Vivre à Montréal

911 inverse

911 inverse

911 inverse

C’est le 1er décembre 1985, à 4 heures, que le numéro d’urgence 911, le seul numéro à composer pour tous les appels d’urgence – pompiers, police, ambulance, a fait son entrée à Montréal. En 2011, vingt-six ans après l’implantation du numéro d’urgence 911, c’est au tour du «911 inversé».

Le «911 inversé» est un nouveau système d’alerte téléphonique qui permet à la Ville de Montréal de rejoindre tous les Montréalais en cas de risque pour la sécurité publique.

Par exemple, si un avis de non-consommation de l’eau est donné, le nouveau Service d’avis à la communauté (SAC) appellera tous les résidents du secteur concerné. Ces appels se feront au rythme d’au moins 18 000 par heure, pour aviser les résidents à l’aide d’un message enregistré.

L’outil pourrait être également utilisé lors d’une tempête de verglas ou vague de chaleur intense, en cas d’apparition d’un panache de fumée toxique, etc.

Le système sera opérationnel dès le mois de juin 2011 dans les 19 arrondissements de Montréal et les 15 villes liées. Dans un premier temps, le SAC téléphonera aux lignes fixes, mais  «à moyen terme», le SAC rejoindra aussi les téléphones cellulaires et pourra envoyer des messages texte (SMS).

Notons que c’est un service obligatoire et les citoyens n’ont pas le choix de refuser.

En fait, plusieurs municipalités du Québec ont déjà mis en place un dispositif d’appels en cas d’urgence, mais la Ville de Montréal est la première de la province à le faire sur la base de données téléphonique du 911, gérée par Bell.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a autorisé la Ville de Montréal à se servir de ces données à la fin 2007, mais il a fallu trois ans pour préparer le SAC. L’installation du nouveau système a coûté environ 140 000 $ à la Ville. Des frais récurrents de 23 000 $ par année son prévus pour avoir accès au répertoire téléphonique.

Ces appels téléphoniques ne remplaceront pas les autres mesures déjà mises en place, comme les dépliants d’information ou les visites porte-à-porte des pompiers et des policiers. En tout cas, le Service d’avis à la communauté par le moyen de messages d’alerte téléphonique est réservé aux situations importantes.

Avec le Service d’avis à la communauté, les citoyens sont mieux informés des situations urgentes localisées à proximité de leur domicile et pouvant avoir une incidence sur leur sécurité ou leur santé.

Notons finalement que le service pourra être utilisé 24h sur 24h et sept jours par semaine, dans des situations exceptionnelles.

service d'urgence

Photo : © Grandquebec

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>