Seductions plein air de Charles Bertrand

Corridor aérobique : le défi d’une longue montée

Corridor aérobique : le défi d’une longue montée

UN DÉFI : MONTCALM ET SA CÔTE QUI N’EN FINIT PLUS…

Par Charles Bertrand

À partir de Huberdeau et Arundel, le Corridor longe, sur le bas-côté ou juste en bordure des champs, la route 364 jusqu’à Montcalm (anciennement, Weir, du nom du tout petit village au coeur de Montcalm).

C’est l’une de ces sections où l’herbe entre les sillons atteint une hauteur suffisante pour qu’il faille fournir une certaine concentration pour ne pas « sortir de la track ».

De Montcalm, on ne peut dire grand-chose. Des villages comme Saint-Rémi-d’Amherst, Huberdeau, Montfort et Morin Heights jouissent de la proximité d’un croisement de routes (la 323 et la 329 y recoupant la 364) qui apporte son lot de touristes de passage. Montcalm, situé entre deux croisements, ne peut sans doute profiter autant de cette manne. De surcroît, à en juger par la carte, la piste n’entre pas comme tel dans le village, mais demeure en périphérie. L’appréciation de l’endroit que nous faisons ici se veut donc exprimée sous réserve.

Au sortir de ce village insuffisamment exploré, le Corridor abandonne complètement la 364 pour se lancer à l’assaut d’une montagne.

corridor aérobique montcalm

Vers Montcalm, un exemple du Corridor aérobique. Photo : © Tous droits réservés Charles Bertrand

Les choses vont dès lors se corser : un écriteau annonce une pente à 5 degrés sur 3 kilomètres

En soi, cela ne constitue pas un dénivelé difficile, d’autant plus qu’à cet endroit, le feuillu couvre le sentier presqu’entièrement.

Le défi viendra d’ailleurs : c’est une pente continue, sans aucun plat ou faux-plat pour reprendre son souffle ; elle se grimpe en deuxième vitesse ou en première sur toute sa longueur et demandera entre une et deux heures d’un effort dont la fatigue se fera sentir progressivement, insidieusement. Pour couronner le tout, les pauses que l’on s’accordera forcément seront d’autant plus courtes que, lors de notre passage, les « mouches à chevreuil » auront rappliqué à la vitesse de la lumière aussitôt que l’on avait le malheur d’arrêter de pédaler…

pente degré 5 corridor aérobique

Aux environs de la grande côte de 5 degrés sur 3 kilomètres. Photo : © Tous droits réservés Charles Bertrand

On aura donc tendance à vouloir en finir au plus vite, sans pause ou presque, et en se demandant si cette section ne s’étend vraiment que sur 3 kilomètres…

L’arrivée à son sommet, malgré l’absence de points de vue pour mieux juger de l’altitude prise, procure néanmoins un appréciable sentiment d’accomplissement.

La descente conduit ensuite au lac des Pins. L’arrivée à ce lac devrait constituer une agréable récompense, mais disons que la gâterie révèle un étrange petit arrière-goût.

corridor aérobique la forêt

Vers Montcalm, autre exemple du Corridor aérobique. Photo : © Tous droits réservés Charles Bertrand

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>