devrait se lire comme suit: « Notons en passant que le nom de Bishopton a été choisi en l’honneur du Capitaine John Bishop originaire du Vermont, le fondateur du canton de Dudswell, tandis que le nom de Marbleton rappelle l’existence d’une ancienne carrière de marbre sur ces lieux.  »

    Le 10e paragraphe devrait se lire comme suit: « On trouve à Dudswell la Maison de la culture avec des expositions de sculptures de bois, deux belles églises anglicanes située l’une à Bishopton (1877) et l’autre à Marbleton (1857), l’église catholique de Saint-Adolphe de Dudswell à Marbleton (1899), une église Unie à Bishopton (1899) et d’autres bâtiments patrimoniaux. On y trouve également un centre d’interprétation de la forge, un centre d’interprétation de la chaux et une exposition sur la grande Eva Tanguay, Reine de Brodway dans les années 1900 à 1930 et reine du Vaudeville, née à Marbleton en 1878. »

    12e paragraphe: Le numéro de téléphone de L’Association touristique et culturelle de Dudswell est le 819-560-8474. [Note: Le site web est en reconstruction].

    Veillez remarquer également que le Train touristique du Haut Saint-François n’existe plus.

    Jacques Robert
    Société d’Histoire et du Patrimoine de Dudswell
    Sous L’Association touristique et culturelle de Dudswell

  4. Sara Line Laroche

    2011/10/06 at 1:54

    Bonjour,
    Encore quelques petites corrections:
    Le #de tél: 819 560-8474
    pour la municipalité coordonnées:
    76, rue Main Bishopton J0B 1G0 819 560-8484

    Bravo pour votre travail qui met en lumière nos beaux villages du Québec!

  5. admin

    2011/10/13 at 5:12

    Merci, les ami(e)s, toutes les correctifs ont été apportés.

  6. Breton

    2012/12/22 at 10:24

    Bonjour,

    Descendant de la famille Hélie dit Breton,ayant migré de l’Ile d’Orléans via la Beauce,à St Adolphe de Dudswell et habitant depuis maintenant deux générations en Normandie,j’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’historique du village de mes ancêtres et ses corrections.Je serais très heureux de correspondre par courriel avec tout habitant de St Adolphe.
    Toutes mes chaleureuses félicitations aux « passeurs de mémoire » !!!..
    Bien cordialement
    Patrick Breton
    5 Place Gustave Flaubert
    14123 Fleury sur Orne
    Normandie-FRANCE

  7. jacques loubier

    2013/03/14 at 4:47

    bonjour j’aimerais savoir en quelle annee hotel chez cassar a et detruit par le feu le proprietaire etait monsieur cassar

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>