Autres terres

Voyages d’Abel Tasman

Voyages d’Abel Tasman

Voyages d’Abel Tasman

Au XVIIe siècle, les navires lancés à la recherche de la Terra Australis étaient entrés dans le Pacifique par le détroit de Magellan. Les premières incursions à partir de l’ouest furent réalisées par les Hollandais. En fait, dès le début du XVIIe siècle, ceux-ci disposaient de bonnes bases aux Indes orientales. En outre, à l’époque, les capitaines hollandais avaient adopté pour se rendre en Extrême-Orient une nouvelle route maritime. Au lieu de profiter des vents du sud-ouest et de la mousson pour rejoindre les Indes orientales en touchant aux Indes, ils se laissaient porter par les grands frais, ces vents d’ouest dominants, jusqu’à la longitude de Java, puis remontaient cap au nord. C’est en partant, en 1605, de Bantam (Java) que Guillaume Janszoon, après avoir exploité la côte sud de la Nouvelle-Guinée, s’engagea dans le golfe de Carpentarie; il fut de ce fait le premier Européen à découvrir l’Australie, que les Hollandais appelèrent la Nouvelle-Hollande.

En 1642, lorsque Abel Tasman s’engagea dans la première expédition sérieuse en vue d’étudier la nature de la Nouvelle-Hollande, les Hollandais avaient déjà reconnu partie du littoral nord, toute la côte ouest et la côte sud jusqu’au 133e méridien est. Cependant, des points obscurs subsistaient : les Hollandais ignoraient la découverte par Torrès d’un détroit entre le cap York et la Nouvelle-Guinée. Le sud du golfe de Carpentarie demeurait inexploré et d’aucuns en déduisaient qu’il constituait un détroit faisant de la partie occidentale de l’Australie une simple île. La côte orientale de ce détroit était, pensait-on, un vaste promontoire de la Terra Australis.

Tasman, appareillant de Batavia (l’actuelle Djakarta), rallia l’île Maurice, piqua cap au sud à partir du 49e parallèle, puis, choisissant une route de quelques degrés plus nord que le plein est, il fit voile, son sillage effaçant de la carte l’hypothétique Terra Australis dans ce quart de l’océan Indien. Un après-midi, il arriva en vue d’une terre, qui devait plus tard recevoir son nom, la Tasmanie, et, sur son ordre, e maître charpentier du bord franchit à la nage les rouleaux pour prendre possession de cette terre au nom de la Compagnie hollandaise des Indes occidentales, en érigeant un pieu portant une inscription. Tasman ne se savait pas en présence d’une île mais, poursuivant se route cap à l’est, il démontra que l’Australie en était une. Grâce à Tasman, le continent austral se rétrécissait à nouveau.

En découvrant la Nouvelle-Zélande, il crut qu’il se trouvait en présence d’un promontoire de la Terra Australis, d’un littoral qui s’élongeait en direction du Sud-Est et du cap Horn. Un voyage ultérieur lui permit de reconnaître le fond du golfe de Carpentarie mais, comme d’autres navigateurs qui l’avaient précédé, les écueils et les hauts-fonds du détroit de Torrès lui firent croire que l’Australie septentrionale était rattachée à la Nouvelle-Guinée.

D’après L’Âge des Découvertes par John R. Hale et les Rédacteurs des Collections Time-Life, 1967.à

jardin_montreal_jesus

Photo : GrandQuebec.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>