Autres terres

Éruption du St. Helens

Éruption du St. Helens

Le St. Helens fait éruption

La montagne était si belle qu'on l'avait surnommé le Fuji des Etats-Unis.

Mais le 18 mai 1980, le Mont St. Helens s'est transformé en un des plus terrifiants spectacles naturels qui soient.

Les volcans qui n'entrent pas souvent en éruption peuvent être les plus dangereux, commente Danizel Dzurisin, le scientifique responsable du US Geological Survay Cascades Volcano Observatory à Vancouver, dans l'Etat de Washington. "Ils ne font pas l'éruption souvent, mais quand ils le font, c'est extrêmement violent".

Le plus jeune et le plus actif des volcans de la chaîne des Cascades, massif montagneux du nord-ouest des Etats-Unis sur la côte Pacifique, est entré en éruption faisant 57 morts, dévastant un territoire de 600 kilomètres carrés et recouvrant des zones situées à plus de 500 kilomètres de distance d'une épaisse couche de cendres volcaniques.

Le mont St. Helens était silencieux depuis 123 ans, quand, le 27 mars 1980, une colonne de vapeur s'en échappée à la suite d'une série de petites secousses sismiques qui avaient ouvert un nouveau cratère, près de son sommet.

Au cours des sept semaines qui ont suivi, plus de 10 mille secousses ont été enregistrées à la montagne. Tout ce temps, son flanc nord se gonflait sous l'effet de l'accumulation de magma – de la roche en fusion.

A 8 heures 32, le 18 mai 1980, ébranlé par un tremblement de terre, de magnitude 5,1 la partie supérieure du flanc nord s'est effondrée, entraînant l'explosion du magma chargé du gaz. De la roche, de la boue, de la glace, de la neige et de l'eau ont été projetées vers le nord, provoquant le plus important glissement de terrain connu des humains de toute l'histoire.

A une vitesse atteignant jusqu'à 1000 km/h, la poussée latérale de la déflagration a rasé 60 000 hectares de forêt. Trente kilomètres plus loin, des sapins vieux de 150 ans étaient rompus, et la fumée et les gaz dégagés par l'éruption atteignaient les 300 degrés C.

Un nuage noir de cendres et de fumée a été entraîné jusqu'au sud et au centre de la Saskatchewan. Des résidents de la Colombie-Britannique et d'Alberta, ont raconté avoir senti une odeur de moisi, semblable au souffre.

Au lieu de ce qui était auparavant un sommet symétrique, on peut désormais apercevoir un cratère béant en forme de fer à cheval bordé de murs en dents de scie.

On estime que 5 000 chevreuils, 150 orignaux et 200 ours sont morts, de même que des millions de poissons, d'oiseaux et d'autres bêtes.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>