Québec sportif

Marilyn Bell

Marilyn Bell

Marilyn Bell conquiert la Manche

À 17 ans, elle est la plus jeune nageuse à accomplir cet exploit

Douvres, Angleterre. – Bien reposée après une bonne nuit de sommeil, la jeune nageuse canadienne Marilyn Bell a visité la ville de Douvres aujourd’hui, remerciant les sympathiques citoyens pour leur encouragement qui, dit-elle, lui a été d’un précieux secours dans l’exploit qu’elle vient d’accomplir.

Marilyn, toute souriante et ne laissant paraître aucun signe de fatigue après l’épuisante traversée de la Manche qu’elle a effectuée hier, le 31 juillet 1955, en 14 heures et 36 minutes, est sortie de son hôtel, un peu après 10 heures, ce matin.

Son exploit en a fait l’héroïne du jour, en Grande-Bretagne. Les journaux de Londres lui ont réservé leurs manchettes et leurs pages sont remplies de photos la montrant au moment où elle entre dans les eaux glacées de La Manche, à Cap Gris Nez, en France, et 14 heures plus tard, alors qu’elle est jetée par une vague géante, sur la rive rocailleuse d’Abbotscliff, entre Douvres et Folkestone.

Marilyn a l’intention de prendre un repos bien mérité, qu’elle consacrera à de brèves visites ici et là en Grande-Bretagne.

Marilyn Bell, qui est âgée de 17 ans, a eu assez de force pour effectuer un sprint sur les 200 dernières verges du parcours, hier, et devenir le plus jeune personne à traverser la Manche à la nage.

La jeune Torontoise a touché le littoral anglais à Abbotscliff, entre Douvres et Folkestone, à 5h.29 hier soir (3h 29 hier après-midi, heure avancée de l’est), soit à 14h.36 minutes après son départ du cap Gris-Nez, en France. Elle quitta la côte française à 3h.53 hier matin.

La courageuse petite étudiante (elle ne mesure que cinq pieds et deux pouces) nagea avec force contre les hautes vagues et les puissants courants de la Manche qui l’empêchaient probablement d’établir un record pour dames dans cette traversée de 21 milles. Un fort courant de l’ouest l’a retardée d’au moins deux heures, alors qu’elle était à moins de deux milles de la côte.

Complétement épuisée par ses quelques 14 heures et demie d’efforts à combattre La Manche, c’est en se traînant sur les genoux que la Torontoise est arrivée à Douvres.

Quelques seconds firent monter Marilyn dans une petite embarcation et elle fut transportée à Douvres, où elle se reposa pendant 12 heures, sous la surveillance de son médecin, le Dr. Bruce Findlay, de Folkestone.

Mme Bell réussit la conquête de La Manche un an, presque jour pour jour, après avoir remporté les honneurs de la course d’Atlantic City, section des dames, autour de l’Île Abescon, un parcours de 26 milles. Elle avait alors gagné $1,150. La Manche, à l’endroit où Mlle Belle l’a traversée, a 21 milles de largeur.

marilyn bell

Marilyn Bell en 1955

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>