Sante

Spécialiste des yeux

Spécialiste des yeux

Spécialistes des yeux : optométriste, ophtalmologiste, opticien

Un peu d’histoire

Selon une légende chinoise, ce fut Confucius le premier à constater qu’il voyait mieux en regardant le paysage environnant à travers d’un morceau de verre convexe et qui commanda les premières lunettes. Quelques siècles plus tard, l’empereur romain Néron observait les gladiateurs à travers un morceau de verre concave pour mieux apprécier les combats. Mais c’est le philosophe Roger Bacon au 13e siècle qui décrivit la construction du télescope, le tout premier appareil connu dont le fonctionnement se basait sur les principes de l’optique.

Trois siècles plus tard, en 1609, Galilée construisit le premier télescope, et par la suite, le télescope binoculaire à prismes. Une autre invention d’importance capitale fut la découverte du microscope par Leuwenhock qui posa ainsi la pierre angulaire de l’optométrie et de toute la médecine moderne. Sir Isaac Newton fit une analyse complète des principes de l’optique et développa les lois de la propagation de la lumière.

Cependant le monde dut attendre jusqu’au début du 19e siècle avant que le monde se rende compte que les mêmes principes optiques peuvent être appliqués à l’œil humain. En effet, en 1801, Sir Thomas Young énonça sa théorie sur l’accommodation de l’œil et décrivit l’astigmatisme. Vingt ans plus tard, Sir Georges Airy réussit à corriger avec des verres cylindriques l’astigmatisme dont il était lui-même affecté. Plusieurs autres savants contribuèrent au développement de l’optique.

Le XXe siècle marqua un tournant important dans l’histoire de l’optométrie alors que l’État du Minnesota fut le premier à voter des lois définissant la pratique de l’optométrie. Jusque-là aucune loi ni règlement déterminaient la compétence de ceux qui pouvaient faire un examen de vue ou prescrire des verres ophtalmiques. Si grands furent les bienfaits de cette nouvelle législation qui tous les gouvernements des États-Unis et des provinces du Canada reconnurent le bien-fondé de ces lois et adoptèrent, eux aussi, des législations correspondantes. Au Québec, en 1925, l’Université de Montréal accepta l’école d’optométrie au rang de ses écoles affiliées.

Aujourd’hui, on distingue dans ce domaine trois professions : l’optométriste, l’ophtalmologiste et l’opticien. Mais quelle est la différence entre ces trois professions au Canada ? Voici la réponse :

L’optométriste est un professionnel de la santé qui détient un diplôme de docteur en optométrie. Il est d’ailleurs titulaire d’un permis émis par l’Ordre des Optométristes de la province où ils pratiquer. L’optométriste fournit les soins de la vue de première ligne y compris l’examen de la vue et la correction des troubles visuels. Les optométristes dépistent les maladies de l’œil et les signes oculaires d’anomalies systémiques, ils évaluent, mesurent et diagnostiquent des troubles et des maladies, comme le glaucome, les cataractes, la dégénérescence maculaire. Ce sont les optométristes qui réfèrent le patient aux autres spécialités médicales. En fait l’optométriste est le principal fournisseur de soins de santé.

L’ophtalmologiste effectue des chirurgies de l’œil et traite les maladies oculaires et systémiques. Ces médecins ont complété quatre années de faculté de médecine et quatre ou cinq années de résidence en ophtalmologie. Souvent, ils ont suivi une ou deux années de fellowship de sous-spécialité en ophtalmologie. L’optométriste et l’ophtalmologiste travaillent souvent ensemble dans le traitement et la gestion des maladies des yeux.

L’opticien, quant à lui, est formé en optique. Sa formation collégiale comprend les aspects techniques de l’optique et il peut recommander les types de lentilles pour assurer une meilleure vision de son patient. Les opticiens possèdent la connaissance pour aider aux patients à choisir les styles de montures qui correspondent à la forme du visage, ainsi que les verres optimales. Certains opticiens sont formés pour ajuster des lentilles cornéennes et autres aides à la vision. Les opticiens n’évaluent pas, ne diagnostiquent pas ou ne traitent pas de problèmes de la vue. Ils ne peuvent pas prescrire de lunettes ou de lentilles cornéennes.

Si vous allez voir un optométriste à Montréal, à Québec ou dans toute autre ville de la province, vous verrez toujours les trois spécialistes travailler en équipe.

Une fille aux yeux grands ouverts

Une fille aux yeux grands ouverts

Les trois experts en vision vous aideront à tenir les yeux grands ouverts et distinguer les caractères les plus petits… Illustration : © Megan Jorgensen

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>