Québec sportif

Johnson est banni du sport

Johnson est banni du sport

Ben Johnson récidive et est banni du sport

Ben Johnson, le sprinter déchu des Jeux olympiques de Séoul, a été banni à vie des compétitions par la Fédération internationale de l'athlétisme amateur, le 6 mars 1993, après avoir subi un test antidopage qui s'est révélé positif.

Moins de cinq ans dons après avoir quitté Séoul couvert de honte après qu'un test antidopage eut révélé la présence de stéroïdes anabolisants dans son organisme et cela après avoir battu le record du monde du 100 mètres, Johnson a été soumis à un test antidopage qui s'est révélé de nouveau positif, à l'issu d'un rencontre de l'athlétisme le 17 janvier dernier, à Montréal.

Johnson est revenu à la compétition en 1991, après une suspension de deux ans infligée par son infraction à Séoul. Il s'est fait retirer sa médaille d'or.

La décision a été annoncée par le secrétaire générale de la Fédération internationale d'athlétisme amateur, Istvan Gyulai, à l'issue d'une réunion des cinq membres de la commission antidopage sous la présidence du Suédois Arne Ljungqvist, à Paris.

"À la suite d'une étude approfondie des documents concernant le contrôle antidopage pratiqué à Montréal, la commission a reconnu à l'unanimité que, selon les règles de la Fédération, l'athlète Ben Johnson avait été contrôlé positif en raison de la présence dans ses urines d'une substance interdite, la testostérone".

En accord avec les règles de la Fédération, l'athlète est immédiatement suspendu de toute compétition pour s'être rendu coupable de dopage. Selon ces règles, un athlète sera radie à vie en cas de récidive, dans l'attente d'un appel devant sa fédération nationale.

La Commission a le regret de faire savoir que cet homme est coupable. Nous avons confirmé les données et elles sont malheureusement très claires, a ajouté Ljungqvist.

Dans un communiqué, la Commission antidopage de la Fédération internationale a déclaré que le bannissement sera en vigueur en attendant l'audition de l'affaire devant la Fédération canadienne de l'athlétisme, mais l'audition est considérée comme une formalité.

M. Paul Déprès, le président de la Fédération canadienne de l'athlétisme (AC) a vivement déploré cette nouvelle affaire Johnson. "C'est maintenant à cet ancien athlète et à lui seul, de supporter le poids de cette nouvelle affaire, a-t-il indiqué en rappelant cependant le droit de Ben Johnson de faire appel.

Le ministre canadien des sports, M. Pierre Cadieux, actuellement en visite au Mexique, a annoncé dans un communiqué que Ben Johnson se verrait interdire de bénéficier de toute aide financière fédérale et ne pourra participer à aucun sport sous quelque forme que ce soit.

(C'est arrivé le 6 mars 1993).

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>