Sante

Troubles alimentaires

Troubles alimentaires

Troubles alimentaires

Il existe différents troubles alimentaires dont les causes psychologiques sont semblables. Il s’agit de l’anorexie mentale, de l’hyperphagie ou de la boulimie.

L’anorexie mentale est caractérisée par un refus conscient et volontaire de s’alimenter qui entraîne une perte de poids importante et peut mener à la mort. C’est au psychiatre français Ernest-Charles Lasègue que l’on doit en 1873 la première description de ce syndrome. Notons aussi que le syndrome d’anorexie doit être nettement dégagé des autres refus d’alimentation, commandés par une psychose caractérisée : idées délirantes d’empoisonnement, mélancolie et autres négativismes.

La boulimie se caractérise par une première phase durant laquelle la nourriture est ingérée en quantités importantes, de façon répétitive et durable, créant ainsi un sentiment de culpabilité puis une phase de vomissements provoqués qu’on appelle purge, ou encore l’individu utilise des laxatifs ou de diurétiques, fait des exercices physiques excessifs et utilise d’autres méthodes afin de « rééquilibrer la balance ». La boulimie est une des formes les plus sévères des troubles alimentaires avec l’anorexie.

L’hyperphagie incontrôlée est assimilable à la boulimie par la phase de suralimentation. Cependant, on ne retrouve pas dans l’hyperphagie la notion de contrôle du poids et les personnes hyperphagiques peuvent atteindre un poids excessif. De nombreux cas d’obésité sont donc recensés chez ces malades.

Les principales victimes des troubles alimentaires sont les jeunes femmes sensibles et dépressives, adeptes du « culte de la minceur ». Ces troubles peuvent apparaître chez elles dès l’adolescence et un manque de confiance en soi contribue énormément à qu’une fille devienne anorexique, boulimique ou hyperphagique.

Au Québec, de 3% à 5% des filles âgées de 15 à 29 ans souffriraient de troubles alimentaires mineurs et jusque à 2000 sont soignées pour anorexie.

Les causes de ces syndromes sont complexes et multiples et sont issues d’une combinaison de facteurs émotionnels, sociaux, comportementaux et psychologiques et ce billet ne fait donc qu’exposer le problème.

Pour faire front à ces troubles, l’information est primordiale, ces maladies mentales étant encore très peu médiatisés. Et il s’agit en effet de maladies mentales à part entière. Il faut les faire reconnaître et diagnostiquer. Ainsi, une visite au médecin s’impose dès que ces syndromes apparaissent.

Par Natella Yahayeva.

troubles alimentaires

Il faut agir pour éviter les troubles alimentaires, ne restez-pas couchée ! Image : © Megan Jorgensen

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>