Réflexions

Fête des Archivistes !

Fête des Archivistes !

Vive la Fête des Archivistes !

La seule qualité que fait l’homme différent des animaux, c’est sa capacité de produire les documents d’archives. 

(George Georges. Manuel d’archivistique appliquée)

En 1540, le roi François 1er confie à Jean-François de La Rocque, sieur de Roberval, le poste du lieutenant général du Canada avec la mission de fonder une colonie en Amérique du Nord.

Roberval part pour le Canada en avril 1542 et explore une partie du pays, arrivant jusqu’aux rapides de Lachine.

Son équipage était composé de près de deux cents anciens forçats et pour les commander, Roberval jugea nécessaire d’utiliser la politique de la terreur. Plusieurs furent pendus ou laissés sur des îles désertes au moindre signe d’insubordination.

Roberval exerça toutefois son droit de grâce : le matelot Aussillon de Sauveterre, un repris de la justice ayant tué un rebelle qui complotait contre le commandant de l’expédition.

Une lettre de rémission est rédigée par Roberval à l’intention de Sauveterre. Celui-ci reçoit la grâce et acquiert tous les droits de l’homme libre.

Cette lettre de rémission date du 9 septembre 1542. Elle porte l’autographe : J. F. de La Roque. Le lieu de rédaction du document y est clairement signalé : au Canada.

Ce document officiel rédigé au Canada, c’est la pièce la plus ancienne des archives du pays.

Pourquoi donc les jeunes archivistes ne protestent-ils pas contre le silence criminel du gouvernement qui ne veut pas déclarer le 9 septembre la Fête Nationale des Archivistes ?

Quand le Québec verra-t-il de grandes manifestations d’archivistes furieux, avec MM. Jean-Michel Salaün et Jacques Grimard à leur tête ? Avec le soutien de l’énergique Mario Robert et du dynamique Carol Couture, construisant des barricades devant les Archives nationales du Québec ? Avec la charmante Isabelle Dion brandissant l’énorme drapeau de la science archivistique et la belle Lucie Carmel assurant la logistique informationnelle de l’insurrection ?

Revivons les temps glorieux de l’honnête Frontenac qui répondit par la bouche de ses canons aux ennemis qui tentèrent de détruire les archives de la ville de Québec ! Soyons dignes de Luc de La Corne, général en chef des Archivistes Sauvages ! Suivons l’exemple de nos aïeux !

Vive la Fête nationale des archivistes ! (ici, tous les archivistes émus et électrisés commencent à chanter l’hymne archivistique, – à composer par Mme Diane Baillargeon).

fete des archivistes

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>