Villes et villages

Chandler

Chandler

Chandler

La ville de Chandler est peuplée par plus de 8200 Chandleroises et Chandlerois. Elle s’étend sur une vaste superficie de 425 kilomètres carrés dans la région administrative Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et fait partie de la municipalité régionale de comté du Rocher-Percé.

Avant la conquête il n’y avait pas vraiment, à ce qu’il semble, de résidents permanents, malgré le fait que la seigneurie du Grand-Pabos fut concédée en 1696 par le gouverneur Frontenac à René Hubert.

Les premiers habitants permanents furent des loyalistes britanniques venus des États-Unis après la révolution américaine. Ils nommèrent le village Newport.

L’actuelle ville de Chandler est le résultat de la fusion, survenue le 27 juin 2001, entre les municipalités de Chandler, Newport, Pabos Mills, Saint-François-de-Pabos et Pabos. D’abord, les résidents ont décidé d’appeler la nouvelle ville Pabos, mais finalement, en 2002, la ville adopte le nom de Chandler.

Le canton de Newport fut proclamé en 1840 et la municipalité de Newport fut constituée civilement en 1855. En 1911, la ville est choisie par Percy Milton Chandler, industriel américain, comme lieu d’implantation d’une scierie et d’une pulperie qu’on commence à construire à l’embouchure de la rivière du Grand Pabos. Le site prend alors le nom de Chandler.

Un secteur de Chandler est appelé Pabos Mills que certains considèrent comme une municipalité indépendante. Pabos est un mot micmac qui signifie «nappe d’eau très calme». En 1908, les frères King bâtirent un moulin à scie sur la rive ouest, en face du Banc de Pabos, et l’endroit reçoit alors le nom de Pabos Mills (moulin de Pabos).

On trouve également le secteur de Saint-François-de-Pabos, une localité rurale située à proximité de la baie des Chaleurs et traversée par la rivière du Petit Pabos.

De nos jours, Chandler est un grand port maritime de la Gaspésie. L’hôpital régional de Chandler est un centre de santé réputé en Gaspésie.

Mais outre cet hôpital, on trouve à Chandler plusieurs attraits comme l’épave du cargo péruvien Unisol qui attire les chercheurs de trésors. Le Parc du Bourg de Pabos et la Base de Plein Air de Bellefeuille forment la Pointe de Pabos. Ce site offre un Centre d’interprétation, un camping, une plage, un sentier cyclable et un sentier de ski de fond de 20 kilomètres. Le site historique consacré à l’écrivaine Mary-Travers, dite La Bolduc, où l’auteure est née, est un lieu à visiter.

On peut aussi pratiquer la pêche sur le quai de Chandler et espérer y prendre de l’éperlan ou du maquereau.

Coordonnées de Chandler :

C. P. 459
Chandler
G0C 1K0

Téléphone : 418 689 2221

Site internet de Chandler : www.villedechandler.com

chandler

Chandler. Vue aérienne, photo des années 1930

Pour en apprendre plus :

1 commentaire

  1. Linda Matte

    2013/11/17 at 4:14

    Je suis a la recherche de la famille de Dulcia Gionest qui vivait achandler de 1950 a 1956. Elle aurait fréquenté un marin du nom de GérardMatte qui demeurait a Montréal. Si je ne me trompe pas, son père avait unstand de taxi et son oncle un dépanneur. J’aimerais bien la retrouvée Linda Matte

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>