Québec psychologique

Superstitions en Nouvelle-France

Superstitions en Nouvelle-France

Croyances populaires sur la mort en Nouvelle-France

Nous relevons ici quelques croyances populaires, au sujet de la mort, apportées de France par nos ancêtres et qui ont encore cours dans bon nombre de paroisses.

Quand, en plaçant un mort dans son cercueil, on constate qu'il a une jambe plus longue que l'autre, il est certain qu'un autre membre de la famille décédera dans l'an et jour.

Si un météore, ce que les habitants appellent une boule de feu, tombe sur une terre, une personne de la famille du propriétaire mourra dans l'année.

Quand un corbillard portant un mort s'arrête devant une maison pour une cause quelconque, un des habitants de la maison mourra dans l'année.

Une famille ne devrait jamais louer un logement qu'elle a déjà habité car, sûrement, un de ses membres décédera dans l'année. N'habitez jamais une maison neuve, cela porte malheur. Il y mourra une personne dans l'année.

Ne laissez jamais pénétrer un oiseau chez vous par la fenêtre car il vient vous avertir qu'une personne de la maison décédera dans l'année.

Un cadavre exposé le dimanche attire la malchance sur la maison. Il y mourra quelqu'un dans les douze mois.

Le chien qui, la nuit, vient hurler devant chez vous, annonce la mort d'un de vos proches.

L'époux qui se met au lit le premier le soir de ses noces, est certain de partir avant l'autre pour le grand voyage.

S'il pleut ou s'il neige pendant les funérailles, le défunt n'est pas encore au ciel.

N'oublions pas que ce sont là des dictons et qu'un proverbe dit "menteur comme un dicton".

D'après Bulletin des Recherches Historiques. Article de E.-Z. Massicotte, 1933.

Notons également que la croyance à la magie aux sorciers était officielle au XIXe siècle. Le 13 avril 1837, par exemple, le gouverneur du Bas-Canada Lord Gosford signa la nomination de 323 juges de paix pour le Bas-Canada. Ces juges avaient instruction de s’enquérir de tout cas de félonie, d’emprisonnement, de sorcellerie, de magie ou d’enchantement quelconques dans leur district.

le sourcier

Le sourcier. Photo : © Serge Keln

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>