Québec sportif

Richard suspendu

Richard suspendu

Richard suspendu

Maurice Richard suspendu pour la balance de la saison par le président Campbell

Le 16 mars 1955, le président Clarence Campbell, de la Ligue nationale de hockey, causait tout un émoi en annonçant qu'il suspendait pour le reste de la saison, séries éliminatoires comprises, le bouillant et spectaculaire ailier droit Maurice Richard, du Canadien de Montréal, qui avait frappé accidentellement un juge de lignes lors d'une altercation avec le défenseur Hal Laycoe, le dimanche précédent, à Boston.

Accompagné de son entraîneur Dick Irvin, Maurice Richard est allé s'expliquer au bureau du président et en est sorti quelques minutes plus tard: le verdict de Campbelle était rendu et le hockeyeur était banni du hockey pour le reste de la saison.

Éminemment trop sévère, sinon trop injuste, aux yeux des amateurs de hockey montréalais, cette suspension allait entraîner la plus importante démonstration de solidarité envers un joueur dans toute l'histoire du hockey, et la manifestation dégénéra malheureusement en une émeute fort coûteuse.

Du maire Jean Drapeau à d'éminents avocats, en passant par les joueurs et les dirigeants de l'équipe, tous furent abasourdis par l'extrême sévérité du président Campbell, el ils le dirent publiquement. Mais convainque que ce dernier aurait l'appui des autres gouverneurs de la ligue, le directeur général Frank Selke décidait à contrecoeur de ne pas en appeler à la décision du président, et d'espérer pour le mieux.

Sur le seul plan du hockey, cette suspension eut des conséquences pour deux athlètes et une équipe. Le Canadien devait pour sa part perdre le championnat aux mains des Red Wings de Détroit. Le Rocket, en ratant les trois derniers matchs de la saison, perdit la seule vraie chance de remporter le seul honneur qui devait lui échapper au cours de sa brillante carrière, soit le championnat des marqueurs. Cet honneur est allé à Bernard Geoffrion, au cours de tout dernier match de la saison; et même si Geoffrion portait les couleurs du Canadien, les amateurs de hockey de Montréal ne lui ont jamais vraiment pardonné d'avoir arraché d'avoir arraché cet honneur à Rocket.

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>