Villes et villages

Les Bergeronnes

Les Bergeronnes

Les Bergeronnes

Les Bergeronnes est une petite municipalité touristique qui se trouve dans la Municipalité régionale de comté de La Haute-Côte-Nord, la région administrative de la Côte-Nord. Il n’y a pas plus de 650 Bergeronnaises et Bergeronnais dans cette municipalité qui occupe pourtant un territoire de 292 kilomètres carrés.

C’est Samuel de Champlain qui a nommé ces lieux Les Bergeronnes, plutôt les rivières Petites Bergeronnes et Grandes Bergeronnes, en raison des bergeronnettes, de petits oiseaux que Champlain y avait remarqués. La rivière des Petites Bergeronnes est entourée d’une vallée et d’une plaine fertile et celle des Grandes Bergeronnes est peu profonde et se sépare en deux bras tout près de l’embouchure.

Avant 1842, il n’y habitait presque personne, alors que sous le régime du Domaine du Roi qui existait à l’époque de la Nouvelle-France, le peuplement des terres dans le domaine était interdit à l’exception des autochtones. En 1842, ce régime est aboli et dès 1843, M. Simard, un homme d’affaires originaire de La Malbaie, fait construire une scierie qu’il revend à son beau-fils quelques années plus tard. Vers 1850, le financier M. Charles Pentland, construit une autre scierie sur le plateau dominant les Grandes Bergeronnes, ainsi qu’une chapelle (qui ne sera pas terminée par manque de ressources). Cependant, la population augmente, les scieries fonctionnent et des colons s’installent le long des rives de la rivière des Grandes Bergeronnes dans les années 1880.

À côté, à Bon-Désir, un site reconnu de chasse aux loups-marins, se développe un autre centre de colonisation et quelques fermes sont créées dans l’arrière-pays.

Le village des Bergeronnes invite un curé en 1889 et il fait rénover la chapelle.

En 1929, la municipalité est divisée en Canton Bergeronnes et en Bergeronnes Village, mais dans les années 30, en pleine crise économique, le travail forestier ralentit et plusieurs jeunes quittent les lieux pour s’établir plus au nord, à Sainte-Thérèse-de-Colombier et à Manicouagan, où le gouvernement offre des terres gratuites.

C’est vers les dernières décennies du XXe siècle que le tourisme entre dans l’économie villageoise et Les Bergeronnes a été un des premiers à se lancer dans le service d’excursions d’observation des baleines.

À Les Bergeronnes, on peut effectuer des croisières aux baleines, pratiquer le kayak de mer et la plongée sous-marine, de plus, hormis ses ressources fauniques et marines, on peut visiter des sites archéologiques patrimoniaux dans une atmosphère apaisante.

Un Festival de la baleine bleue, la randonnée pédestre et à vélo, les safaris aux castors et aux ours, la cueillette de petits fruits sauvages et d’autres activités sont offertes aux visiteurs.

Vers la fin du siècle, le Centre d’interprétation Archéo Topo, qui abrite aussi une marina, est créé.

Coordonnées de Les Bergeronnes:

C. P. 158
Les Bergeronnes
G0T 1G0

Téléphone : 418 232 6244

Site internet : www.bergeronnes.net

Grandes Bergeronnes

Grandes Bergeronnes

Grandes Bergeronnes. Source : Piguay

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>