Autres terres

Toronto

Toronto

Toronto

Toronto, la capitale de la province de l’Ontario, située sur la rive du lac Ontario, regroupe plus de 2 500 000 habitants. Presque tout le monde y parle l’anglais, mais on y parle également plusieurs autres langues, dont le français. La superficie de Toronto est de près de 630 kilomètres carrés. La ville de Toronto est aujourd’hui la plus grande ville du Canada.

Le nom de Toronto vient de l’expression mohawk tkaronto, reprise et adaptée en français par les explorateurs et les cartographes français. Ce terme signifie le lieu où les arbres se dressent dans l’eau. Cependant, auparavant ce mot désignait un endroit à 125 kilomètres au nord de la ville actuelle. Tkaronto se situait dans les environs du passage The Narrows, à la hauteur de la ville d’Orillia, où le lac Simcoe se déverse dans le lac Couchiching.

En effet, en 1615, Étienne Brûlé, envoyé par de Samuel de Champlain, fut le premier Européen à visiter The Narrows et décrire des barrages dans lesquels les Mohawks laissaient des ouvertures fermées par des filets. On croit que les Amérindiens y pêchaient depuis longtemps et ces barrages remontent à plus de 4 000 ans.

Pour la première fois, le toponyme Lac de Taronto, apparaît sur une carte géographique, dressée par l’abbé français Claude Bernoum en 1680 (il semble que c’est Robert Cavelier de La Salle qui a suggéré ce terme à l’abbé). En 1686, le toponyme Passage de Taronto désigne un itinéraire de canotage entre les lacs Simcoe et Ontario. Au XVIIIe siècle, on appelle la rivière Taronto l’actuelle rivière Humber. Chaque fois, le terme Taronto se déplace vers le sud.

Au cours du XVIIIe siècle, des cartes françaises continuent à désigner comme le Lac Taronto, le lac Simcoe. Sur les cartes britanniques de 1720 (la carte de Herman Moll) et de 1755  (la carte de John Mitchell) on voit aussi la mention de Taronto.

Le mot est transformé en Toronto en 1765, quand les mémoires de guerre de l’officier britannique, commandant des rangers, Robert Rogers appelle Toronto le site de la ville de Toronto actuelle. Il parle du Fort Toronto, érigé par les Français, suivant les ordres de Philippe Rigaud de Vaudreuil, vers 1720 et détruit par eux, battant en retraite, en 1759. Notons que les Français appelaient ce fort, le Fort Rouillé, rendant hommage à Antoine-Louis Rouillé, ministre de la Marine et des Colonies. Ils abandonnent le fort en 1730 et le restaurent en 1750.

Toronto 4 saisons

Toronto, 4 saisons. Photo : (c) Tous droits réservés www.flickr.com/photos/voyagecanada

Certaines sources cependant affirment que ce fort est nommé Fort Toronto sur certaines cartes françaises et anglaises depuis 1750.

En 1787, Lord Dorchester, gouverneur du Canada, fait l’acquisition des terrains de Toronto aux Amérindiens de Mississauga. Ce territoire couvrait une superficie de plus de mille kilomètres carrés et englobait le territoire de l’agglomération actuelle de la ville de Toronto et de la région d’York.

En 1793, la localité est nommée York d’après Frederick, Duke of York, un fils du roi britannique George III.  Le gouvernement et l’Assemblée législative du Haut-Canada s’y installe en 1796.  En 1812, la ville est détruite par l’armée américaine. En 1834, elle change le nom pour Toronto au moment de son incorporation.

Aujourd’hui, Toronto est le cœur économique de l’Ontario. L’industrie de l’automobile, les finances, le domaine de l’informatique y ont une place importante.

toronto brookfield place

Brookfield Place – complexe de bureaux situé au centre-ville de Toronto. Il se compose de deux tours jointes par une galerie. Par ailleurs, il est endroit ou se situe le Hockey Hall of Fame, musée sur l’histoire et les légendes du hockey. Photo : (c) Tous droits réservés www.flickr.com/photos/voyagecanada

D’ailleurs, Toronto se situe au cœur de la vie et culturelle du Canada d’expression anglaise. Les sièges des chaînes anglophones de Radio-Canada (la Canadian Broadcasting Corporation ou CBC), de TV Ontario et TFO se trouvent à Toronto, ainsi que de nombreuses maisons d’édition, des studios de cinéma, les journaux les plus importants en langue anglaise – The Globe and Mail et le National Post.

Le métro de Toronto possède quatre lignes avec environ 70 stations. La ville a un réseau de tramways. Plusieurs lignes d’autobus la desservent. L’aéroport international Toronto Pearson est le plus grand du Canada.

Toronto est une région bilingue aux termes de la Loi sur les services en français, adoptée par l’Assemblée législative de l’Ontario en 1986.

On y trouve de nombreux quartiers ethniques, tels que le Chinatown ou le Greektown, la Little India, Little Italy, etc. La Tour de la CN, de 341 mètres, est considérée comme une innovation architecturale.

Tour Toronto CN

Tour Toronto CN

La Tour CN la nuit. Photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>