Autres terres

Histoire de l’Ontario

Histoire de l’Ontario

Histoire de l’Ontario

Ce sont Samuel de Champlain et Étienne Brûlé qui en 1615 atteignent le territoire ontarien et deviennent ainsi les tous premiers Européens à visiter ces terres. Ils y découvrent diverses tribus amérindiennes dont les Algonquins, les Cris, les Ojibwés, les Iroquois, les Hurons, les Petuns.

En effet, les alliances contractées avec les Hurons permettent aux Français de s’engager toujours davantage dans la région des Grands Lacs. Ils y construisent plusieurs forts, dont le Fort de Frontenac (aujourd’hui, la ville de Kingston) et le Fort Niagara. Il faut pourtant comprendre que cette avance était lente en raison de l’hostilité des Iroquois qui dominaient la région.

Vers 1758-1759, lors de la guerre de Sept Ans, à la veille de la Conquête de la Nouvelle-France. Ce n’est qu’avec la guerre d’indépendance des treize colonies américaines qui éclate en 1775, que s’amorce la colonisation britannique des terres autour des Grands Lacs, avec l’arrivée de 10 000 loyalistes fidèles à la métropole britannique (les premières incursions et explorations britanniques des Grands Lacs eurent lieu, pourtant, dans les années 1750).

Les nouveaux venus réclament leurs propres institutions gouvernementales, ainsi que la tenure et les lois anglaises. Cela mène, en 1791, à la division du territoire de la province de Québec et à la création du Haut-Canada ainsi que du Bas-Canada.

En 1812, le blocus pratiqué par l’Angleterre, les tensions et conflits armés entre l’Angleterre et les États-Unis à la suite de cette politique, ainsi que le désir d’expansion des Américains amènent les États-Unis à déclarer la guerre à l’Angleterre.

D’abord, l’armée britannique parvient à défendre la plus grande partie du territoire du Haut-Canada. Au printemps 1813, les Américaines réussissent une percée dans le Sud-Ouest du Haut-Canada, s’emparent de la petite ville de York (Toronto) et l’incendient. La guerre se termine en 1814 (la paix est signée en 1815) et la frontière reste la même qu’avant le conflit.

Les événements de 1837-1839 trouvent aussi leur écho dans le Haut-Canada puisque les réformistes, avec à leur tête William Lyon Mackenzie, revendiquent un gouvernement autonome et responsable et. À l’instar des patriotes du Bas-Canada, ils prennent les armes, mais cette insurrection franchit plutôt bornes du ridicule.

Résultat des rébellions, le Canada-Uni est formé en 1840 par l’union du Haut-Canada et du Bas-Canada.

En 1867, plusieurs raisons économiques et politiques amènent les colonies britanniques à entreprendre des discussions en vue de se fédérer, ce qui conduit à la création du Dominion du Canada, dont l’Ontario est l’une des pilons.

La période suivante est caractérisée par l’industrialisation, l’urbanisation et le développement des ressources naturelles de la province de l’Ontario.

casa loma toronto

Casa Loma. Photo : © Nadine Fetissova

Au niveau politique, le Parti libéral dirige la province de 1872 à 1905, alors que le Parti conservateur occupe le pouvoir pratiquement sans interruption de 1905 à 1934.

Contrairement aux Canadiens français, les Ontariens sont favorables à la participation du Canada à la Première Guerre mondiale en 1914. Ils réclament la conscription auprès du gouvernement fédéral de Robert Borden, ce qui sera obtenu en 1917. Il en sera de même lors de la Seconde Guerre mondiale, quand les Ontariens ont voté pour la conscription lors du référendum de 1942.

moulin black creek

Moulin Black Creek. Photo : © Nadine Fetissova

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>