Système politique

CMQ

CMQ

Communauté métropolitaine de Québec

La Communauté métropolitaine de Québec, créée en 2002, regroupe aujourd’hui 28 municipalités dont la population totale approche les 700 mille habitants. La superficie de la CMQ est de 3 347 kilomètres carrés.

Le territoire de la Communauté métropolitaine de Québec comprend certaines parties des régions administratives de la Capitale-Nationale et des Chaudière-Appalaches. La ville de Québec et la ville de Lévis font partie de la CMQ. Trois MRC, soit La Jacques-Cartier, La Côte-de-Beaupré et L‘Île-d’Orléans, en font également partie intégrante.

D’importants cours d’eau sillonnent le territoire, dont le Saint-Laurent, la rivière Jacques-Cartier, celles de Saint-Charles, Montmorency, Sault-à-la-Puce, Sainte-Anne, Cap-Rouge, Beauport, Chaudière, Beaurivage, Etchemin, etc.

Environ 70% du territoire de la CMQ est couvert de forêts, la région est d’ailleurs située à la limite de trois grands domaines forestiers.

Les compétences de la CMQ touchent aux activités économiques, sociales, culturelles, environnementales, à l’aménagement du territoire commun, à la planification de la gestion des matières résiduelles, et à plusieurs autres domaines par le biais de projets communs aux villes et villages qui partagent ce territoire.

Mont Sorrel

En juin 1916, dans les moments forts de la Première guerre mondiale, deux divisions de l’armée canadienne combattent les troupes allemandes à la frontière franc0-belge, à une vingtaine de kilomètres au nord de Lille, chef-lieu du département du Nord. Le combat est violent et, parce que mal préparée, la première division subit une dure défaite au Mont Sorrel. Mais, en contre-attaque, la deuxième division, mieux organisée, reconquiert les positions perdues. L’armée canadienne tira une leçon de cette bataille qui resta gravée dans la mémoire des survivants et des autorités militaires. Afin de rappeler ces événements, le ministère de la Défense nationale et les responsables de la toponymie québécoise se sont concertés, en 1974, pour désigner du nom de Sorrel une montagne située à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de la ville de Québec, en partie sur la base militaire de Valcartier et en partie sur le territoire de la ville de Lac-Saint-Joseph. Le mont Sorrel, élévation de 380 m d’altitude, apparaît nettement dans le paysage qui s’offre aux yeux des villégiateurs du lac Saint-Joseph, puisqu’il surplombe le plan d’eau, au nord-est, de plus de 220 m.

Plusieurs autres sommets de la base militaire de Valcartier ont été dénommés au même moment, dont les monts Cambrai et Vimy, situés à quelques kilomètres au nord du mont Sorrel. Ces deux noms rappellent également deux autres batailles mémorables livrées par l’armée canadienne dans la région Nord-Pas-de-Calais, lors de la Première Guerre mondiale. Dans la région du Nord-du-Québec, on trouve un lac Sorrel au nord-est du lac Naoucocane. Le nom de la Petite hauteur à la frontière franco-belge est issu d’une racine germanique qui désigne un lieu humide.

gare du palais

Gare du Palais. Photo :  © V. Petrovskiy.

golfe du saint-laurent

Vue sur l’île d’Orléans. Photo :  © V. Petrovskiy.

Aujourd’hui, la CMQ se compose des municipalités suivantes :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *