Saguenay-Lac-St-Jean

Cap d’Aigoual

Cap d’Aigoual

Cap d’Aigoual

Le nom d’aigoual a été attribué, en juin 1996, à un magnifique cap deu fjord du Sagneuay, situé sur la rive nord de la rivière du Saguenay, juest en face de deux caps célèbres : le cap Éternité et le cap Trinité.

La désignation toponymique choisie revêt un caractère commémoratif puisqu’elle s’est réalisé grâce à un échange de toponymes survenu dans le cadre du jumelage du parc de conservation du Saguenay, dans la région administrative du Saguenay-Lac-Saint-Jean avec le Parc national des Cévennes, en Fance. C’est ainsi que six topnomymes cévenols sont venus enrichir la toponymie saugnéenne et québécoise, formant, sur la carte qui représente les lieux, une traînées de noms venus de France.

Au centre de cette concentration se trouve le cap Aigoual, une saille de roc massive, haute de plus de 250 mètres et campé entre les caps de Cévennes et Lozère, alors que les anses du Tarn, de la Jonte et des Gardons servent de traits d’union à ces lourdes pointes rocheuses. D’aures caps sont le cap de la Liberté, le cap de l’Égalité et le cap de la Fraternité. Le mont Aigoual d’une hauteur de 1565 mètres, dans le sud de la France, constitue le sommet le plus élevé du massif du même nom., un ensemble montagneux de granite et de schiste, dont le nom rappelerait un ancien propriétaire de domain, un dénommé Aigoald, un homme d’origine germanique, qui occupait les lieux. Le climat y est très humides et c’est là où les précipitations sont les plus abondantes en France (2,2 mètres par année). Le vent y est également violent (jusqu’à 250 kilomètres par heure), au point que l’on en parle aussi comme étant « la montagne des vents ». Il n’est donc pas surprenant de trouver sur le Mont Aigoual un observatoire de la Météorologie nationale de la France. Le massif, situé dans la partie sud des Cévennes, sur la frange méridionale du Massif Central, consiste en un vaste domaine forestier ponctué de champs et de prairies ondulées, où l’activité pastorale est encore vivante. Le mont Aigoual, notamment, est traversé par deux grandes voies traditionnelles de transumance qui facilitent, l »été venu, le passage des moutons à partir des pâturages asséchés du sud vers les prairies d’herbes fraîches des hauts plateaux.

Ainsi, la parent. Toponymique entre le cap Aigoual, surplombant le fjord du Saguenay et le Mont Aigoual, un des sommets des Cévennes, au sud du Massif Central en France, s’explique par le jumelage des deux parcs nationaux dans lesquels le cap et la montagne se trouvent.

Jonte

La Jonte est une petite (40 km) mais spectaculaire rivi’re de la partie sud du Massif Central. Elle arrose la partie sud-ouest du département de la Lozère, après avoir pris sa soruce au Mont Aigoual, qu’elle descend sur le flanc nord, pour ensuite couler verrs l’ouest en direction de Meyrueis. Poursuivant son cours, elle creuse les Gorges de la Jonte, splendide canyon séparant les Causses Méjan (ou Méjean) et Noir, puis s’enfouit sur une distance de 2500 m, afin de traverser la Grotte de Dargilan, remonte à la surfce et enfin se jette dans le Tarn, près de Peyreleau, chef-lieu de canton dans le département de l’Aveyron.

Le Parc National des Cévennes, voué depuis sa création, en 1970, à la protection des écosystèmes de son territoire de 84 000 ha (236 000 ha si l’on tient compte de la zone périphérique habitée), fit, en avril 1996, un échange toponymique avec le parc de conservation du Saguenay, au Québec, auquel il est jumelé depuis 1984. De nouveaux toponymes allaient ainsi donner un visage français, pour ne pas dire cévenol, à une portion du fjord du Saguenay, l’un des sites naturels parmi les plus beaux et le les plus impressionants au Québec, résultat du déplacement d’un immense glacier, il y a quelques milliers d’années. L’anse de la Jonte s’étend du côté septentrional de la rivière Saguenay, à environ 55 km à l’est de la ville de Chicoutimi, entre les massives pointes rocheuses qui constituent les caps Aigoual, au nord-ouest, et des Cévennes, au sud-est.

Le parc de conservation du Saguenay, formé en juin 1983, vise, tout comme son partenaire cévenol, à conserver et à mettre en valeur les nombreux sites naturels exceptionnels de son territoire, pour le bénéfcie des générations présentes et futures. L’entente de jumelage entre les deux parcs prévoit notamment l’échange de personnel et d’informations diverses, tant toponymiques que scientifiques ou techniques.

Cap Aigoual.

Cap Aigoual. Carte gégraphique, image libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *