Emploi: aidez-moi

Harcèlement

Harcèlement

 Harcèlement

Selon un sondage mené par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés et des conseillers en relations industrielles agréés, environ 83% des travailleuses et travailleurs québécois sont au courant qu’une loi fournit des recours légaux aux victimes de harcèlement psychologique au travail.

Ces normes ont été introduites dans la Loi sur les normes de travail en 2004 et il est encourageant de constater qu’elles sont connues au moins par la grande majorité des employés.

Toutefois, si on examine ces chiffres de près, on verra que ce tableau de la situation n’est pas aussi beau qu’il semble à première vue : en effet, si seulement 17% des travailleurs affirment ne pas être au courant de la loi et de ses normes, cette proportion est de 32% chez les travailleurs non francophones. Chez les francophones, seulement 12% ne sont pas au courant de l’existence de cette loi.

On peut comprendre facilement qu’en parlant des travailleurs « non francophones », on fait plutôt référence aux immigrants reçus qui viennent à vivre au Québec et qui ne connaissent pas certaines lois qui sont censées les protéger. Alors, il faut admettre cette triste réalité : un sur trois des nouveaux arrivants au Québec ne sait pas qu’il existe une loi concernant le harcèlement au travail.

D’ailleurs, 20% des travailleurs affirment avoir peur de porter plainte contre leur employeur en cas de harcèlement. Chez les non francophones qui sont réticents à faire valoir leurs droits de peut d’être victimes de représailles, cette proportion s’élève à 35%.

En tout cas, il faut savoir que même si la situation est loin d’être idéale, il existe des recours légaux au Québec qui visent à garantir aux salariés un milieu de travail sain. Les employeurs sont obligés de prendre des moyens pour prévenir le harcèlement. Lorsqu’une conduite de harcèlement est portée à leur attention, ils sont obligés de prendre des dispositions pour la faire cesser, en imposant des mesures disciplinaires ou autres pour assurer des relations respectueuses.

Une entreprise doit avoir une politique interne concernant le harcèlement. En tout cas, des professionnels de la gestion des ressources humaines doivent examiner la situation immédiatement si une telle plainte est portée à leur connaissance.

Comment aider un employé harcelé ?

Comment réagir si votre employé informe qu’une personne le harcèle ? Qu’il s’agisse de harcèlemeyt ou d’un conflit enter deux employés, vous aurez à intervenir. Vous devriez écouter avec ouverture l’employé et le questionner pour en savoir le maximum sur les événements qui se sont produits, afin de tenter de savoir où les événements se sont déroulés et combien de fois cela est arrivé. Il faut toutefois rester neutre et calme. Centrez la discussion sur les faits plutôt que sur les impressions ou les intentions. Cherchez à savoir quels gestes ont été posés ou quelles paroles ont été dites.

Il faut évaluer la situation : avec le récit du plaignant, évaluez sommairement l’ampleur du problème. En fait, les comportements reprochés peuvent être dérangeants, mais il ne s’agit pas de harcèlement psychologique. Ainsi si l’employé affecté n’a pas tenté de communiquer son malaise à son collègue, encouragez-le à le faire et à s’affirmer.

Si les allégations vous inquiètent sérieusement, indiquez à l’employé que vous devez obtenir la version de l’autre personne et peut-être de témoins. Rassurez-le sur le fait que vous serez discret dans vos démarches.

Évaluez l’état de vulnérabilité de l’employé. Si la personne semble dépassée, dites-lui que son état vous préoccupe et assurez-vous qu’elle puisse compter sur le soutien d’un proche ou d’un psychologue. S’il existe un programme d’aide aux employés dans l’entreprise, rappelez à l’employé que cette ressource peut l’aider dans les circonstances.

Si vous prévoyez suggérer à l’employé de déposer une plainte officielle, prenez le temps de valider votre stratégie auprès de votre patron ou d’un conseiller en ressources humaines.

voilier et femme

« Respecter l’autre, c’est le considérer en tant qu’être humain et reconnaître la souffrance qu’on lui inflige.  » (Marie-France Hirigoyen, psychiatre française, Le harcèlement moral). Photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>