Saguenay-Lac-St-Jean

Saint-Cyriac

Saint-Cyriac

Saint-Cyriac

La paroisse de Saint-Cyriac se situait dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, en bordure du lac Kénogami.

Tout d’abord, des Amérindiens fréquentaient ces parages pendant des périodes longues de plusieurs siècles. En effet, selon les fouilles archéologiques effectuées entre 1964 et 1967 au lac Vert, la toute première présence humaine sur le territoire du lac Kénogami remonterait à 4 000 ans (période du sylvicole inférieur) et les plus anciens vestiges découverts furent attribuées à la culture Adena.

Le lac Kénogami faisait d’ailleurs partie de l’itinéraire du trafic des fourrures qui traversait de bout en bout la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean et dont le point de départ était Tadoussac et le point d’arrivée la Baie James.

Au XVIIe siècle,  des missionnaires évangéliste auprès des nations autochtones, suivirent aussi cette route. Ainsi les « robes noires » furent les premiers à pénétrer la chasse gardée des Montagnais. En 1672, le Père Albanel, lors de son premier voyage, précise l’existence de cabanes de « Sauvages de Sillery ».

Les trappeurs et les trafiquants emboîtent le pas. Durant les belles années du poste de traite de Chicoutimi, une colonie d’autochtones vit sur les rives du lac Kénogami, mais en 1828, la Commission d’enquêteurs sur le potentiel de la région à la colonisation ne remarquera aucune présence permanente d’autochtones qui n’y venaient que pour la chasse.

Le premier colon à venir s’établir sur ce territoire est Cyriac Buckell qui est venu avec l’équipe d’enquêteurs de 1828 et au départ de ceux-ci, il s’installé dans le secteur. Comme la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean était un fief de la Compagnie de la Baie d’Hudson qui interdisait l’entrée des colons, Buckelladopta le mode de vie amérindienne. Il résidait du côté nord à l’endroit appelé Pointe au Sable à proximité de l’embouchure de la rivière aux Sables.

D’autres colons y arrivent dès les années 1860, mais en 1862, on ne compte que cinq familles installées de façon permanente. Ce sont en majorité des agriculteurs et des bûcherons, mais le village ne put se développer, parce qu’au début des années 1920, après la construction de deux barrages, Portage-des-Roches et Pibrac, le niveau du lac Kenogami s’est remonté et le village de Saint-Cyriac fut touchée par les inondations régulières.

Les inondations causèrent tellement de dégâts que le chemin de fer dût être reconstruit) et l’agriculture n’était plus possible dans ce coin du pays.

Le dernier chapitre de Saint-Cyriac commence en mars 1923, avec le début des travaux de la construction du premier barrage et de plusieurs digues de retenue ((Baie Moncouche, Deschênes, Coulée Gagnon, Coulée Caskouia). Les gens partent donc en 1924, mais on peut toujours voir l’église du village, construite entre 1902 et 1905.

En 2006, la valeur historique et patrimoniale du site a été reconnue par le gouvernement du Québec qui l’a désigné site du patrimoine. Le site du patrimoine de la Chapelle-Saint-Cyriac, comprend la chapelle Saint-Cyriac, construite en bois entre 1902 et 1905, et le terrain adjacent. Le site de la Chapelle-Saint-Cyriac est aménagé sur la berge nord du lac Kénogami.

La valeur patrimoniale du site repose sur son intérêt historique. Le site témoigne du développement du village de Saint-Cyriac, ainsi que sur l’intérêt architectural de la chapelle Saint-Cyriac, représentative des églises rurales québécoises de tradition catholique du XIXe siècle. Cette chapelle fut conçue par l’architecte Herménégilde Morin et présente en outre de grandes similarités avec d’autres de ses réalisations dans Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Notons finalement qu’administrativement ce secteur fait partie du secteur Lac-Kénogami de l’arrondissement de Jonquière de la ville de Saguenay.

chapelle st cyriac

Chapelle de Saint-Cyriac. Source de la photographie : www.historicplaces.ca

Pour compléter la lecture :

1 commentaire

  1. melanie fortin

    2012/10/01 at 2:00

    Bonjour,je fais de la plongée sous-marine.Je me demandais si on peut voir le village st-cyriac qui a été innondé, dans le lac kénogamie.Et a quelle endroit est-il situé.
    merci

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>