Villes et villages

Brome

Brome

Village de Brome

Le village de Brome, constitué civilement le 20 juin 1923 sur un territoire de 12 kilomètres carrés, regroupe une population de moins de 300 personnes. Brome se situe à une soixantaine de kilomètres de Sherbrooke. La municipalité fait partie de la municipalité régionale de comté de Brome-Missisquoi (région administrative de la Montérégie et région touristique des Cantons-de-l’Est).

Au fait, le canton de Brome fut proclamé en 1798, quand les premiers Loyalistes, venus des États-Unis, commencent à défricher des lots de terre de part et d’autre du chemin Stage Coach. Ils profitent alors de riches forêts de la région, et en 1804, un moulin à scie y est construit par Jacob Ball.

Le nom du village rappelle la ville de Brome du comté de Suffolk, en Angleterre, lieu d’origine de premiers colons.

Comme un peu partout dans les Cantons de l’Est, le développement de la localité est lent, mais constant. Le chemin Stage Coach est l’artère principale par laquelle passent alors les diligences desservant toute la vaste région, ce qui contribue à la survie de la localité. En 1859, la chapelle anglicane St. John the Evangelist y est érigée dans le style néo-gothique. Des Canadiens Français viennent rejoindre les anglophones vers les années 1860, alors, une mission catholique s’y ouvre.

Le village de Brome se détache du canton de Brome en 1923. Depuis, le village conserve son caractère rural et agricole. Notons que Brome County Agricultural Society ou la Société d’Agriculture du comté de Brome, est la plus ancienne société d’agriculture au Canada. Sa foire agricole annuelle, renommée s’il en est, conserve le cachet typique des Cantons de l’Est.

On accède à Brome et suivant la route 215 via Route 104.

Coordonnées de Brome :

Brome
J0E 1K0

Téléphone : 450 243-0489.

Municipalité régionale de comté de Brome-Missisquoi

Municipalité régionale de comté de 1549 kilomètres carrés située dans la Montérégie, adossée à l’Estrie et aux États-Unis, entre les MRC du Haut-Richelieu, de Rouville, de la Haute-Yamaska et de Memphrémagog. La transition entre les paysages de la plaine et ceux, beaucoup plus accidentés, des Appalaches y est facilement perceptible d’ouest en est : d’abord la plaine du Saint-Laurent aux abord de la baie Missisquoi et de la rivière aux Brochets, puis les basses-terres appalachiennes qui jouxtent le chaînon de L’Estrie et les monts Sutton. L’élément naturel le plus marquant du paysage bromisquois est sans contredit le lac Brome.

La municipalité régionale de comté de Brome-Missisquoi, établie en janvier de 1983, a succédé à l’ancienne municipalité du comté de Missisquoi, ce territoire a été formé à même ceux de cette dernière et de l’ancienne municipalité du comté de Brome, d’où le nom de la MRC. Celle-ci se compose de 23 municipalités dont Cowansville, la plus importante. La population bromisquoise est mi-rurale, mi-urbaine. Majoritairement francophone, elle compte en son sein une minorité de langue anglaise, de près d’un tiers, en déclin. L’agriculture occupe une part significative de la population active.

L’économie régionale repose toutefois avant tout sur le tourisme, très actif, en particulier autour du lac Brome et de la station de ski de Mont Sutton, de même que sur l’industrie de transformation. Cette dernière, concentrée à Cowansville, à Farnham et à Bedford, emploie près du quart de la population active, notamment dans le textile et dans le vêtement.

Brome

Brome. Source de l’image : mrcbm.qc.ca.

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *