Seductions plein air de Charles Bertrand

Corridor aérobique : vue d’ensemble

Corridor aérobique : vue d’ensemble

LE PARC DU CORRIDOR AÉROBIQUE : VUE D’ENSEMBLE

Par Charles Bertrand

Disons-le d’emblée : cette piste est beaucoup plus zigzagante et riche en montées et descentes que le Parc linéaire.

Au début, par le nord surtout, la route 364 apparaît telle un point de repère facile, mais le Corridor aérobique la traverse et retraverse souvent, au point qu’il peut arriver que l’on ne sache plus de quel côté de la piste se trouve la route.

Le Corridor ménage deux longues montées, d’une pente d’environ 5 % ; ce n’est pas beaucoup à proprement parler, mais ces pentes peuvent demander, chacune, un effort soutenu non négligeable, en particulier si on les attaque dans le sens nord-sud. En cela, le Corridor n’est pas une piste aussi familiale et accessible aux enfants que le Parc linéaire.

La piste n’est pas aussi bien entretenue, ou disons coquettement aménagée, que d’autres sentiers connus. L’herbe entre les deux sillons, eux-mêmes parfois assez étroits, peut souvent atteindre les six pouces de hauteur. Constitué en très grande partie de petites pierres concassées, en bon nombre d’endroits de terre battue et en d’autres de l’asphalte du bas-côté de la 364, le revêtement reste en tout temps facile pour les vélos de montagne ou les vélos hybrides. Il faut oublier les vélos de ville à pneus peu cramponnés, et en cela, le Corridor se veut nettement plus farouche à rouler que le Parc linéaire.

La signalisation apparaît assez sommaire. Si les charmants écriteaux ovales nous rappellent à intervalles parfois un peu trop espacés où l’on se trouve, l’indication des kilomètres parcourus est nettement insuffisante. Il ne faut pas être exagérément concentré sur son pédalage si l’on ne veut pas manquer les petits indicateurs blancs annonçant le kilomètre atteint, d’autant plus qu’ils sont souvent passablement en retrait sur le bas-côté.

Sur la totalité de ses 58 kilomètres, la piste longe cinq ou six lacs dans la plupart desquels il semble possible de se baigner, et cela sans compter la rivière Rouge.

D’après la carte fournie par le site www.Laurentides.com, il y a, au lac des Pins, une section fermée, longue d’environ 300 pieds, barrée par une clôture en bois à chacune de ses extrémités, et pour laquelle aucune voie de contournement évidente ne semble offerte. Nous reviendrons sur cette anomalie, mais soyons dans l’immédiat rassurés : il est facile de contourner ces barrières le moindrement que l’on descende de son vélo, et nous estimons qu’il ne faut pas se gêner pour passer outre cette interdiction un peu ridicule.

De Saint-Rémi d’Amherst à Morin-Heights, le Corridor conduit à découvrir 7 villages et autres endroits dont nous donnerons maintenant quelques détails, ainsi que les particularités de la piste y menant.

Notons que les informations relatives aux distances, kilomètres et durées sont toutes approximatives, données à titre indicatif.

huberdeau_parc des rapides

Huberdeau et son Parc des Rapides. Photo : © Tous droits réservés Charles Bertrand

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>