Autres terres

Parc Sugarloaf

Parc Sugarloaf

Parc Sugarloaf de Campbelton

Le Parc Sugarloaf est situé à Atholville, à environ 3 kilomètres de la ville de Campbellton.

Il s’agit d’un beau parc très apprécié par des amateurs du plein air et de la nature qui vivent dans le nord de la province du Nouveau-Brunswick, près de la frontière avec le Québec ou sont de visite dans ces parages.

Au parc, on trouve une dizaine d’excellentes pistes de ski alpin et six pistes pour planches à neige, ainsi qu’une vingtaine de kilomètres de sentiers aménagés pour le ski de fond et pour la raquette. Pour la motoneige, on y trouve plus de 30 kilomètres de pistes identifiées et entretenues pour la motoneige et des sentiers bien identifiés pour la raquette.

Une piste de glace extérieure et une piste pour traîneau à neige s’y trouvent. Au Parc Sugarloaf, on trouve également une école de qualité pour planches à neige et ski alpin et une boutique de ski avec techniciens certifiés.

On peut se réchauffer dans l’atmosphère amicale de la cafétéria du parc ou relaxer avec la famille ou les amis dans le salon/bar.

Quant aux attractions d’été, le Parc Sugarloaf possède des terrains de jeux, de camping et de tennis, des pédalos, un parc de vélo avec service de remonte-pentes.

Il y en a de nombreux coins pour pique-niquer et des sites d’observation des oiseaux, ainsi que des zones d’alimentation, où les enfants et leurs parente peuvent nourri des oiseaux et des écureuils.

On peut aussi faire une excursion jusqu’au sommet du Mont Sugarloaf pour apprécier la beauté de la région.

Autour du parc, de nombreux beaux sentiers ont été aménagés. Le sentier Terry Fox ceinture le Mont Sugarloaf. Ce sentier, d’une longueur de plus de trois kilomètres, est idéal pour les amateurs de jogging. Ici débute le Sentier Restigouche du Sentier du Nouveau Brunswick (NB Trail).

Le sentier de Restigouche est un circuit de 2000 kilomètres qui relie les communautés de la province du Nouveau-Brunswick tout au long de l’année. Le trajet suit la rivière Restigouche, près des ruisseaux, des champs et de la forêt. Le Sentier Restigouche est un sentier multifonctionnelle, alors, on peut y faire de la marche, du cyclisme, de l’équitation, du ski de fond ainsi que de la motoneige.

Pour se renseigner sur les activités et forfaits de tous genres :

Téléphone : 506-789-2366.

Une note historique sur le terme Sugar-Loaf (Pain de sucre)

À Potton, le chemin de l’Étang-Sugar-Loaf conduit à l’étang du même nom. Saint-Jean-de-Matha possède son pain de sucre. Le Guide de Lanaudière (1985) en fait cette présentation : Le fameux Pain de sucre (colline rocheuse) qui se mouille en partie dans les eaux du lac Noir attire l’attention, où que l’on soit dans la paroisse. Il est intéressant de noter ici que la désignation populaire rejoint le terme du géomorphologue. Sa célébrité n’est peut-être pas aussi grande que celle du « pan de Assucor » de Rio de Janeiro au Brésil, in constitue néanmoins un attrait très particulier. Un sentier permet de gravir allègrement ses 136 mètres d’élévation.

Il importe de distinguer cette forme de relief d’un cône de glace qui se forme au pied d’une chute par condensation et qui fond au printemps, tel le pain de sucre à la base de la chute Montmorency. L’écrivain et militant politique canadien George Monro Grant (1835-1902), à l’origine de la devise du Canada À mari usque ad mare, en a ainsi évoqué le souvenir dans sa monographie intitulée Pittoresque Canada, publiée en 1882 : « En hiver, au pied des chutes, l’embrun glacé donne corps au fameux « pain de sucre », monticule de forme irrégulière de glace et de neige. Il s’élève à une telle hauteur qu’il devient tôt la glissoire préférée des habitants de Québec qui y viennent régulièrement en traîneaux ; ils aiment venir et glisser en « traîne sauvage », sport enivrant mais aussi un peu dangereux. Quand les adeptes de la traîne sauvage envahissent le « pain de sucre » et ses environs et que des demoiselles en costumes clairs et seyants dégringolent le long de la pente dans un léger nuage de neige tandis que d’autres remorquent péniblement leur traîne sauvage jusqu’en haut le spectacle, dans son blanc manteau hivernal recouvrant par endroits les arbres encore verts et contrastant ainsi avec la chute comme grandiose et fascinant. On s’arrache péniblement à une si belle vue! »

parc sugarloaf

Parc Sugarloaf en hiver. Source de la photo : Site Web du Parc Sugarloaf

Pour en apprendre plus :

1 commentaire

  1. robert comeau

    2010/06/09 at 2:37

    j aimerais avoir des renseignements sur les glisses en tobbogans qui se fait en ete . on ma dit que c etait un tobbogan avec un frein manuel ,tu tirais sur un bras ,tu glissais et quand tu voulais arreter tu relachais le bras

    pouvez me donner plus de renseignement merci a l avance

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *