Autres terres

Saint-Pierre et Miquelon

Saint-Pierre et Miquelon

Saint-Pierre et Miquelon

Saint-Pierre et Miquelon est un département français d’outre-mer. Il possède également le statut de collectivité d’outre-mer territoriale.

Saint-Pierre et Miquelon est le seul territoire français en Amérique du Nord. Il est composée de trois îles assez vastes et de quelques petits îlots. La superficie totale du département est de 242 kilomètres carrés, dont Saint-Pierre (25 kilomètres carrés), Miquelon qui est beaucoup plus vaste avec ses 110 kilomètres carrés et l’île Langlade qui  s’étend sur un territoire de 91 kilomètres carrés.

Des îlots tels que l’île aux Pigeons, l’île aux Vainqueurs et l’île Verte ont connu des périodes d’occupation humaine, mais aujourd’hui ces morceaux de terres sont occupés uniquement par des animaux. L’île de Grand Colombier n’a jamais été habitée.

L‘archipel se trouve à 25 kilomètres au sud de l’île canadienne de Terre-Neuve. La distance entre Saint-Pierre et Miquelon et Montréal est de 1800 kilomètres. D’autre part, 4300 kilomètres séparent ces îles de la ville de Paris.

La population de la colonie est d’environ 7000 résidents qui parlent évidemment le français, la plupart étant de religion catholique.

Le plus haut sommet de l’archipel est le Morne de la Grande Montagne, d’une altitude de 240 mètres. Le climat est relativement doux, l’air vivifiant et les paysages marins magnifiques.

Le centre administratif et commercial est la ville de Saint-Pierre qui regroupe plus de 6500 résidents, soit plus de 90% de tous les habitants de ce territoire français. Ces gens sont pour la plupart des descendants de Bretons, de Normands et de Basques.

Au nord des îles de Miquelon et Langlade se trouve le village de Miquelon, peuplé de 600 résidents, dont la majorité sont d’origine basque et acadienne. Remarquons que l’île de Miquelon et celle de Langlade sont reliées par une longue dune de sable de douze kilomètres. On dit que plus de 500 épaves de bateaux coulés à différentes époques sont ensevelis sous les flots.

Saint-Pierre et Miquelon est le plus ancien territoire français d’outre-mer. Ces îles sont les plus proches de la métropole parmi tous les territoires d’outre-mer, mais ils constituent aussi le plus petit département français. En 1713, après la signature du traité d’Utrecht, l’archipel est passé aux mains des Anglais, mais en 1763 le traité de Paris qui a entériné le fait que le Québec est devenu anglais, a donné ces îles à la France.

L’économie de la colonie a toujours été centrée autour de la pêche à la morue, mais son histoire est étroitement liée aux événements qui ont marqué les destinées de la France et des territoires voisins du Canada et des États-Unis. C’est le cas notamment des deux guerres mondiales et de la Prohibition, pendant laquelle plus de trois millions de caisses d’alcool passaient annuellement par Saint-Pierre.

Au cours de la Seconde guerre mondiale, en 1941, la première opération des forces armées de la France Libre du général de Gaulle hors de la métropole, fut le débarquement sur les îles de Saint-Pierre et Miquelon. Il fut dirigé par l’amiral Émile Muselier. Mais bizarrement, la Grande-Bretagne, le Canada et les États-Unis n’ont pas été informés de cette opération militaire d’envergure menée par leur alliée. Alors, un grand scandale s’ensuivit et une certaine méfiance naquit entre les alliés et le général de Gaulle.

On remarque un petit îlot en face du port de Saint-Pierre qui porte le nom de l’île aux Marins. Autrefois, il y avait sur l’île un village avec une population de plus 600 personnes, mais cette communauté a disparu après le déclin de la navigation à voile. Aujourd’hui on y trouve un musée fort intéressant.

Le nom de Saint-Pierre a été choisi par Jacques Cartier qui baptisa cette île en 1535.

Les opinions sur l’origine du nom de Miquelon sont très différentes. Un document, daté de 1579, journal de bord du navigateur basque Martin de Hoyacabal, cite (nous conservons l’orthographe du marin): l’île de Micqueto, l’île Le Colombeire et S.Pierre et l’île de Micquelle.

Il est possible que Micquelle vienne du nom de Miquele ou Michel. Ce nom sera transformé plus tard en Miquelon.

En 1612,  Samuel de Champlain souligne sur la carte des lieux l’île Miquelon-Langlade et remarque que c’est une «île aux basques». Sur une autre carte, Samuel de Champlain laisse une note «pot aux basques» à côté de l’île.

saint-pierre et miquelon

Vue satellite de l’archipel Saint-Pierre-et-Miquelon

Voir aussi :

2 Comments

  1. LEGRAND Colette

    2010/07/31 at 10:41

    Comment immigrer à St Pierre et Miquelon lorsque l’on est retraité ? Je recherche un pays francophone ou la canicule n’existe pas. Pouvez-vous m’aider ? Merci

  2. Louis Frécon

    2013/03/19 at 4:23

    « Au cours de la Seconde guerre mondiale, en 1941, la première opération des forces armées de la France Libre du général de Gaulle hors de la métropole, fut le débarquement sur les îles de Saint-Pierre et Miquelon. Il fut dirigé par l’amiral Émile Muselier… »

    En effet, ai-je lu, le Général de Gaulle avait appris l’intention de Roosevelt d’annexer ces îles, sous prétexte que sous couvert de Vichy, l’Allemagne allait y installer une base et un Centre d’Ecoute pour surveiller les activités aériennes et maritimes anglaises, canadiennes et US de la région… Thèse assez différente de la vôtre…

    Bonne continuation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>