Sante

Cigarette électronique

Cigarette électronique

Cigarette électronique

La cigarette électronique a fait une entrée massive sur le marché. Mais c’est quoi, la cigarette électronique ? Voici la réponse :

La cigarette électronique, connue aussi comme e-cigarette, est un dispositif électronique ou électromécanique générant lors de son usage un aérosol destiné à être inhalé. Cette cigarette produit une vapeur (appelée également fumée artificielle). Ces vapeurs peuvent être aromatisées et ressemblant visuellement à la fumée produite par la combustion du tabac. Leurs arôme peuvent contenir ou non de la nicotine et avoir un « goût » à tabac brun ou blond, à cerise, à pomme, à d’autres fruits, etc.

Ces dispositifs peuvent également avoir la forme d’un cigare ou d’une pipe. Dans ces cas, on les appelle cigare électronique (e-cigare) ou pipe électronique (e-pipe). Des formes de plus en plus originales sont lancées sur le marché par les fabriquant régulièrement.

À la différence de la fumée produite par une cigarette traditionnelle, la cigarette électronique n’a pas l’odeur du tabac.

On dit que la cigarette électronique ne contient que des quantités de particules et substances cancérigènes ou toxiques très faibles et c’est pourquoi cette cigarette est présentée comme une alternative au tabac, beaucoup moins nocive pour la santé et comme un substitut pour l’arrêt du tabagisme. Son usage est néanmoins controversé.

En fait, l’information relative à la composition des mélanges chimiques utilisés dans ces produits est variable et provient des fabricants et des distributeurs qui allèguent que ces produits ne font que produire une vapeur agréable et inoffensive, ne contenant pas de nicotine. Toutefois, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Santé Canada et le directeur national de santé publique du Québec a émis une mise en garde de santé publique : plusieurs années s’écouleront avant qu’on puisse tirer les conclusions sur les effets sur la santé des produits inhalés et expirés, basés sur la composition chimique des mélanges disponibles. On ne sait encore pas quel est l’impact durable des cigarettes électroniques ou des dispositifs équivalents sur la consommation de produits du tabac.

Tant et aussi longtemps qu’il n’aura pas de certitude quant à la composition et la forme des produits inhalés et expirés, l’Organisation Mondiale de la Santé, Santé Canada et Santé Québec invitent la population à considérer la cigarette électronique comme des produits du tabac. Ainsi, il serait souhaitable que les usagers ne consomment pas ces cigarettes dans les lieux visés par la Loi sur le tabac et que les exploitants n’en tolèrent pas l’usage dans leurs établissements de même que les détaillants sont priés d’ agir en concordance avec les dispositions de la Loi sur le tabac concernant la vente, la promotion et la publicité des produits du tabac, interdisant, par exemple, sa vente à des mineurs.

Bref, il est préférable de s’abstenir de consommer les cigarettes électroniques ainsi que tous les autres produits comparables, qu’ils contiennent ou non de la nicotine.

Quelques notions linguistiques : Dans plusieurs pays francophones, les utilisateurs de cigarettes électroniques parlent souvent de « vapoter » ou « vaper » une cigarette électronique, un terme dérivé du mot « vapeur » au lieu de « fumer ». Ils se désignent comme des « vapoteurs » pour se distancier des fumeurs. Les « vapoteurs » disent que leurs appareils se nomment vaporisateurs personnels ou vapoteuses. Les termes cigarette électronique, vapoter et vapoteur/vapoteuse ont été inclus pour la première fois dans l’édition 2015 du Petit Larousse et du Petit Robert.

Finalement, voici quelques notes sur l’historique de la cigarette électronique (d’après Wikipedia) : Le concept d’une cigarette électronique est élaboré par Herbert A. Gilbert en 1963, avec un brevet déposé en 1965 présentant le schéma d’une cigarette électronique « remplaçant le tabac et le papier par de l’air chauffé et aromatisé ». Cette invention ne fut jamais commercialisée.

En pratique, le tout premier dispositif rendu public destiné à simuler l’utilisation d’une vraie cigarette, utilisant la technologie de nébulisation par ultrason, a été présenté en 2003 par Hon Lik, un pharmacien chinois. En 2005, Hon Lik dépose un brevet pour une « cigarette sans fumée à pulvérisation électronique ». La société Golden Dragon Holdings a commercialisé cette cigarette en Chine dès 2004 (en 2007, la Golden Dragon Holdings change le nom de l’entreprise en Ruyan), En août 2010, ce nom change encore, cette fois pour Dragonite International Limited.

La technologie de vaporisation par résistance chauffante, seule technologie commercialisée pour les cigarettes électroniques actuellement, a été inventée et brevetée vers 2009 par le Chinois David Yunqiang Xiu avec son Electronic Nicotine Delivery System (ENDS) ».

Aujourd’hui, ces dispositifs sont pour la plupart fabriquées en Chine, dans les villes de Shenzhen et Hong Kong. Les revendeurs du monde entier sélectionnent leurs produits via des intermédiaires sur place et se font livrer les kits tout prêts, ou achètent les divers éléments et font eux-mêmes le conditionnement des kits. La Chine produit un grand nombre de modèles de tailles, de capacités, d’accessoires, de formes, de contenus, de marques.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>