Québec sportif

Gui Lafleur

Gui Lafleur

Gui Lafleur

En observant Lafleur, Jean Béliveau se rend compte que s'est fini…

Les yeux des 18, 906 spectateurs – une foule record au forum – étaient tournés vers Gui Lafleur. Et avec raison, d'ailleurs.

C'était l'entrée en scène de la plus jeune merveille du Canadien. Une entrée en scène retentissante. Dommage qu'il ne s'agissait que d'un match hors concours car les trois assistances que Lafleur a méritées dans la victoire de 7 à 4 du Canadien aux dépenses des Bruins de Boston, auraient bien paru sur une feuille de pointage officielle.

Les 18,906 spectateurs qui avaient payé le prix d'admission étaient trop préoccupés à surveiller les faits et gestes de Lafleur sur la patinoire pour jeter un coup d'oeil vers la passerelle des journalistes.

Si ils l'avaient fait, ils auraient reconnu une figure familière, installée au milieu des journalistes. Ils auraient reconnu en Jean Béliveau un homme qui ressentait un drôle de sensation,

"Pendant la première semaine de l'entraînement, ce n'était pas si pire, confiait Jean Béliveau à Rogatien Vachon et Serge Savard. Il y a bien eu le premier matin où je me sentais mal à l'aise assis dans les estrades. Mais ce soir, c'est différent. Là, je me rends vraiment compte que j'ai mis fin à ma carrière. J'avoue que j'aurais aimé faire partie du groupe lorsque l'équipe a sauté sur la patinoire. Tu ne restes pas insensible à un tel accueil du public lors de la rentrée quelques mois après la conquête de la Coupe Stanley. Ça me fait tout drôle maintenant d'observer le jeu de si haut".

Une pensée pour Lafleur

Béliveau n'avait pas payé le prix d'admission, mais il était peut-être celui qui portait le plus d'attention au début de Lafleur.

Qui sait, il revivait peut-être en cette soirée du 18 septembre 1971, le début de sa propre carrière.

"Je n'ai pu m'empêcher de penser à Guy durant toute la journée, disait Béliveau. Il doit être nerveux, même si le match ne revêt aucune importance. Je me demande quelle a été sa réaction lorsqu'il a appris qu'il allait effectuer la mise à jeu initiale".

Au moi d'octobre 1953, Béliveau avait participé à son premier match comme membre en règle du Canadien dans des circonstances semblables.

béliveau et lafleur

Monuments à Jean Béliveau et gui Lafleur devant le centre Molson. Photo © GrandQuébec

Lafleur s'est d'ailleurs comporté comme un vétéran. Il n'a pas compté, mais il a récolté trois assistances. Il était sur la patinoire lors des cinq premiers buts du Canadien et pour aucun des quatre buts des Bruins.

Les buts du Canadien furent marqués par Frank Mahovlich et Yvan Cournoyer, avec deux chacun, Pete Mahovlich, Marc Tardif et Jacques Lemaire. Ceux de Bruins, par Bobby Orr, Ken Hodge, Bob Stewart et Watne Cashman.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>