Villes et villages

Chapais

Chapais

Ville de Chapais

La ville de Chapais rassemble environ 1700 Chapaisiennes et Chapaisiens. Elle fut constituée officiellement en novembre 1955 sur un territoire de près de 63 kilomètres carrés, dans la région administrative du Nord-du-Québec.

L’histoire de Chapais remonte à 1929, quand le prospecteur Léo Springer découvre des gisements d’or, d’argent et de cuivre. Les opérations minières y commencent au début des années 1950. À l’époque, Opémiska Copper Mines est le principal employeur de la région. En 1974, l’économie de la ville se diversifie avec l’ouverture de la scierie de Barrette-Chapais Ltée. Cette entreprise a assuré la survie de Chapais après la fermeture de la mine en 1991.

C’est également elle qui a procédé à l’exploitation de la biomasse forestière en ouvrant la première usine de cogénération du Québec. Il s’agit d’un système de production de l’électricité à partir de résidus des scieries, une alternative écologique pour la production d’énergie.

Il faut mentionner un épisode tragique de l’histoire de la ville: en 1980, un incendie cause la mort de 48 résidents de Chapais.

Aujourd’hui, Chapais se tourne vers le tourisme. L’aménagement du Parc de la Chute, l’ouverture du camping et de la plage du lac Opémiska, du réseau de sentiers du Mont Springer et du site de la chute d’un météorite qui a formé le lac de la Presqu’île, ne sont qu’une partie des activités qui devraient attirer l’attention des personnes qui visitent la région.

Canton d’Anville

À 20 kilomètres au sud-ouest de Chapais, dans la érgion administrative du Nord-du-Québec, se situe le canton d’Anville, inhabité et couvert de forêts (proclamé en 1965). Comme à peu près partout sur le plateau laurentien, les lacs y sont nombreux : les principaux se nomment O’Mélia, Waite, MacIntosh, Dickson, Poindextre et Anville. Quant à la rivière la plus importante qui coule ur son terrain d’une altitude d’environ 300 m, elle porte un nom amérindien : Obatogamau. Le nom de ce territoire, désigné en 1930, honore Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville (1697-1782), géographe du roi de France dès l’âge de 22 ans. Il a publié une carte de l’Afrique, un Atlas de la Chine, L’Analyse géographique de l’Italie, 78 ouvrages ou mémoires traitant de la géographie ancienne ou moderne et 211 cartes considérées comme les meilleures et les plus exactes du XVIIIe siècle. Certaines d’entre elles concernent différentes parties de la Nouvelle-France et c’est pour cette raison que ce savant méritait d’être honoré dans la toponymie québécoise.

Pour se rendre à Chapais, il faut prendre la route 113.

Coordonnées de Chapais :

C. P. 380
Chapais
G0W 1H0

Téléphone : 418 745 2511

Site internet de Chapais : villedechapais.com

Chapais

Hôtel de ville de Chapais. Source de l’image : Site Web de la ville de Chapais.

Voir aussi :

1 Comment

  1. colette major-mcgraw

    2016/06/18 at 9:11 pm

    J’ai beaucoup apprécié votre site où j’ai puisé de l’information. Je suis une auteure de roman québécois. Je suis à compléter une trilogie qui se situe principalement dans les Laurentides, soit à Sainte-Agathe-des-Monts. J’ai cependant un personnage qui passera probablement par votre ville dans le tome 3 et c’est la raison pour laquelle je prend plus d’information sur votre région. C’est suite à un contact avec une dame de votre région qui avait eu vent de mon livre que j’ai décidé de vous faire un clin d’oeil dans mon histoire. Toujours intéressant de citer nos villes et villages du Québec. J’aimerais bien avoir l’occasion d’aller rencontrer les gens de votre village un de ces jours. Une petite conférence peut-être afin de parler du métier d’auteure! Bravo encore pour ce site magnifique!

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *