Vivre à Montréal

Animaux à Montréal

Animaux à Montréal

Animaux à Montréal

Encore de nos jours, on peut voir à Montréal déambuler des poules dans les rues les plus calmes à quelque minutes du centre-ville. Ce phénomène pittoresque et amusant, quoiqu’assez rare, témoigne de la paix, du calme et de la tranquillité des rues de la ville. Cependant, une question se pose, est-ce qu’il existe une réglementation concernant la présence d’animaux dans la ville ?

Dès la fondation de Montréal, en 1642, jusqu’au milieu du XIXe siècle, il n'existait aucune réglementation concernant les animaux domestiques. Il n'était pas rare, dans plusieurs quartiers de voir circuler des hordes de vaches et de cochons, puisque ces animaux constituaient la source première d'alimentation pour la grande majorité des familles.

C’est à partir des années 1870, date à laquelle la ville prend conscience de l’importance de la salubrité des rues pour la santé publique que des arrêtés municipaux viennent réglementer l’élevage des animaux.

Les premières victimes de la nouvelle politique du Grand Méchant Loup (GML) sont les pauvres petits cochons qui sont interdits dès 1874.

Pourtant, les gallinacés, eux, sauvent leur peau et circulent éhontément dans nos rues, parce qu’il semblerait qu’aucune loi ne l'interdise. Mais il faut bien admettre qu’il est assez rare de voir des poules se promener dans les rues (quoiqu’on nous rapporte de source obscure que sur la rue Sainte-Catherine…).

Revenons à nos moutons, plus encore que la libre circulation de nos amis à deux ou à quatre pattes, c’était les conditions sanitaires déplorables des abattoirs qui causaient les problèmes les plus graves à la santé des humains. En effet, personne ne vérifiait la qualité de la viande, aussi des animaux malades pouvaient-ils finir dans les assiettes peu affriolantes des Montréalais.

C’est en 1887 que la Ville de Montréal, dans un accès irrépressible de salubrité, nomme deux inspecteurs affectés aux deux abattoirs municipaux. Mais les abattoirs privés, quant à eux, ne sont pas encore contrôlés. C’est aux premières décennies du XXe siècle que la viande en général devient l’objet d’un strict contrôle, la première vache folle venue vous le confirmera.

(Note de GrandQuébec : si vous êtes un gentil p’tit cochon, un conseil : évitez Montréal, et allez plutôt vous réfugier dans une de nos nombreuses et pittoresques capitales nationales !)

ecureuil au parc mont royal

Un écureuil au parc Mont-Royal. Photo : © GrandQuebec

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>