Villes et villages

Bonne-Espérance

Bonne-Espérance

Municipalité de Bonne-Espérance

La municipalité de Bonne-Espérance a été créée en janvier 1990 à la suite du regroupement de trois villages de la région administrative de la Côte-Nord, soit Vieux-Fort, Rivière-Saint-Paul, et Middle Bay. Vieux-Fort est plus connu sous son nom anglais – Old-Fort-Bay et Rivière-Saint-Paul est le plus souvent appelée St. Paul River, ce qui est logique, car tous les habitants de la municipalité de Bonne-Espérance sont anglophones.

Bonne-Espérance se situe sur la côte nord du golfe du Saint-Laurent, dans la région de la Basse-Côte-Nord (région touristique de Duplessis), près de la frontière entre le Québec et le Labrador.

La superficie de Bonne-Espérance est de plus de 721 kilomètres carrés, mais la population de la municipalité n’atteint que 800 résidents. Aucun gentilé officiel n’est connu.

Avant l’arrivée des Européens, ces terres étaient pratiquement désertes, seuls les Inuits les visitaient parfois pour y pêcher. Les Basques et les Bretons y arrivent pour la pêche à partir du XVIe siècle.

En 1804, les marchands anglais Lymburner et Crawford y mettent en exploitation une usine de transformation du poisson, mais ce n’est qu’en 1878 qu’un bureau de poste y est ouvert. Ce bureau reçoit le nom de Bonne-Espérance. En 1880, la mission catholique du Sacré-Coeur-de-Jésus voit le jour.

Parmi les attraits de la municipalité, on distingue le Musée Whiteley, consacré à l’œuvre de William H. Whiteley.

Bonne-Espérance est une destination prisée des pêcheurs de saumon, de morue et de crabe. On y pratique également la cueillette des pétoncles.

Canton d’Archipel-du-Vieux-Fort

Toutes les îles de la Basse-Côte-Nord situées en face des cantons de Pontchartrain, de Chevalier et de Bonne-Espérance, forment le canton d’Archipel-du-Vieux-Port, proclamé en 1907. Elles sont en si grand nombre qu’elles furent désignées collectivement Toutes Isles par Jacques Cartier, en 1534. Le nom de cet ensemble insulaire localisé à environ 25 km à l’ouest de Blanc-Sablon s’explique par les vestiges d’un fort français encore visibles au siècle dernier et dont la désignation comme établissement français est attestée, en 1704, sur une carte de l’hydrographe Jean Deshayes.

Canton de Bonne-Espérance

Ce canton (proclamé en 1907) est situé sur la rive gauche de la rivière Saint-Paul et à une trentaine de kilomètres à l’ouest de la frontière du Québec et du Labrador terre-neuvien. Inhabité et parsemé de nombreux petits lacs, il tire son nom du havre de Bonne-Espérance. Ce nom de Bonne-Espérance, qui remonte au Régime français, est pourtant dépourvu d’une attestation de cette époque qui éliminerait les hypothèses que l’on doit avancer encore de nos jours pour connaître sa signification. Le spécifique français dans le toponyme Bonne-Espérance, relevé par le capitaine H.W. Bayfield en 1832 et publié à Londres sur une carte, en 1843, montre que le nom était alors bien implanté. Proclamé en 1907.

Coordonnées de Bonne-Espérance :

C. P. 40
Rivière-Saint-Paul
G0G 2P0

Téléphone : 418 379 2911.

bonne-espérance

Bonne-Espérance au milieu du 20e siècle. Image libre de droits.

Voir aussi :

1 Comment

  1. claudette Durand

    2017/02/07 at 4:58 pm

    Bonjour, je suis a la recherche d’un écrit, d’un numéro de bande ou d’une référence concernant mes ancetres qu’ils étaient métis pour ma demande de certicat de statut d’indien. Voici donc les noms: Jean-Baptiste allias Johnny Jourdain(Jean-baptiste et sarah Bonian ou Broomfield) avec Josephe allias josette Marié(Antoine Marié et feu Josette Bérard marié le 2 nov.1844 st-alexis grande-baie chic.
    Jean-baptiste allias Johnny baptisé 14 oct 1844 dans le recensement de 1851 ils inscrivent qu’il est né a Baie EXquimaux. C’est les archives Banq Québec qui m’a transmise ses informations, Voulez-vous m’aider svp a trouvé un document qui confirme que mes ancetres sont métis , En attendant de vos nouvelles je vous remercie. Claudette Durand

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *