Québec sportif

Pêche à la mouche

Pêche à la mouche

Pêche à la mouche

Pour la pêche à la mouche, vous n’aurez pas à apporter d’un grand nombre d’ustensiles et d’accessoires de pêche : une canne adaptée à ce type de pêche, une soie et un avançon, – c’est plutôt tout ce dont vous aurez besoin, sans compter des mouches artificielles, la tenue pour la pêche et le savoir-faire qui vous permette de déposer l’appât de manière à attirer la curiosité des poissons pour l’offrande appétissante et pour tenter leur capture par la suite.

Ainsi, pour une personne qui décide de s’initier dans la pêche, c’est plutôt facile d’opter pour ce type de pêche (d’ailleurs, au Québec pour la pêche au saumon, il est obligatoire d’utiliser les techniques de la pêche à la mouche, aucune autre méthode n’étant permise). Ces notions de base vous aideront donc à commencer la pratique de ce sport et, pourquoi pas, à devenir un moucheur excellent :

Tout d’abord, les règlements concernant la pêche sportive sont strictes : les dates d’ouverture et de fermeture, les limites de prise, les méthodes utilisées varient d’une zone à l’autre, de ZEC et Réserve faunique à une autre ZEC, etc. et il est du devoir du pêcheur sportif de s’en informer chaque année.

Dans tous les cas, le Québec délivre un permis pour pouvoir pêcher que vous pouvez acheter dans les magasins de chasse et pêche, dans la chaîne de Canadian Tire, chez certains dépanneurs (par la plupart, localisés près des rivières ou en bordure des routes menant vers les zones de pêche).

Ensuite, pensez à votre sécurité – renseignez-vous sur la météo et vérifiez si votre trousse de sécurité est à jour (sifflet, cordes, écope, lampe de poche, rames, gilet de sauvetage, etc.) Vérifiez si votre équipement est en conditions, si vous avez assez d’esence, assurez-vous que le moteur de votre embarcation ne tombera pas en panne).

Pour l’équipement :

Canne à mouche : Chaque canne est étiquetée d’un numéro qui correspond à la puissance de la canne. Les numéros faibles correspondent aux cannes souples et les numéros plus hauts sont pour les cannes parfaites pour tenter la capture de gros poissons.

Moulinet et soie : Les grosseurs du moulinet et de la soie varieront selon le numéro de la canne. Naturellement, plus le numéro est haut, plus le moulinet et la soie sont gros. D’ailleurs il y a des soies qui sont conçues pour plonger en profondeur ou pour flotter qui peuvent être utilisées en fonction de la technique de pêche préférée. De profils différents de soie existent : profil parallèle (une soie de même diamètre du début à la fin), profil à fuseau décentré vers l’avant (c’est le profil le plus populaire parce que la soie est facile à manoeuvrer); profil à double fuseau (pour des lancers courts), profil « tête de lancer » qui permet de lancer plus loin, mais la soie est plus difficile à manier.

Bas de ligne : On attache la mouche au bas de ligne qui varie selon le type de pêche. Plusieurs pêcheurs expérimentés confectionnent les bas de lignes eux-mêmes.

Tenue de pêche : Il est nécessaire de se procurer des bottes-pantalons qui vous aideront à ne pas vous mouiller. Veste de pêche est également très importante, car elle permet d’avoir accès facile à tout son matériel de pêche (bobine de fil, boîte à mouches, coupe-fil, couteaux, graisse mouche qui améliore la flottaison de la mouche, lunettes polarisées qui permettent d’apercevoir les obstacles submergés, pinces, épuisette, etc.). Certaines modèles offrent même un système de flottaison.

Outils et matériel pour montage de mouches : Ciseau, pince à hackle, étau, aiguillon, porte-bobine, égalisateur de poils, hameçon, fils synthétiques, vernis, plumes de dinde ou paon, poils de corps de chevreuil, marabou, hackle (plumes de cou et de selle de coq), etc. Il existe de différents types de plumes, chacune avec ses particularités. Il existe également plusieurs types de poil qui se distinguent par leur rigidité, épaisseur, longueur et souplesse. Quant au hameçons, ils peuvent se différencier par la longueur de la hampe, courbure, oeillets, et d’autres parties.

Passons à la mouche. Il est difficile, voir impossible de décrire en détail tous les types de mouche dans un texte introductoire, mais il y en a plusieurs styles de mouche, conçus pour des hameçons différents, ainsi que pour plusieurs techniques de pêche (par exemple, en profondeur ou en surface). Il y a des mouches « noyées », sèches, nymphes artificielles.

Ah, oui, on a oublié les noeuds : Un bon moucheur doit bien maîtriser les différents types de nœud (pour relier le backing à la soie, pour relier la soie au bas de ligne, pour relier le bas de ligne à la pointe, pour attacher la mouche).

Et finalement, il est primordial de maîtriser les techniques de lancer à la mouche, un thème beaucoup plus complexe et peut-être plus intéressant pour les mordus de la pêche…

pêche à la mouche

Crédit photo : GrandQuebec.com

Liens utiles :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>