Vivre à Montréal

Saint-Henri

Saint-Henri

Quartier Saint-Henri

Le Quartier Saint-Henri est situé dans le sud-ouest de la ville de Montréal, en bas du Mont-Royal, à deux pas du Centre-ville, il est bordé par Westmount au nord et par le canal de Lachine au sud, et encadré par la rue Atwater à l'est et par l’échangeur à l'ouest. Il fait partie de l’arrondissement montréalais du Sud-Ouest. Saint-Henri compte une population de plus de 25 mille résidents, dont la composition ethnique et culturelle est assez diversifiée.

Saint-Henri a toujours été considéré comme l’un des centres industriels de Montréal et du Québec.

Au XVIIIe siècle, le hameau de Saint-Henri était connu comme Les Tanneries. Parfois, on parlait des Tanneries du Côteau–Saint-Pierre ou des Tanneries des Rolland.

En 1810, on y construit une première chapelle, placée sous la protection de Saint Henri. Il semblerait que le saint fut choisi en l’honneur de l’abbé Henri-Auguste Roux, alors supérieur du séminaire de Saint-Sulpice à Montréal. Depuis, le quartier n’a pas cessé de se développer. Le pôle économique se déplace des tanneries vers le canal Lachine au milieu du XIXe siècle.

Louis Cyr et l'usine Berliner copyright Grandquébec

En 1875, Saint-Henri devient une ville et sa population passe de 2500 à 25 000 habitants. En 1905, le village a été annexé à la ville de Montréal.

Cependant, sa croissance s'est inclinée devant l'ouverture de la voie maritime du Saint-Laurent en 1959 avec la fermeture du canal Lachine.

Vers les années 1980, Saint-Henri connaît une période de renaissance. À ce moment, un certain nombre d'entreprises, ainsi que des artistes et des artisans, cherchant des loyers plus bas, investissent dans Saint-Henri et transforment quelques bâtiments abandonnés en bureaux et en espaces multi-locatifs.

Dès 1997, l’effervescence immobilière s’accroît avec le dévoilement du programme de mise en valeur du lieu historique du Canal de Lachine, un investissement de plus de 250 millions de dollars est effectué. Le canal de Lachine est rouvert comme destination touristique. Saint-Henri devient un pôle d’attraction pour de nombreux promoteurs et plus d’une quinzaine de beaux projets de rénovation et de construction y sont actuellement en cours, voire achevés. Des condos se multiplient sur la rue Saint-Ambroise, en bordure du canal, et dans d’autres anciens sites industriels.

Saint-Henri regorge de petits parcs, d'espaces calmes et paisibles. On constate une véritable revitalisation du quartier qui constitue un nouvel attrait pour les agents immobiliers.

Maison à Saint-Henri copyright Grandquébec

Il faut admettre que les nouvelles constructions sont bâties dans un souci d’harmonisation avec le style de Saint-Henri, la brique rouge est donc omniprésente, trace indéniable du passé industriel du quartier. Les condos avec vue sur le canal sont vraiment réussis.

Aujourd’hui, l’artère principale (on dirait, la seule) du quartier est la rue Notre-Dame, sur laquelle sont concentrés les principaux commerces.

Les ruelles avoisinantes recèlent des surprises architecturales et de petites curiosités. On y retrouve les portes en bois finement sculptées de la rue Agnès, les façades colorées avec des pignons au détour de la Place Guay et des rues Laporte et Irène, de magnifiques portes cochères, de charmants jardinets à l’entrée des maisons, de poussiéreuses et attrayantes boutiques allant de la brocante à des marchandises invraisemblables rue Saint-Jacques et rue Notre-Dame.

Maisons Avenue Laporte 2 copyright Grandquébec      Maisons Avenue Laporte 1 copyright Grandquébec

La place Saint-Henri, point de jonction de l’ancienne rue Saint-Bonaventure et du chemin vers Lachine, n’a jamais été planifiée par des architectes. C’est plutôt l’usage qui l’a façonnée et a fait d’elle le centre d’un noyau urbain.

Le quartier Saint-Henri est considéré comme un milieu défavorisé de Montréal, par exemple, ses résidents vivent en moyenne 10 ans de moins que leurs voisins de Westmount.

Le revenu moyen des familles de Saint-Henri est d’environ 40 mille $ par année, cinq fois moins que celui des familles de Westmount.

Quant à la valeur moyenne des logements à Saint–Henri, elle est presque 4,5 fois inférieure que celle de Westmount. Toutefois, si l'on prend les pôles extrêmes de chacun de ces deux quartiers, soit le sommet du Mont-Royal et le sud-ouest de Saint-Henri, l'écart est de 1 à 13.

Photos : Société historique de Saint-Henri

Voir aussi :

1 commentaire

  1. OUIMET

    2013/06/09 at 2:44

    bon jour,comment faire pour recevoir ,les archives de ma famille.le mariage de mon pere et ma mère,svp merci

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>