Sante

La grenade

La grenade

La grenade

Les bienfaits de la grenade

La grenade a sans doute été parmi les premiers fruits à être domestiquées dans le monde, notamment en Iran, il y a environ 6 000 ans.

Grâce à la résistance de son écorce, ce fruit a constitué un des aliments de base des voyageurs et des caravaniers. Sa pulpe gorgée d’eau et légèrement acidulée permettait d’étancher la soif durant les traversées du désert.

En Mésopotamie, la grenade est le symbole de la fertilité, du fait de ses nombreux arilles. En Asie, ainsi que dans la Grèce et la Rome antiques, ce fruit revêt diverses significations dans les trois grandes religions monothéistes : nostalgie de la terre promise pour les Hébreux en exil, symbole des perfections divines pour les chrétiens, antidote contre la haine et l’envie chez les musulmans.

Les Maures l’introduiront en Espagne où, sous leur influence, elle donnera son nom à la ville de Grenade.

Dans la langue française, le terme « grenade » a fait son apparition en 1314, mais ill vient du latin malum granatum qui signifie « fruit à petits grains ».

En fait, la grenade est une grosse baie comprenant des pépins entourés individuellement d’une pulpe rouge (les arilles). Le nom latin punica vient de ce que les Romains appelaient également le fruit Punicum malum, littéralement « pomme punique », par allusion à l’ancienne Phénicie, où l’on entretenait de grands vergers de grenadiers.

Aujourd’hui, le grenadier est cultivé dans des régions tropicales et subtropicales sèches de l’Europe, de l’Afrique et de l’Asie, de même qu’en Amérique, depuis la Californie jusqu’au Chili. Longtemps ignorée par les consommateurs nord-américains, la grenade est en train d’acquérir une excellente réputation auprès des gourmets. S’y ajoute l’intérêt qu’elle suscite chez les chercheurs, qui se penchent sur ses propriétés antioxydantes et sur le rôle que la grenade pourrait jouer dans la prévention de diverses maladies.

En effet, les graines pulpeuses de ce fruit et son jus ont une forte teneur en antioxydants et ils auraient des effets bénéfiques.

Plusieurs études ont révélé que la consommation régulière de jus de grenade pourrait prévenir certains facteurs de risque de maladies cardiovasculaires et qu’on observe une diminution des lésions d’athérosclérose, consécutive à la consommation de ce jus. D’ailleurs, chez des personnes ayant déjà été atteintes d’une maladie coronarienne, la consommation de jus de grenade a amélioré la circulation sanguine dans les artères.

Chez des patients diabétiques ayant un taux élevé de lipides sanguins, le jus de grenade a engendré une diminution des taux de cholestérol total et de « mauvais » cholestérol (LDL). Cet effet bénéfique a cependant été constaté seulement chez les gens ayant un taux de cholestérol élevé, non pas chez des sujets en santé.

La consommation de jus de grenade pourrait diminuer la pression sanguine chez des sujets souffrant d’hypertension.

D’après les résultats d’études in vitro, le jus de grenade ou des extraits de jus de grenade pourraient retarder la progression de certains cancers, tels le cancer de la prostate, le cancer du côlon et le cancer du sein. Chez des patients atteints de cancer de la prostate, la consommation quotidienne de jus de grenade diminuerait la croissance des cellules cancéreuses et augmenterait la résistance des lipides à l’oxydation.

Des études réalisées révèlent que le jus de grenade pourrait avoir un effet neuroprotecteur. Il protégerait le cerveau en cas de lésions reliées à des problèmes de naissance et aurait des effets bénéfiques sur les signes neurologiques liés à la maladie d’Alzheimer.

La grenade aurait possiblement des propriétés anti-inflammatoires, antibactériennes et antivirales.

La grenade contient plus d’antioxydants dans le jus que dans les graines, mme si les graines de grenade renferment une quantité élevée d’antioxydants. En effet, le fruit est pressé quand on extrait le jus. Il se trouve ainsi enrichi des antioxydants présents en très grande quantité dans les membranes blanches qui entourent les graines.

Les principaux antioxydants retrouvés dans la grenade sont les flavonoïdes (particulièrement les anthocyanines), les tannins et l’acide ellagique. Les anthocyanines donnent à la grenade sa couleur rouge. Les tannins confèrent un goût amer au jus de grenade et aux membranes blanches qui entourent les graines.

L’activité des antioxydants de la grenade et de son jus serait supérieure à celle du thé vert et du vin rouge. Leur effet protecteur serait également plus puissant que celui d’autres boissons riches en composés phénoliques, comme le jus de bleuet et de raisin, ou le vin rouge.

Plusieurs études suggèrent que le jus de grenade pourrait réduire le risque de cancer du sein en agissant sur les récepteurs d’oestrogènes et des récepteurs non estrogéniques.

La grenade est une source de vitamine B5, de vitamine B6, de vitamine C, de cuivre.

On peut consommer des graines de la grenade (arilles) dans les salades, parce qu’elles se combinent bien avec de la mâche ou de la roquette, des raisins secs, des noisettes, des verdures amères (chicorée, radicchio, endive), de pêches, de prunes, de figues et des châtaignes, arrosés d’un filet de jus de citron et d’huile d’olive.

Une poignée d’arilles frais rehausse le goût d’une salade de fruits secs comprenant abricots, pruneaux, raisins, amandes, pistaches, eau de rose ou de fleur d’oranger et miel.

Légèrement revenus dans un peu de beurre, les arilles accompagnent à merveille une viande rôtie ou rehaussent un plat de légumes sautés.
On peut servir la grenade avec du yogourt, du fromage cottage ou du fromage blanc. Dans les gâteaux, muffins et autres pâtisseries, les arilles séchés peuvent remplacer les raisins secs.

Des arilles frais peuvent être servis  avec du riz noir ou du riz brun et des amandes effilées que l’on aura fait rôtir.

On peut encore préparez une sauce comprenant huile d’olive, jus de citron, mélasse de grenade, menthe et persil hachés, sel et poivre, et nappez-en une salade d’aubergines grillées.

En Inde, les arilles frais agrémentent de nombreux plats végétariens, particulièrement les currys de légumes (pommes de terre, champignons, etc.). Quant aux arilles séchés, ils entrent dans la composition des mixtures d’épices, auxquelles ils confèrent une agréable saveur aigre-douce.

À cause de sa richesse en enzymes protéolytiques, le jus de grenade sert à faire mariner les viandes ou les poissons.

Avec la datte, la figue, l’olive et le raisin, la grenade représente la quintessence de la cuisine du Moyen-Orient.

La source turque Muhammara est composée de poivron rouge grillé et pelé, d’ail, d’oignon, de pâte de piment (ou d’un petit piment fort), chapelure, noix moulues, jus de citron, mélasse de grenade (qu’on peut remplacer par du jus concentré), yogourt, cumin et sel : passez au mélangeur et montez ensuite en sauce en ajoutant graduellement de l’huile d’olive. Servir en trempette avec du pain pita, des craquelins ou des crudités.

Le kisir, une version turque du taboulé est composée de boulgour agrémenté de poivron rouge, de tomate, d’oignon, de persil, de menthe et de jus de grenade. On le sert sur des feuilles de vigne blanchies dans l’eau bouillante.

Quelques conseils pratiques :

Le fruit mûr émet un son métallique lorsqu’on le frappe du plat de la main. À grosseur égale, choisissez les fruits les plus lourds, signe qu’ils sont bien juteux. L’écorce doit être lisse, brillante, d’un beau rouge profond et exempte de brunissures.

Quant au jus, lisez bien l’étiquette afin de vous assurer qu’il s’agit d’un véritable sirop de grenade et non de sirop de maïs. Le jus est intensément rouge (jadis on en faisait même de l’encre). Aujourd’hui on a sélectionné une variété à arilles blancs, qui ne tache ni les doigts, ni le linge de table, ni la planche à découper.

Les arilles séchés, entiers ou en poudre, et mélasse de grenade, on en trouvera dans les épiceries moyen-orientales ou indiennes.

Le fruit frais se conserve dans le réfrigérateur quelques semaines, voire quelques mois, mais le jus extrait peut être conservé quelques jours.

Dans le congélateur, les arilles frais se conservent jusqu’à un an.

En plus du fruit frais, on trouve sur le marché du jus de grenade (ou du concentré) de même que divers produits aromatisés à la grenade : boissons lactées, gazeuses ou alcoolisées, limonades, desserts. On trouve aussi un sirop appelé « grenadine » et un autre, beaucoup plus épais, plus acidulé et moins sucré connu sous le nom de mélasse de grenade. Enfin, on trouve également des arilles séchés, entiers ou en poudre, qui sont largement utilisés dans la cuisine indienne, et divers produits de spécialité (vinaigre et vin de grenade, sauces…)

Sur le marché québécois, on ne connaît pratiquement que la grenade Wonderful, que l’on cultive à grande échelle en Californie, même s’il existe de nombreuses variétés de la grenade au monde.

Par Natella Yahyayeva

grenade

La grenade. Photo : © Murad Nazarov

grenade ouverte

La grenade ouverte. Photo : © Murad Nazarov

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>