Vivre à Montréal

Patrimoine de Pointe-Claire

Patrimoine de Pointe-Claire

Patrimoine architectural de Pointe-Claire

Le terme Pointe-Claire désigne des terrains en bordure du lac Saint-Louis depuis la fin du XVIIe siècle. L’acquisition d’une partie de ces terres par les Sulpiciens afin d’y créer une mission et d’y construire un moulin eut lieu en 1698. Les premières maisons et le moulin sont érigés vers 1708, mais le village de Pointe-Claire n’est constitué civilement que beaucoup plus tard, en 1854.

À l’époque, ces terres sont déjà convoitées par des vacanciers montréalais en raison de la beauté de ces lieux et de la proximité de la métropole. Vers la fin du XIX siècle, l’ouverture du chemin de fer attire encore plus de monde et certains achètent des terres et  investissent dans l’élevage. Puis, plusieurs auberges s’ouvrent à Pointe-Claire, mais en 1900, un feu détruit une partie de la localité. Cependant, Pointe-Claire est incorporée en ville en 1911 et de nombreux projets domiciliaires y voient le jour. Le plus connu est le quartier de Bowling Green, construit entre 1905 et 1913. C’est la première réalisation d’une cité-jardin au Canada. Nous en parlons dans un article à part: Bowling Green.

Avec l’apparition de l’automobile, la ville prend un nouvel essor et se développe encore plus rapidement. Pourtant, jusqu’à nos jours, deux des anciennes voies de circulation principales sont conservées. Ce sont le chemin du Bord-du-Lac, d’où s’ouvrent des vues magnifiques sur le lac Saint-Louis et qui relie presque tous les quartiers historiques de Pointe-Claire, et le boulevard Saint-Jean, l’avenue Douglas-Shand et l’avenue Maywood qui suivent l’ancien chemin de la côte Saint-Jean qui existait déjà au début du XVIII siècle.

Vers la fin du XIXe siècle, l’église de Pointe-Claire est érigée, réplique de la première construite selon les plans de l’architecte Victor Bourgeau et anéantie par un incendie.

Parmi les différents secteurs de la localité, on peut distinguer le quartier de la Pointe, avec l’un des plus anciens moulins québécois et le couvent des sœurs de la Congrégation de Notre-Dame.

Ensuite, le Village, cœur historique de Pointe-Claire, créé au milieu du XVIIIe siècle et concentré autour des avenues Sainte-Anne, Saint-Joachim et Saint-Jean-Baptiste. C’était  le centre de la vie sociale de Pointe-Claire, on y trouvait des ateliers, des boutiques, des hôtels et des villas. Mais en 1900, une partie du Village fut détruite par le feu, ce qui fait que des constructions plus récentes sont ensuite apparues dans le quartier.

Le secteur de Beaconsfield Golf Club comprend le Club House et une série de maisons, le long de l’avenue du Golf, construites dans le style Arts and Crafts. Un comité composé des membres du Club approuvait le modèle de chaque maison et le coût de la construction au-dessus d’un minimum fixe. Ces restrictions ont aidé à créer un ensemble résidentiel homogène en harmonie avec le paysage.

Le Parc Stewart avec son exceptionnel Stewart Hall, témoigne du mode de vie de la bourgeoisie au début du XXe siècle. Nous parlons en détails de cet édifice dans un article à part: Stewart Hall.

Le secteur du Parc Cedar a été le premier projet de maisons résidentielles à Pointe-Claire et plusieurs immeubles du début du XXe siècle y sont conservés.

Les secteurs de l’avenue Cartier et de l’avenue Victoria furent développés comme une extension de Pointe-Claire depuis le début du XXe siècle, mais ces avenues font aussi partie des voies les plus anciennes de la ville.

Pointe-Claire Heights est une autre extension naturelle de la ville, mais les résidences y sont plus modestes que celles de Beaconsfield Club.

Le quartier du Quai, situé avantageusement sur le cap, regroupe des édifices plus récents, de beaux parcs, et le quai construit vers la fin du XVIIIe siècle.

Le secteur d’Upper Bowling Green, bâti entre 1912 et 1930, est une continuation du quartier de Bowling Green, avec des rues courbes et des immeubles qui s’inspirent du mouvement Arts and Crafts, tout comme les secteurs de Killarney Gardens.

Quant au secteur Brunet et Dayton, érigé en 1911, il se distingue par ses rues rectilignes et par ses belles maisons avec vérandas et galeries.

Remarquons aussi l’avenue Claremont, ouverte en 1895, très verte et dont la plupart des maisons datent des années 1920-1930.

Citons enfin les quartiers Valois et Valois Bay Heights, Lakeside, Sainte-Jeanne-de-Chantal, le secteur du Parc Valoir, le secteur des Vétérans, construit durant et après la Seconde Guerre mondiale, ou encore le secteur du Projet Magil, construit dans les années 1950 et composé de maisonnettes et de bungalows en brique.

La visite des quartiers résidentiels de Pointe-Claire est ainsi un intéressant parcours à travers le patrimoine architectural des XIXe et XXe siècles.

maison legault, pointe claire

Maison historique de Pointe-Claire

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>