Sante

Manif pour pouvoir allaiter

Manif pour pouvoir allaiter

Manif pour pouvoir allaiter partout, n’importe quand

Une quinzaine de mères et leurs poupons ont fait la tournée des boutiques de vêtements pour dames et enfants du carrefour Laval avec un message qui rencontre encore bien des réticences: Bienvenue au bébé allaité n’importe où, n’importe quand.

Les membres du groupe Maman, une association lavalloise qui prône l’allaitement maternel et l’accouchement naturel, ont choisi de visiter le carrefour Laval parce que le centre commercial a réservé un espace particulier pour l’allaitement dans les toilettes des dames.

«C’est bien, mais ce n’est pas l’endroit idéal pour s’alimenter, en retrait du reste de la famille, note Lysane Grégoire, la présidente du groupe « Iriez-vous manger dans les toilettes?»

Les mamans ont obtenu un accueil froid et poli de la part des commerçants à qui elles ont suggéré d’apposer leur autocollant à l’intérieur des boutiques.

Les passants, en revanche, leur étaient plutôt sympathiques. «Je n’ai pas eu de problème à allaiter en public mais j’essayais de le faire discrètement. Les gens sont parfois gênés», commente Nathalie Bromley, une jeune maman qui passait faire ses courses avec ses petits».

Malgré les avantages importants pour la santé du bébé, moins de la moitié des Québécoises allaitent leur nourrisson en sortant de l’hôpital, rappelle Mme Grégoire. De toutes les Canadiennes, ce sont celles qui nourrissent le moins au sein.

Les partisans de l’allaitement admettent qu’elles doivent être convaincues pour continuer. Il faut passer pardessus la douleur, les saignements; mettre une croix sur l’alcool, le café, le chocolat, les légumineuses, et tout ce qui peut changer le goût du lait.

«Dans notre culture, l’allaitement n’est pas la façon la plus normale de nourrir un enfant. Il y a encore une pudeur face aux seins», dit Hélène Plante, de Montréal. Souvent on entend: «Tu allaites encore, ça va te rendre douillet», confie une maman. «On a sauté une génération», avance une autre. «Nos mères ne nous ont pas allaités. On leur vantait les vertus du biberon».

«Ah oui, c’est très bien d’avoir un endroit pour allaiter. Éviter de faire cela devant tout le monde», a déclaré à une militante une passante d’âge mûr, ne comprenant visiblement pas le message du groupe Maman.

(Texte, publié par La Presse le 7 octobre 1997).

Québécois

Québécoises et Québécois. Photo : GrandQuebec.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>