Autres terres

Attentat à la bombe

Attentat à la bombe

Attentat à la bombe à New York : 7 morts et 700 blessés

Une déflagration d’une grande puissance s’est produite hier (le 26 février 1993) dans le sous-sol des tours jumelles du World Trade Centre, faisant sept morts et 700 blessés. Les autorités ont déclaré qu’il s’agissait d’un attentat à la bombe.

Selon le gouverneur de New York, Mario Cuomo, « la bombe était placée dans les parkings du niveau B-2, non loin des voitures des services secrets et de la limousine utilisée par le président quand il vient à New York. La voiture du gouverneur et d’autres véhicules de l’État sont garés quelques mètres plus loin, a-t-il ajouté.

Les mesures de sécurité ont été renforcées. Les aéroports de New York et le Capitole à Washington ont été placés en état d’alerte.

La déflagration, qui a eu lieu à 12 h 15 au second des six niveaux de parkings souterrains du World Trade Centre, a laissé un immense cratère de 30 mètres et déclenché un incendie qui a enfumé ces tours de 110 étages, les deuxièmes plus hautes au monde après la Sears Tower de Chicago.

Citant un haut responsable des pompiers, la chaîne de télévision locale WCBS-TV a déclaré que l’explosion avait été provoquée par un engin contenant 90 kg de plastic C-4.

Les renseignements recueillis jusqu’à maintenant viennent confirmer la confusion qui règne quant aux auteurs véritables de cet audacieux attentat en plein Manhattan.

Dans un appel téléphonique reçu 15 minutes avant l’explosion, un groupe prétendant représenter des militants croates a affirmé qu’une bombe allait exploser, a indiqué une source.

Après l’attentat, les autorités ont reçu au moins neuf appels revendiquant également la responsabilité de l’explosion.

Aggravant la confusion, la police a fait évacuer quelques heures plus tard un autre gratte-ciel de Manhattan, l’Empire State Building, à la suite d’une alerte à la bombe.

À Washington, un porte-parole des services secrets a déclaré qu’environ 100 de ses voitures, garées sous le World Trade Centre, avaient probablement été endommagées. Mais la Maison-Blanche a démenti que la limousine utilisée par le président lors de ses déplacements à New York ait été touchée.

L’explosion a provoqué de gigantesques embouteillages dans Manhattan, la plupart des routes étant fermées pour permettre aux secours de se rendre sur place. Les occupants du complexe ont été évacués quelques heures après la catastrophe. Sur le conseil des pompiers, Con Edison, la compagnie d’électricité de New York, a coupé le courant dans tous les bâtiments du complexe, ce qui en a bloqué les 250 ascenseurs.

Le directeur du World Trade Centre, Charles Maikish, a expliqué que l’explosion avait provoqué des dégâts structurels et a dit ignorer quand le complexe rouvrirait. Ill a cependant assuré qu’il n’y avait aucun risque d’effondrement.

Carlos Rivera, responsable des pompiers, a déclaré que deux personnes avaient été tuées dans le parking où s’est produite l’explosion. Quinze des 700 blessés ont été grièvement touchés. La police a précisé que deux blessés avaient été évacués du toit par hélicoptère. La déflagration a fait s’effondre le plafond de la gare de chemin de fer souterraine où certains blessés sont ensevelis sous des décombres.

L’explosion a perturbé les cotations sur le marché des matières premières, situé dans le complexe, ainsi que les transactions du marché obligatoire. L’activité de la Bourse de Wall Street n’a pas été directement affectée mais les transactions ont ralenti.

La tour à l'honneur des victimes d'un autre attentat, celui du 11 septembre 2001. Photo : Megan Jorgensen.
La tour à l’honneur des victimes d’un autre attentat, celui du 11 septembre 2001. Photo : Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *